Comme après chaque Grand Prix, Jack Miller partage ses pensées sur son blog.

Après celui de Catalogne que l’Australien a terminé à la 3e place à la faveur de la pénalité infligée à Fabio Quartararo, le pilote officiel Ducati constate et confirme sa bonne forme du moment, au point de ne pas se soucier de ceux qui prennent sa roue…


 

Troisième place dans la course, troisième dans la course au titre 🥉

Bonjour à tous,

C’était une bonne journée pour moi. Vraiment bonne. Première fois sur le podium ici à Barcelone, j’ai gagné une place au championnat pour être maintenant troisième, et j’ai continué ma bonne série. Je n’ai pas à me plaindre.

La course s’est vraiment bien passée pour moi et j’ai exécuté mon plan à la perfection. Enfin, presque, en tout cas. Je suis parti en tête au début et j’ai essayé de gérer le rythme, mais j’ai raté une vitesse en revenant dans le virage 5 et j’ai perdu quelques positions. A partir de là, la température du pneu avant est montée en flèche et j’ai passé un bon moment à essayer d’éviter d’être dans le sillage des gars devant pour ne pas qu’il dépasse la limite. J’ai essayé d’envoyer de l’air froid sur le pneu mais la température ne voulait pas baisser, donc le niveau de stress a augmenté un peu. Ça a joué sur mon esprit, définitivement.

Je me suis accroché et il semblait que la quatrième place était ce que je pouvais faire de mieux, mais j’ai eu un coup de chance quand Fabio (Quartararo) est sorti de la piste au premier virage avant de revenir. Je savais qu’il devrait perdre une seconde pour être revenu sur la piste, alors j’ai fait en sorte de rester juste derrière lui dans le dernier tour. Nous connaissons tous les règles de ce virage, donc je n’étais pas vraiment surpris quand ils m’ont emmené dans le parc fermé pour le podium, même si j’avais franchi la ligne en quatrième position.

Personne ne veut monter sur le podium de cette façon, vous préférez finir dans les trois premiers sur la piste elle-même, mais les règles sont les règles et je savais que si je restais où j’étais, je monterais sur le podium. Ce n’était pas une surprise, et pour être honnête, ce qui m’a surpris, c’est la raideur des escaliers pour monter là-haut, parce que je ne les avais jamais montés auparavant !

C’était une bonne façon de terminer un weekend où il s’est passé beaucoup de choses. Samedi a été une journée assez mouvementée: je ne suis pas arrivé directement en Q2 pour la première fois de l’année, je suis passé en Q1, j’ai remorqué Marc Márquez pendant quelques tours, j’ai fait un gros highside en Q2, j’ai sali mes cuirs, et j’ai manqué la pole pour trois centièmes de seconde. Pas de moments ennuyeux ici ! J’ai déjà vécu moins de drames en partant en deuxième position sur la grille, c’est sûr.

Tout le monde voulait parler de ce qui s’est passé avec Marc, probablement parce qu’il avait fait la même chose à Maverick (Viñales) lors de la dernière course au Mugello, et le plus drôle, c’est que lui et moi avons plaisanté à ce sujet la veille : Il savait qu’il avait un peu de mal à trouver son rythme et qu’il avait probablement besoin d’un remorquage, alors je lui ai dit qu’il devrait m’en payer un ! Et puis c’est arrivé. Nous en avons bien ri. De toute façon, le premier remorquage est gratuit mais je pourrais lui envoyer la facture si cela se reproduit, lui ou les gars de Honda de toute façon…

Vous pouvez vous énerver à ce sujet et tout le reste, mais la chose la plus importante dans cette situation, quelque chose que j’ai appris au fil des ans, est que vous devez vous concentrer sur votre travail, sur ce que vous faites. C’est un état d’esprit. Si vous allez là-bas en pensant au gars derrière vous, vous avez déjà perdu. S’il y a quelqu’un d’autre derrière vous, qu’il en soit ainsi. S’il y en a trois, peu importe.

Après la qualification, j’étais assez content de ne pas m’être blessé parce que d’habitude, il n’y a pas de petits highsides au virage 3, c’est un bon vieux virage rapide ici. Je me suis juste laissé emporter par l’accélérateur… Enfin, heureusement, j’ai été projeté vers l’avant plutôt que vers le haut, donc pour une chute dans le virage 3, je m’en suis bien sorti. C’est bien d’être en un seul morceau ! Normalement, le pneu est meilleur lors du deuxième tour rapide et bien sûr, je lui en demandais un peu, mais il a lâché très vite. Ça m’a envoyé à l’avant mais je m’en suis bien sorti, j’ai glissé sur le dos et ça allait.

Quoi qu’il en soit, ça fait trois podiums en quatre courses, et je sens que je suis dans un bon élan. C’est le même sentiment que j’avais à la fin de l’année dernière. Je suis dans un bon rythme, je me sens à l’aise sur la moto et je suis capable d’être là ou à peu près là le dimanche. Ça ne fait que s’améliorer de semaine en semaine.

Salut, Jack

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team