L’affaire entre Viñales et Yamaha continue à alimenter les conversations entre les pilotes et pas seulement au sein du paddock MotoGP. On rappellera que l’Espagnol a été mis à pied par le constructeur en raison de soupçons d’une tentative de sabotage qui aurait été révélée par les datas et que l’on peut interpréter comme vraie au travers d’une vidéo diffusée ICI. Une conjoncture qui suscité des avis aussi divers que variés. Et c’est que l’on constate entre Scott Redding et Jack Miller…

Commençons par le côté solidaire de Scott Redding, ancien du MotoGP et à présent officiel Ducati en WSBK. Une position par ailleurs contestée puisque la rumeur veut que Bautista comme Petrucci pourraient s’installer dans son box actuel en 2022. Dans une longue communication sur la toile, l’Anglais, qui regrette par ailleurs être banni par l’Espagnol, commente : « Maverick m’a bloqué pendant de nombreuses années sur les réseaux sociaux. Mais peut-être qu’il me lira ici » a écrit Scott Redding dans les commentaires sur le post d’Aleix Espargarò. « Maverick, parfois ce sport peut être si dur et implacable, il semble que rien ne s’oppose à votre chemin. Le monde repose sur vos épaules ».

« Vous ne faites jamais de pause, vous commencez à détester le sport et finalement vous-même. Mais je peux vous dire par expérience que ce sera plus difficile, mais il y aura un revirement et les choses iront bien. C’est une épreuve de la vie. Ne vous laissez pas abattre, fermez les yeux et pensez à toutes les choses incroyables que vous avez accomplies dans la vie avec la course et en dehors de la course. Je n’ai aucune animosité envers toi et je ne sais pas la raison pour laquelle tu ne m’aimes pas, mais la vie est trop courte, sois fort et prends soin de toi ».

Viñales

Miller sur Viñales : “quoi qu’il arrive, il faut être professionnel et courir”

Chez Jack Miller, le son de cloche est bien différent… « C’est très simple : nous sommes payés pour courir, pas pour être des influenceurs », étaient les mots du pilote Ducati. « Je ne veux pas dire qui a raison entre Viñales et Yamaha , ce sont des questions qui ne concernent qu’eux. Mais de mon point de vue, il n’en demeure pas moins que si on est payé pour courir, il faut courir et essayer de battre ses adversaires ».

L’avis de Jackass est que Viñales a effectivement failli à ses obligations professionnelles : « quoi qu’il arrive, il faut être professionnel et courir », poursuit-il. « Il m’est également arrivé de rester immobile sur la grille de départ. Cela m’est arrivé en Thaïlande, l’une des pistes les plus chaudes et les plus dures du championnat du monde. Pourtant, j’ai travaillé dur pour rassembler au moins un point à cette occasion. Parce que je suis payé pour ça ».

Viñales



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller, Maverick Vinales, Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Monster Energy Yamaha MotoGP