Enea Bastianini a été l’un des héros malheureux d’un Grand Prix d’Italie duquel il s’est retiré sans gloire. Au contraire même : il a percuté Johann Zarco lors de la mise en grille avec sa première moto, puis il a chuté avec la seconde quelques virages après l’avoir prise dans son box… Le rookie a même été sermonné pour son manque de concentration par le désormais chroniquer Jorge Lorenzo. En Catalogne, il devrait à nouveau se montrer sous son meilleur jour, et d’autant plus que l’horizon 2022 commence à se dégager…

Enea Bastianini aura à cœur de se racheter de sa courte et étrange prestation du dernier Grand Prix d’Italie dans un meeting en Catalogne qui devrait, aussi, lui donner quelques éléments de compréhension sur son avenir. Avant d’attaquer cet aspect des choses, il revient sur l’incident vécu avec Johann Zarco sur la grille de départ au Mugello : « à la fin du tour de chauffe, j’ai heurté Zarco. J’accélérais et il était impossible de ne pas le toucher. J’avais vu que l’airbag était débranché, mais heureusement il a quand même explosé. À la fin de la course, les gars d’Alpinestar m’ont dit que même s’il est déchargé et clignote, il a en fait encore trois heures d’autonomie, donc cela aurait fonctionné de toute façon ».

Il ajoute : « Mugello était assez compliqué pour tout le monde. C’était certainement très spécial, la minute de silence avant le départ vous fait perdre votre concentration et penser à autre chose. À ce moment-là, nous n’en avions pas besoin, mais c’était difficile car la nouvelle était déjà sortie. J’aurais préféré ne pas courir mais finalement ça s’est fait normalement. J’étais aussi emporté par d’autres pensées qui ne m’aidaient pas ». Une réflexion qui finit par poser question sur l’impact qu’a eu sur le mental des pilotes cet hommage sur la grille de départ à Jason Dupasquier.

Bastianini : « j’aimerais continuer avec Ducati et je pense que cela pourrait être possible »

Il termine ainsi sur cet épisode : « je suis vraiment désolé, j’aurais pu faire une bonne course et ce n’était pas possible. Maintenant il y a Barcelone, ​​une de mes pistes préférées, je veux être rapide ici ». Et ce sera l’occasion de briller, car des choses se décident pour 2022… « Gresini est très proche de signer avec Ducati. Pour le moment, je n’ai pas d’autres nouvelles. Nous verrons ce qui se passe pendant ce week-end et le suivant. J’aimerais continuer avec Ducati et je pense que cela pourrait être possible, mais pour le moment je ne sais pas encore ».

En effet, Gresini en Ducati serait la planche de salut MotoGP pour Bastianini actuellement chez Avintia qui va devenir l’an prochain Aramco VR46. Avec certes, sans doute aussi des Ducati, mais avec des académiciens du ranch de Tavullia dessus…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Enea Bastianini

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini