Au sortir des deux Grands Prix en Autriche, Joan Mir avait promis à Fabio Quartararo une série de trois courses jusqu’à Misano où il reprendrait l’offensive pour consolider sa couronne en MotoGP, que le Français fait vaciller de son casque. Après la première consommée à Silverstone, force est de constater que l’officiel Suzuki n’a pas réussi à faire vraiment douter son homologue de chez Yamaha. Au contraire. Le Majorquin a encore lâché sept points, et même s’il se retrouve second au général, il est à 65 longueurs du leader. Mais l’an passé, en Aragon, il s’en était bien sorti…

Il y a un an, en effet, Joan Mir s’était montré à deux occasions sur le podium au terme des Grands Prix d’Aragon et de Teruel. Le tracé espagnol est donc plaisant pour une Suzuki qui avait remporté une victoire avec Alex Rins. De fait, tous les espoirs sont permis pour le Champion du Monde en titre qui compte quatre podiums cette saison, mais pas la moindre victoire…

Avant d’entrer dans la bataille, il dit, en regrettant sa dernière prestation en Grande Bretagne à cause d’un pneu qui ne lui a pas rendu service : « Silverstone n’a pas été une bonne course pour moi, et l’écart de points s’est creusé, mais je suis deuxième au championnat et j’ai toujours envie de me battre. Depuis Silverstone, nous avons travaillé dur pour essayer de mieux comprendre comment tirer le meilleur parti de notre moto, et je me sens en confiance ».

« MotorLand est un circuit que j’aime beaucoup parce qu’il a des virages assez rapides et ce genre de ‘tire-bouchon’ qui en fait un circuit très spécial, ainsi qu’une bonne variété de virages, d’angles, de montées et de descentes. C’est un circuit différent car il change beaucoup d’un secteur à l’autre » rappelle-t-il. « J’ai toujours beaucoup aimé ce circuit et j’ai hâte d’y courir. La partie la plus exigeante de son tracé est sans doute le secteur 1, en raison des changements de côté à grande vitesse. Il en est de même pour le secteur 3, où il y a aussi plusieurs virages serrés ».

Joan Mir

Joan Mir devrait retrouver le correcteur d’assiette arrière

« Puis vous avez le dernier secteur, où vous profitez d’une sorte de pause. L’année dernière, j’ai obtenu deux podiums ici, alors maintenant je pense à m’améliorer et à viser la victoire ou au moins à me battre à nouveau pour un podium » termine Mir. Après avoir retiré son nouveau dispositif de correcteur d’assiette arrière pour Silverstone, où l’entrée plus rapide dans la ligne droite a annulé une grande partie des avantages de l’accélération, l’usine Suzuki devrait rejoindre les autres constructeurs du MotoGP en utilisant à nouveau le système en Aragon, où une chicane serrée mène à la ligne droite…

Un sujet que n’aborde pas vraiment le chef de projet Shinchi Sahara : « la qualification reste notre point faible. Nous pouvons voir comment cela affecte nos performances de course à certains moments. Cependant, nos deux pilotes sont très forts et déterminés. Nous continuons à travailler pour trouver des solutions pour être plus compétitifs tout au long du week-end de course ».

Joan Mir

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar