Via le site officiel MotoGP.com, nous avons assisté dimanche à la conférence MotoGP post-course du Grand Prix de République Tchèque qui a réuni Brad Binder, Franco Morbidelli et Johann Zarco.

Comme à notre habitude, nous reportons ici l’intégralité des propos de Johann Zarco, sans la moindre mise en forme.


Johann Zarco : « En partant de la pole, l’objectif était de débuter la course en tête. Si j’avais pris un bon départ, j’aurais peut-être été premier ou deuxième et profité du pneu neuf pour m’échapper un petit peu. Mais j’ai raté mon départ et j’ai perdu des positions. Quand Franco s’est échappé, j’ai pensé que je pouvais le suivre mais j’ai dû me battre avec les autres et je n’ai pas pu doubler pour me retrouver en deuxième position et rattraper immédiatement Franco. Cela a été un peu compliqué car après quelques tours, je n’ai pas retrouvé cet avantage que j’avais en début de course. Quelques tours plus tard, quand Pol m’a doublé, il a également commencé à commettre quelques petites erreurs : il arrivait fort dans les virages, mais à de nombreuses reprises il a un peu élargi et raté le point de corde. A partir de ce moment, je me suis senti de nouveau à l’aise et je suis arrivé avec une bonne vitesse de passage en virage, ce qui est ma caractéristique dans ces grands virages. J’ai essayé de passer pour rattraper Fabio et quand il y a eu le contact entre nous, je me suis demandé s’il était tombé, mais je ne l’entendais plus… J’étais un peu inquiet car je connais les règles et elles sont plutôt strictes. Mais la pénalité n’est pas arrivée et je me suis dit “c’est OK”. J’ai rattrapé Fabio et je l’ai passé puis j’ai commencé à m’échapper mais j’ai eu la pénalité de long lap. C’était dommage car je pensais que j’allais perdre la troisième position et qu’il serait alors difficile de se battre pour le podium, car il aurait fallu se battre avec les autres alors que les pneus se dégradaient et qu’on patinait beaucoup, ce qui tend à faire plus d’erreurs. Comme personne ne m’a doublé pendant ce long lap, cela a été comme une deuxième chance et je me suis dit “OK, si je reste concentré et essaie de rattraper Franco, ce sera une bonne chose pour au moins sauver le podium”. Cela a bien fonctionné, même si Rins est revenu très fort durant les deux derniers tours, car j’ai pu dans le dernier secteur. »

Comment considérez-vous ce qu’a fait Brad Binder aujourd’hui ?

« Je suis heureux pour Brad et aussi pour KTM. Il a pu faire un travail ce que je n’ai pas pu faire pour eux l’année dernière. Ils ont fait un grand pas en avant pendant l’hiver sur la moto. Il est arrivé avec un esprit neuf, mais cela facilite beaucoup pour faire du bon travail sur la KTM. Et il le prouve déjà maintenant. Il avait déjà été rapide à Jerez et les autres coureurs et moi ont eu de la chance qu’il chute, car il aurait pu être sur le podium. Aujourd’hui, c’était un peu délicat avec les pneus et il avait un avantage donc il a gagné. Je suis donc heureux pour lui, mais heureux pour moi aussi. Maintenant, je suis avec Ducati et je me sens mieux car ils m’expliquent beaucoup de choses et je peux retrouver la confiance. Il semble donc que nous sommes bien tous les deux à différents endroits. Nous sommes chacun à la bonne place. »

À ce point de la conférence, Johann Zarco commence à chanter une chanson sur Brad Binder… et se fait applaudir par l’assemblée !

Qu’avez-vous appris aujourd’hui sur la Ducati ?

« La chose que j’ai apprise, c’est que je dois améliorer mes départs. Ce sera une grande aide pour les prochaines courses. A certains tours, je me sentais bien et je rattrapais beaucoup les gars au freinage, dans les virages, et et je me sentais à l’aise en sorties, mais à certains tours je commettais des erreurs. Donc je ne peux pas dire que j’ai appris des nouvelles choses mais j’ai confirmé les choses que je dois faire à la perfection sur la moto pour être encore plus fort et encore mieux contrôler la course. Mais aujourd’hui a été une bonne journée car sauver le podium malgré le long lap était un bon jour pour moi. »

Pensez-vous que vous auriez dû être davantage patient et rester chez KTM ?

« Vous aimez bien poser des questions polémiques… Brad a fait le travail que je n’ai pas pu faire l’année dernière et je suis très content pour lui et pour KTM. Je n’ai aucun regret de me demander si j’aurais dû être plus patient ou pas. Non. Au moment où je peinais l’année dernière, je devais faire un changement pour moi-même et prendre une grande décision pour retrouver une certaine liberté et être en accord avec moi-même. J’avais la sensation de gagner de l’argent en ne faisant rien, en faisant de la merde, et je n’étais pas d’accord avec ça. J’ai donc dû être honnête également avec KTM en leur disant que je ne voulais pas faire ces choses et que je préférais m’en aller, plutôt que de mal faire. C’était un très grand changement, mais quand j’ai commencé à visiter Ducati en décembre, j’ai eu un feeling différent. C’était le même que j’avais eu en Moto2. Je ne sais pas si cela venait du fait que les personnes étaient latines, mais la moto m’a procuré plus de confiance en février à Sepang, et à partir de là, j’ai pu bien mieux travailler sur moi-même. Pour KTM, c’est simplement parfait d’avoir Brad. Il a montré l’année dernière qui il était en Moto2, et quand ils ont eu des problèmes il a pu aller au-delà des problèmes et remporter des courses. Maintenant, peut-être que la moto a fait un énorme pas en avant, mais comme une MotoGP n’est jamais une moto parfaite, il peut mieux la piloter. »

Casey Stoner vous a défendu sur Twitter, mais auriez-vous pu éviter le contact avec Pol ?

