En ce vendredi 13 août 2021, Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Red Bull Ring, au terme de la première journée du Grand Prix d’Autriche.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français, qui occupe la tête du championnat du monde et dont le coéquipier vient d’être mis à pied par Yamaha.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Fabio Quartararo sans la moindre mise en forme.


Avez-vous fait un progrès sur le mouillé par rapport à la semaine dernière ?
Fabio Quartararo : « Oui. Il n’a pas été fantastique. Le matin, mon feeling était super sur le sec, mais sur le mouillé nous n’avons toujours pas de bon feeling. Nous avons des problèmes que nous ne pouvons pas résoudre et nous avons essayé quelque chose de vraiment très différent pour voir s’il y avait une amélioration. Mais sur le mouillé, je ne me sens pas bien : Vers la fin, j’ai pu obtenir la sixième position mais le feeling n’est pas super donc j’essaierai de faire de mon mieux pour améliorer ces sensations. »

Pouvez-vous donner plus de détails ?
« C’est le feeling sur l’arrière, où je n’ai pas d’adhérence en rentrant dans le virage. Je n’ai pas assez de confiance pour avoir une bonne vitesse de passage et nous savons que, sur le mouillé, la vitesse de passage est importante. Entre la ligne droite et l’inclinaison, le feeling est horrible, donc nous devons améliorer ça pour être plus rapide sur le mouillé. »

Quel était le problème qui vous a contraint à l’arrêt et ce matin ?
« C’est arrivé dans le changement de direction entre le virage le virage lui : J’ai passé deux vitesses et l’une d’entre elles ne s’est pas enclenchée. Je suis resté en troisième vitesse et, dans ce virage, passer en troisième n’est pas pris en compte par l’électronique. J’avais une faible puissance et j’ai senti une baisse de performance, et c’est pourquoi je me suis arrêté : J’avais de moins en moins de puissance et je n’avais rien au tableau de bord, donc j’ai trouvé ça étrange. Je me suis arrêté j’ai tout regardé au tableau de bord, donc j’ai décidé de repartir mais ce n’était pas un problème de moteur ni de boîte de vitesses. C’est simplement que je n’ai pas actionné le sélecteur assez fort et je n’ai pas passé la vitesse. »

Que pensez-vous des nouveaux messages au tableau de bord et que comptez-vous faire si vous en recevez un ?
« Pour être honnête, je ne sais même pas ce que sont ces nouveaux messages au tableau de bord. Je me renseignerai mais pour le moment je veux seulement ne pas commettre d’erreur. Je sais seulement qu’il y en a un au sujet de l’équipement, mais je me renseignerai. Je pense que nous avons assez de messages et beaucoup d’indications, donc je ne pense pas qu’avoir davantage de messages au tableau de bord aidera. »

Si Maverick Viñales ne revenait pas dans l’équipe Monster Energy Yamaha, être seul pourrait-il nuire au développement de la moto ?
« Avant tout, je ne sais rien sur la situation de Maverick mais quoi qu’il en soit nous n’aurons pas de nombreuses choses à développer d’ici à la fin de la saison. Si nous devons développer quelque chose, ce sera la moto 2022, si nous sommes à l’heure pour l’essayer. Je ne dirais pas que c’est un travail facile mais je sais ce que je dois faire pour développer la moto. D’une façon générale, n’auront pas de nombreuses pièces à essayer, mais ce n’est pas un problème. »

Vous avez commencé la FP2, il y avait des éclairs et de l’orage. Avez-vous déjà roulé dans ces conditions ?
« J’ai déjà roulé au Japon en 2019 et c’était vraiment vraiment mouillé, et j’aime ça ! Quand c’est complètement mouillé, je préfère ça qu’à des conditions étranges. S’il doit pleuvoir, je préfère une course sur une piste complètement mouillée car c’est beaucoup plus drôle. Bien sûr, cela dépend les conditions de piste car nous savons que le virage 2 (3) est un endroit plutôt dangereux, mais avoir une course complètement mouillée avec de bonnes conditions de piste n’est pas un problème. Je préfère ça à des conditions mixtes. »

Tu as quand même fait des chronos plus rapides sur le mouillé cette semaine. Il n’y a pas d’amélioration perceptible au guidon ?
« Non, c’est pareil. Il y a toujours la même condition (sensation) mais c’est juste qu’avec les conditions séchantes il y avait l’opportunité de freiner un peu plus tard et d’être un peu plus à la limite, mais pour moi il n’y a eu aucune amélioration. En tout cas, on est parti avec la moto que la semaine dernière, enfin pas la même moto puisqu’il y a eu un petit changement, mais il n’y a pas un changement énorme. Donc malheureusement le feeling n’est toujours pas je le veux, mais on travaille pour vraiment avoir un bon feeling. »

As-tu été surpris par le temps de Johann Zarco ?
« Oui, Johann a fait un très bon temps. Ce matin, il y avait de très bonnes conditions, et surtout il a passé un médium/soft qui est pour moi le meilleur choix de pneus à faire dans ces conditions. Mais c’est vrai que j’ai été un petit peu surpris de voir la rapidité. Je pense qu’il a aussi trouvé de bonnes données de la semaine dernière, et ça l’a aidé à améliorer. Ce sera un concurrent pour la victoire, c’est clair ! »

Ce matin, tu n’as pas passé de nouvelles gommes. Quelle était ta stratégie ?
« Je suis le premier pilote à ne pas avoir changé de gomme, donc ça veut dire qu’on avait un bon rythme. La semaine dernière, on avait des problèmes avec le pneu arrière et aujourd’hui c’était beaucoup mieux car notre rythme était plus rapide, avec un pneu soft à l’avant que je n’aime pas du tout. On a pu voir que Martin a fait un très bon pas en avant quand il a mis le médium, donc mon but ce matin était de travailler sur le pneu arrière et ça a bien marché. »

 

 

Classement FP1/FP2 du Grand Prix MotoGP d’Autriche sur le Red Bull Ring : 

Crédit classement: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP