En se situant à la 13e marche d’un Championnat du monde MotoGP qui en compte 20, le Grand Prix d’Autriche sur le Red Bull Ring marquera les deux tiers de la quête d’un titre mondial plus ouvert que jamais. Mais avant d’analyser la dynamique de chaque force en présence, notons quelques nouveautés techniques…

La plus grosse est bien entendu la nouvelle chicane mise en place cette année entre les virages 2 et 3 pour casser la vitesse d’arrivée dans ce dernier.

On aurait pu la nommer « chicane Zarco » pour se rappeler, s’il le fallait, l’effroyable incident survenu en 2020 qui est passé à un cheveu de se transformer en tragédie…

… mais les autorités ont préféré opter pour une nomenclature moins humoristique et plus numérique : virage 2A et virage 2B.

La première conséquence est de figer les records du tour de l’ancien tracé, Jorge Martin restant à tout jamais le plus rapide en 1’24.643 depuis sa pole position 2021.
La deuxième est de rajouter un freinage sur un circuit qui était déjà noté 5/5 sur l’indice de difficulté de Brembo qui fournit les freins à la totalité du plateau MotoGP. Outre le fait que le fabricant italien a revu son échelle pour y classer le Red Bull Ring à 6/6, cela fait rentrer le circuit autrichien dans la liste très réduite des tracés où les disques en carbone de 320 mm sont interdits. Au programme seront uniquement les 340 et 355 mm, comme à Motegi et Buriram, mais uniquement en version à ailettes, soit la solution la plus puissante disponible.

Enfin, au cas où, on rappelle que le Long Lap s’effectue au virage #1 et coûte beaucoup plus cher qu’à Silverstone…

On en arrive au championnat, où la situation est un peu paradoxale: bien qu’ayant perdu lourd avec son erreur à Assen, le leader actuel, Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP™), s’est sorti de sa pénalité de Silverstone en augmentant très légèrement son avance sur son poursuivant immédiat, Aleix Espargaro (Aprilia Racing), relégué à 22 points. Mais cela n’a été possible que grâce à la blessure aux pieds et au talon droit de ce dernier et, pire pour le Français qui commençait à apparaître comme le grand favori pour la couronne 2022, un troisième et menaçant prétendant remonte à la vitesse Grand V en enchaînant les victoires, Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team). Avec des circuits à venir pas spécialement favorables à une Yamaha M1 qui a des difficultés à doubler, à l’image du Red Bull Ring où Yamaha n’a jamais gagné, El Diablo devra faire preuve de sang-froid et saisir toutes les opportunités pour tenter de doubler son titre de champion du monde: une tâche difficile mais motivante et loin d’être impossible pour le pilote Monster…

La dynamique a donc changé de camps et la confiance est de mise chez Ducati en arrivant sur sur le tracé taillé à la serpe où la firme de Borgo Panigale a remporté six victoires en MotoGP, depuis le retour en 2016, avec Andrea Iannone (2016, depuis la pole), Andrea Dovizioso (2017, 2019 et 2020/1), Jorge Lorenzo (2018) et Jorge Martin (2021/1, depuis la pole).

Avec Francesco Bagnaia en forme, son coéquipier Jack Miller tout juste monté sur le podium à Silverstone, Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP™) de retour aux avant-postes en Grande Bretagne et 4e du championnat, Johann Zarco (Prima Pramac Racing) solide et rapide en Angleterre, et Jorge Martin (Prima Pramac Racing) déjà vainqueur sur le circuit autrichien, on se frotte déjà les mains du côté de Bologne, d’autant que la liste ne s’arrête pas là, avec par exemple un pilote comme Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team), également rapide et désireux de jouer dans la cour des grands.

Face à l’optimiste de l’armada rouge, une autre marque italienne baigne dans l’euphorie, du moins d’un côté de son box, celui de Maverick Vinales (Aprilia Racing). On a rarement vu le pilote catalan aussi heureux qu’après sa 2e place à Silverstone et, un an après sa séparation avec Yamaha, le pilote de Noale a maintenant atteint un niveau où il peut interférer dans le déroulement du championnat, comme pourrait d’ailleurs le faire un nouveau moteur pour la RS-GP dans les Grands Prix à venir. Notons d’ailleurs que Lorenzo Savadori , bien que souffrant légèrement d’une blessure à l’épaule subie lors d’un entraînement, est présent en Autriche…

Et, comment parler du Red Bull Ring sans évoquer la prestation de Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing), leader de fait de la firme de Mattighofen qui a gagné deux fois à domicile (Miguel Oliveira lors du GP de Styrie 2020 et Brad Binder lors du GP d’Autriche 2021): il engrange les points avec une régularité de métronome, en plus de saisir les occasions, comme il l’a fait l’an passé en slicks sur le mouillé.

Numéro 1 chez KTM depuis le départ connu de Miguel Oliveira chez RNF, le Sud-Africain accueillera l’an prochain l’Australien Jack Miller comme coéquipier pour faire un duo exotique de l’hémisphère sud, alors que les machines sœurs de l’équipe Tech3, une fois repeintes en rouge et blanc aux couleurs GASGAS, seront pilotées par Pol Espargaro et (sans doute) Remy Gardner. Une annonce sera faite dans les heures qui viennent…

Bien que performantes et disposant de pilotes rapides, les Suzuki d’Alex Rins et Joan Mir souffrent toujours en qualification. Cela, plus un nombre impressionnant des résultats blancs et une ambiance forcément lourde depuis l’annonce du retrait du constructeur d’Hamamatsu en fin d’année, relègue malheureusement les belles GSX-RR aux 8e et 12e places du classement général.

Enfin, notons la présence dans le paddock de Marc Marquez (Repsol Honda Team) en tant que conseilleur pour les hommes de Honda visiblement perdus sans le prodige au guidon. Le numéro 93 n’a pas encore piloté ou couru depuis le Mugello et sa dernière opération chirurgicale, mais reste quand même le leader actuel aux points de la firme à l’aile d’or (!) et sera présent pour permettre à l’usine japonaise d’orienter le développement de la nouvelle RC213V dans la bonne direction. Déjà en contact depuis son domicile, l’octuple champion du monde sera donc présent en Autriche et à Misano, toujours remplacé par Stefan Bradl sur sa machine.

En résumé, depuis le retour du MotoGP sur le Red Bull Ring en 2016, Ducati a gagné 6 fois et KTM 2 fois, les 4 cylindres en ligne jamais: faites vos jeux !

Marc Marquez s’exprimera en direct à 15h30, Fabio Quartararo, Aleix Espargaro, Francesco Bagnaia, Brad Binder et Maverick Vinales seront présents à 17 heures en conférence de presse, avant que le triple Champion du Monde Luigi Taveri ne soit intronisé dans le MotoGP™ Legends Hall of Fame à 18 heures en présence de sa famille.

Le programme officiel ici

Le programme officiel ici