Pol Espargaró est retombé dans la déprime à l’arrivée d’un Grand Prix d’Aragon qu’il a subi du début à la fin. Silverstone n’aura donc été qu’une accalmie due à des conditions de piste fraiches. Car dès que le bitume chauffe, l’équipier de Marc Marquez voit fondre ses performances. Et le moral est d’autant plus bas que ce week-end, à Misano, des conditions estivales sont promises…

Pol Espargaró ne s’était pas si mal qualifié avec un huitième rang sur la grille de départ, confirmant ainsi ses progrès sur un tour chrono. Mais avec une piste à plus de 40°, le nouvel arrivé chez Repsol Honda est vite rentré dans le rang. 11è dès la fin du premier tour, il a ensuite subi la course, et d’autant plus que, tout devant, son équipier Marc Marquez jouait la victoire face à la Ducati de Bagnaia. Au moment de faire le bilan de cette déculottée, le cadet des Espargaró n’y allait pas par quatre chemins : « je souffre vraiment plus. On a vu que je n’étais pas au niveau. La moto, dans ces conditions, ne me donne pas ce dont j’ai besoin, les conditions sont compliquées ».

Et il ajoute même comme pour sublimer la flagellation : « si j’étais Honda… Je ne sais pas ce que je ferais, parce que Marc Marquez s’est battu pour gagner et j’ai fini à 20 secondes. Finalement, je suis moi-même, je dois m’améliorer dans ces situations, pas Honda, qui a presque terminé sur la plus haute du podium. Je dois être meilleur et plus rapide ». Il trouve un moment dans son apitoiement pour expliquer ses sensations sur la RC213V par temps chaud et ensoleillé : « j’ai l’impression que la moto flotte tout le temps, et dans ces conditions, je ne sais pas comment réagir ».

Pol Espargaró

Pol Espargaró : “je rentre dans une boucle d’échecs et d’erreurs” 

« Quand ces problèmes commencent, je me sens un peu piégé, je rentre dans une boucle d’échecs et d’erreurs, de longueurs, la direction avant se ferme, je perds la traction arrière en entrant dans le virage… Je ne sais pas comment agir dans ces situations, mais il n’y a rien d’autre à faire. Marc a fait une bonne course, nous avons les meilleures données pour l’analyser, je vais essayer d’être meilleur le week-end prochain » dit-il. Mais à Misano, ce ne sera pas un temps hivernal qui accueillera le MotoGP… « J’espère sincèrement que nous avons une emprise là-bas. Je n’ai pas besoin de la même adhérence qu’à Silverstone, mais de quelque chose de similaire, oui, pas comme ici. Je peux passer un bon week-end avec plus d’adhérence et de traction ».

Il ajoute : « le test de Misano sera une bonne chose. Cette année nous n’avons eu que quatre jours de présaison, et je n’ai pas eu le temps d’apprendre beaucoup de choses ou de comprendre des situations comme celle-ci. Peut-être qu’à Misano s’il fait très chaud, je pourrai jouer avec différentes choses et comprendre un peu mieux la situation, mais c’est difficile. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui ne changera pas du jour au lendemain dans un test, car en Aragon la différence avec mon partenaire a été énorme, alors que dans les qualifications c’était plus proche. Je comprends ce qui se passe, et je ne peux toujours rien faire pour être plus rapide. C’est douloureux ».

Pol Espargaró

MotoGP Aragon J3 : classement

Aragon

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team