« Concernant ma pénalité avec Pol, je pense que c’est en accord avec les règles que nous avons. Comme je l’ai dit, il a élargi et j’ai essayé de plonger car il y avait la place. Et je pense que je l’ai plutôt bien fait, en pensant qu’il me verrait. Comme il y a eu le contact, il semble qu’il ne m’a pas vu, mais en course, vous devez essayer des choses et nous n’avons pas tout le temps une grande marge pour doubler car il freine toujours très fort et rentre vite dans les virages. Il n’est donc pas facile de le doubler au freinage, mais c’est aussi pour ça qu’il a élargi au premier virage. Avec le règlement, je m’attendais à ce quelque chose arrive, et j’ai tout d’abord été heureux que rien ne se passe, puisqu’ils ont attendu de nombreux tours pour me donner la pénalité de long lap. Pour moi, la pénalité de long lap ne devrait pas être plus pénalisante. Pour moi, cela a été bon car je n’ai pas perdu de position dans cette course. Mais cela fait aussi partie de la course et nous devons nous souvenir que la compétition n’est pas facile car nous avons tous des esprits de combattants. Je mérite ce podium aujourd’hui et je suis désolé pour Pol. »

Quand vous avez appris votre pénalité, cela vous a-t-il déconcentré ?

« Quand j’ai appris ma pénalité, je n’étais pas en train de me battre avec quelqu’un, mais j’étais complètement concentré pour essayer de rattraper Franco. J’ai vu la pénalité et j’ai pensé que j’allais la faire immédiatement pour ne plus avoir à y penser : “je l’a fait maintenant comme ça je ne perds pas la concentration”. Je suis surpris que tout le monde dise que j’ai fait ce long lap d’une façon fantastique, car j’ai simplement posé le genou au sol parce que je m’attendais à ce que les gars reviennent et à ce que je perde deux ou trois positions. C’est vrai que personne n’est venu, et pendant que je prenais le virage complètement à l’extérieur comme ça, c’était long et inconfortable mais je me suis dit que c’était peut-être la Multistrada que j’utilise chaque jour chez moi, dans les ronds-points avec peu d’adhérence, qui m’avait aidé aujourd’hui. »

Avec votre moto de l’année dernière, vous finissez loin devant les autres Ducati. Comment expliquez-vous cela et comment voyez-vous votre futur chez Ducati ?

« Pourquoi ai-je été rapide aujourd’hui sur la Ducati alors que les autres pilotes de la marque ont peiné ? Je ne sais pas ! Je suis simplement content que les choses s’accordent bien depuis vendredi. Avec le pneu neuf, je suis rapide, au moins sur un tour, mais c’était un point faible à Jerez. J’ai pu conserver ça samedi et la pole position a été fantastique. Mais aujourd’hui, nous savions que cela allait être difficile et c’est pourquoi je voulais être rapide dès le début. Je pense que, même si j’ai raté mon départ, cela a été utile de m’élancer de la pole position et de rester avec ce groupe. Cela m’a aidé à partir et à préserver une bonne position. Le fait de moins se battre dans le groupe aide également à préserver les pneus. »
« Les choses se sont bien déroulées donc je ne veux pas trop penser à pourquoi cela s’est mieux passé que pour les autres Ducati ce week-end, mais c’est très positif pour moi de marquer des points dans les esprits Ducati. Le soutien qu’ils apportent déjà, y compris à l’équipe, en fait une très bonne équipe satellite, et nous le montrons. Je suis donc heureux pour l’équipe et j’espère mériter quelque chose de bien. Ce résultat arrive donc au meilleur moment, plus tôt que ce à quoi nous pouvions nous attendre, mais c’est toujours bon à prendre. Nous devons maintenant le confirmer à Spielberg et il semble que nous puissions le faire puisque nous savons que l’Autriche est bonne pour les Ducati. Mais je ne pense pas que ce sera facile. »

Que pensez-vous maintenant des doutes que vous avez eu sur l’équipe Avintia l’année dernière ?

« J’avais raison d’avoir des doutes sur l’équipe l’année dernière, car j’avais beaucoup peiné durant la saison et je ne voulais pas peiner encore plus. Ils n’avaient pas eu de très grands résultats et il s’agissait d’une équipe privée, pas d’une équipe satellite. Il n’y avait pas le même investissement de la part de Ducati, et à ce niveau, tout est très coûteux et toutes les pièces de la moto sont très importantes. Maintenant, Ducati fait très attention pour tous ses détails dans l’équipe et nous pourrons voir que tous les techniciens Ducati, avec les mécaniciens, sont tous passionnés et travaillent bien. Dans le passé, ce n’était pas à cause d’un mauvais travail des mécaniciens qu’il n’y avait pas de résultats. C’était simplement que le budget était très limite et qu’il n’avaient pas les meilleures pièces pour courir. C’est pourquoi ils ont beaucoup peiné. Maintenant, je suis simplement heureux de leur offrir ce bon résultat, car tout le week-end a été très satisfaisant. Un mécanicien ou un technicien a une grande passion, et quand son pilote se comporte bien, toute l’équipe est plus forte. C’est pareil pour Brad avec son équipe, qui est exactement l’équipe avec laquelle j’étais, et je suis également heureux pour ses mécaniciens car Brad peut leur apporter ce que je n’ai pas pu faire. Donc, tout est bon (moment d’émotion) ! »

Classement du Grand Prix de la République Tchèque MotoGP :

Crédit photo et classements : MotoGP.com




Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing