MotoGP, Argentine, Joan Mir (Suzuki) : « Je ne m’attendais pas à être aussi compétitif lors de ma première course en MotoGP »

par | 28 mars 2019

Après avoir ouvert son score mondial en remportant le Grand Prix d’Autriche en Moto3 en 2016  sur une KTM du Leopard Racing devant Brad Binder, Enea Bastianini et Fabio Quartararo, Joan Mir a réalisé une saison de rêve en 2017 qui lui valait de devenir Champion du Monde avec 10 victoires toujours chez Leopard Racing, mais cette fois sur Honda.

Il se mit en valeur en remportant le Grand Prix d’Autriche de nouveau en 2017, après s’être modestement qualifié en treizième position. En 2018, il passait en Moto2 où il montait quatre fois sur le podium avec deux deuxièmes places en Allemagne et en Australie, ainsi que deux troisièmes en France et en Italie. Il terminait sixième du Championnat avec 155 points, derrière le Champion Francesco Bagnaia et ses 306 unités. Coéquipier chez EG 0,0 Marc VDS d’Alex Marquez en 2018, il terminait premier rookie de l’année.

Né à Palma de Majorque le 1er septembre 1997, Joan Mir avait auparavant terminé deuxième de la Red Bull Rookies Cup lors de sa première année. Puis il participait à son premier GP en Moto3 en 2015 à Phillip Island (abandon) et effectuait sa première saison de Grands Prix complète en 2016.

Il a participé au total à 56 GP, dont 37 en Moto3, 18 en Moto2, et 1 unique en MotoGP au Qatar. Si l’on suit sa progression en MotoGP, ça donne ceci :

Tests de Valence post GP, novembre 2018 : 14e à 0.957 du leader Maverick Viñales.

Jerez, novembre 2018 : 15e à 0.986 de Takaaki Nakagami.

Sepang, février 2019 : 15e à 1.247 de Danilo Petrucci.

Qatar (tests) février 2019 : 12e à 0.789 de Maverick Viñales.

Essais libres du GP du Qatar : 10e à 1.022 de Marc Marquez.

Qualifications du GP du Qatar : 11e à 0.844 de Maverick Viñales.

Place en course au Qatar : 8e à 5.088 d’Andrea Dovizioso.

Temps en course au Qatar : 9e à 0.439 de Fabio Quartararo.

Tout ceci est brillant pour un rookie en MotoGP, et peut être comparé positivement face aux autres débutants, Francesco Bagnaia, Fabio Quartararo et Miguel Oliveira. Pour l’Argentine, Joan Mir va avoir la chance de se retrouver à armes égales avec les anciens au niveau des pneumatiques puisque Michelin amène pour la première fois pour le sec des pneus uniquement symétriques. Selon Piero Taramasso, le Manager Deux-roues de Michelin Motorsport : « Quand nous avions testé ici en 2015, il pleuvait, et pendant les trois années où nous avons couru, la météo a toujours été contrariante. Nous n’avons jamais connu un week-end entièrement sec où l’on peut réellement démontrer les performances des pneus. Cette année, nous avons choisi une allocation que nous pensons adaptée au nouvel asphalte appliqué la saison passée. En se basant sur toutes ces informations dont nous disposions, nous avons opté pour une gamme entièrement symétrique sur les slicks arrière ». Des pneus asymétriques sont disponibles pour l’arrière, mais striés pour la pluie uniquement.

Toute l’expérience accumulée par les pilotes qui ont participé aux précédents Grands Prix d’Argentine sera donc limitée, et beaucoup de données enregistrées inutilisables.

Pour Joan Mir, « La première course au Qatar a été très positive pour moi. Je ne m’attendais pas à être aussi compétitif lors de ma toute première épreuve et c’était très excitant de me retrouver parmi le groupe de tête avec les pilotes les plus expérimentés. C’était bon non seulement pour la course elle-même mais aussi pour l’opportunité que j’ai eu d’apprendre.

« À la fin de la course, j’ai dû diminuer mon rythme à cause de l’usure progressive des pneus. La gestion de la course est donc un des aspects sur lesquels je devrai travailler.

« Mais il est maintenant temps de penser à l’Argentine, qui est un peu un point d’interrogation pour moi en MotoGP. Nous n’avons fait aucun test ici et j’espère que les premiers essais seront utiles pour comprendre simplement comment piloter correctement.

« Le circuit lui-même est très agréable et conviendra peut-être bien à la GSX-RR, mais il sera également difficile en raison des conditions. En 2017, j’y ai obtenu ma première victoire de la saison en Moto3. J’ai donc de bons souvenirs de Termas de Rio Hondo et j’espère qu’ils seront remplacés par de meilleurs souvenirs avec la classe supérieure ».

Selon le team manager Davide Brivio, « Joan a réalisé au Qatar une course très positive, presque au-delà de nos attentes, puisqu’il a pu se battre dans le groupe de tête pendant plus de la moitié de la course. Il a également appris une leçon importante sur la gestion de la course.

« Le GP d’Argentine de l’année dernière a été une bonne chose pour nous, avec Alex capable de gérer les conditions difficiles que nous avons rencontrées sur la piste et d’obtenir enfin son premier podium MotoGP. Notre objectif principal pour ce prochain GP sera de garder Alex près du haut des feuilles et de donner à Joan un bon package lui permettant d’apprendre le plus possible. Ce ne sera pas facile pour lui car ce sera sa première fois sur une machine MotoGP sur ce circuit ».

Classement provisoire du Championnat du Monde :

1 Andrea DOVIZIOSO-Ducati 25 points

2 Marc MÁRQUEZ-Honda 20

3 Cal CRUTCHLOW-Honda 16

4 Álex RINS-Suzuki 13

5 Valentino ROSSI-Yamaha 11

6 Danilo PETRUCCI-Ducati 10

7 Maverick VIÑALES-Yamaha 9

8 Joan MIR-Suzuki 8

9 Takaaki NAKAGAMI-Honda 7

10 Aleix ESPARGARÓ-Aprilia 6

11 Franco MORBIDELLI-Yamaha 5

12 Pol ESPARGARÓ-KTM 4

13 Jorge LORENZO-Honda 3

14 Andrea IANNONE-Aprilia 2

15 Johann ZARCO-KTM 1

Vidéo : Les moments spectaculaires du GP du Qatar 2019

Message de Mir aux fans argentins :

Photos © Suzuki Racing

Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar