En ce vendredi 4 juin 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Montmeló au soir de la première journée du Grand Prix de Catalogne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui évolue ce weekend sur sa manche à domicile et a donc à cœur de bien faire, même si ses résultats du jour restent pour l’heure peu probants, avec une lointaine 15e place aux temps combinés.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.

 

 


 

Quelles sont les sensations au niveau des muscles de votre bras droit ? Est-ce que vous ressentez des progrès chaque weekend ?

« J’ai tout de suite senti qu’en deux ou trois points du circuit je devais adapter ma position. Par exemple j’ai des problèmes dans les virages 3 et 4, ainsi que dans les deux derniers virages, alors qu’à l’inverse je n’éprouve aucune difficulté pour freiner au bout de la longue ligne droite : je n’ai aucune limitation à cette endroit, je peux freiner là où je veux et appliquer mon style de pilotage. Après, dès qu’il y a des mouvements brusques sur la moto, ou des vibrations en sortie de virages, alors je n’arrive pas à bien contrôler la moto. Mais par rapport à la journée du vendredi au Mugello je me sens bien mieux. C’est vrai que le résultat est le même au final, mais les sensations générales sont bien meilleures. »

« Par rapport au Mugello, je me sens bien mieux »

Est-ce que l’allocation de pneus avant vous cause des problèmes, comme ce peut être le cas chez KTM ?

« Nous avons une bonne allocation, même si c’est vrai que si le ciel est nuageux, ce sera peut-être une autre paire de manches. Je pense que le pneu medium va être un bon compromis pour tout le monde, car cette gomme est asymétrique et fonctionne bien. Nous avons aussi un pneu soft pour l’avant qui fonctionne bien sur un tour. »

Il semble qu’il n’y a pas beaucoup de grip sur ce tracé, et on vous a vu utiliser le pneu soft à l’arrière, ce qui est intéressant. Est-ce que vous pensez pouvoir l’utiliser en course ?

« C’est vrai que quand le grip est très bas, nous sommes rapides. Mais le problème c’est que c’est aussi le cas des autres constructeurs. Par exemple dans le deuxième secteur il vous faut absolument du grip si vous voulez être rapide. Pour l’instant les gars qui y sont les plus rapides ce sont ceux de chez Yamaha. Et pas qu’un peu, je parle de trois ou quatre dixièmes plus vite que tout le monde. Pour moi cela veut dire que le couple et la puissance ne sont pas les facteurs les plus importants ici. »

 

 

« Non, l’essentiel c’est d’avoir du grip, et à ce niveau-là nous sommes en difficulté. J’ai essayé le pneu soft pour savoir si ce pouvait être une réelle option pour la course, et la réponse est oui. Mais mon choix n’est pas encore arrêté, et je vais pour l’instant continuer avec le soft et le medium, et pourquoi pas essayer le hard comme Morbidelli. Mais au bout du compte si je regarde dimanche et que je vois que la majorité des pilotes choisit le pneu medium, alors je ferai de-même, et si c’est le soft je prendrai aussi le soft. Au final je n’ai pas la sensibilité suffisante pour décider par moi-même quel pneu est le plus approprié. »

On vous a vu en discussions avec Mick Doohan le weekend dernier. Il y a pas mal de comparaisons possibles entre vous et lui sur ce que vous avez traversé, pouvez-vous nous en dire plus ?

« Oui, j’ai pu échanger quelques mots avec Mick, c’était intéressant et important pour moi. C’est toujours bon de connaître son expérience. Ce qu’il m’a dit était très important et m’a aidé. J’apprécie vraiment tous ses conseils car c’est l’un de mes héros et il est passé par des situations comparables aux miennes. J’étais juste comme un enfant à l’école à l’écouter parler. »

« Mick Doohan est passé par des situations comparables aux miennes »

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team