Tito Rabat devrait faire partie des pilotes en MotoGP qui sont habités par une certaine sérénité. Il fait en effet partie de ceux qui ont assuré leur avenir jusqu’en 2021. Il a même été le premier à pouvoir revendiquer une telle lisibilité. Soit avant Viñales et Quartararo chez Yamaha, avant Marc Márquez chez Honda et avant Rins puis Mir, fidélisés chez Suzuki. Certes, mais sa signature est effaçable en bas d’un document qui peut être vite oublié. Demandez à Karel Abraham ce qu’il en pense…

La crise du coronavirus va impacter la vie économique du paddock et celle aussi du salaire des pilotes. Cela va-t-il entraîner également une insécurité juridique des contrats paraphés du temps de l’ancien monde ? A voir, mais il en est un qui se pose cette question. Il s’agit de Tito Rabat, pilote Avintia Ducati. Et pour cause…

L’Espagnol se souvient ainsi du sort réservé à un Karel Abraham qui pensait s’être assuré de la saison 2020. Mais Johann Zarco est arrivé, Ducati a eu ses arguments et le Tchèque s’est retrouvé sur la touche. Avec les difficultés qui pointent, les contrats peuvent devenir de plus en plus facile à rompre. Une précarité que l’ancien Champion du monde de Moto2 considère avec le plus grand sérieux. A  Onda Cero, il a déclaré : « nous avons déjà vu comment le marché est. »

Pour asseoir sa position, il va donc devoir élever son niveau de jeu. Paradoxalement, c’est celui qui lui a mis le doute en tête en poussant son ancien équipier vers la sortie qui peut être une opportunité, en faisant monter en grade l’équipe Avintia chez Ducati.



Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing