En ce jeudi 3 juin 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Catalogne à l’occasion de la traditionnelle conférence de presse qui précède chaque Grand Prix.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui connaît des temps difficiles après son retour à la compétition au Portugal. Le numéro 93 sort en effet de deux Grands Prix où il a chuté en course, et s’est montré éprouvé physiquement lors de la dernière échéance en Italie.

Malheureusement pour lui, une semaine seulement sépare le Grand Prix d’Italie de sa manche à domicile, en Catalogne, qui se tient ce weekend sur le tracé de Montmeló. Le pilote Honda pourra néanmoins compter sur la présence de spectateurs – une première cette saison – pour se relancer.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.

 


 

Marc, vous sortez d’un weekend difficile en Italie. Comment vous sentez-vous  physiquement à l’approche de votre course à domicile, où rappelons-le des spectateurs seront présents en tribunes ?

« Cela va être la première fois cette saison que nous allons avoir des spectateurs sur le circuit, donc ça va être génial. Je pense que petit à petit, c’est ce à quoi le futur va ressembler. C’est le chemin qu’on doit prendre en tout cas. Cela mis à part, il est clair que le weekend au Mugello a été difficile, à l’image de tous les weekends d’ailleurs depuis que je suis revenu. Mais nous allons voir ce que ça donne ici. Nous allons essayer de faire un nouveau pas en avant. Nous allons poursuivre sur notre voie, et voir si nous pouvons progresser en termes de sensations, car au final les résultats ne comptent pas : Cela ne va pas changer ma vie que de finir huitième, dixième ou 12e. »

« Cela ne va pas changer ma vie que de finir 8e, 10e ou 12e »

Quand vous êtes revenu à compétition, cela a été difficile pour tout le monde d’évaluer votre niveau de forme, votre niveau de compétitivité, ainsi que celui de la Honda. Au final, qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans votre retour au MotoGP ?

« Quand vous prenez la décision de revenir, c’est que vous vous sentez plus ou moins en capacité de piloter la moto, mais ce qui m’a le plus surpris c’est de me rendre compte de nouveau à quel point piloter une machine de MotoGP est exigeant. Parfois, quand vous passez un peu trop de temps à la maison, vous oubliez à quel point c’est dur sur le plan physique. »

« Oui, ce qui m’a le plus surpris, c’est d’avoir beau me sentir prêt lors de la préparation physique, et sitôt sur la moto de reprendre conscience de toutes les forces qui s’exercent, telles que les forces latérales qu’il est impossible de simuler à l’entraînement. J’étais bien sûr capable de piloter une moto de route, mais piloter de façon agressive une MotoGP sur plusieurs tours, comme je le faisais auparavant, ce n’était plus possible. C’est donc très facile d’oublier le niveau d’exigence de ces machines, mais ce sont les meilleures au monde, pilotées par les meilleurs pilotes du monde, et il faut être à 100% si vous voulez vous battre pour le podium ou pour la victoire. »

« Il faut être à 100% si vous voulez vous battre pour le podium ou pour la victoire »

C’est la première fois depuis longtemps que des fans seront présents sur le circuit. On parle de 24 000 spectateurs, quel est votre sentiment à ce sujet ?

« C’est une étape naturelle vers une situation plus normale. C’est une bonne nouvelle, c’est bien que ce soit le premier Grand Prix qui va pouvoir accueillir quelques spectateurs. Comme nous l’avons vu dans le football ou dans le tennis, petit à petit les disciplines acceptent de nouveau des spectateurs. C’est naturel, d’autant plus qu’un circuit est beaucoup plus grand qu’un stade de foot ou un court de tennis. Je suis donc content et impatient qu’à l’avenir le nombre de spectateurs autorisés augmente, car c’est quelque chose à laquelle nous, les pilotes, sommes sensibles en piste. »

Est-ce que la présence de spectateurs change quelque chose en termes de pilotage ou d’approche de la course ?

« Je pense que cela ne change rien au niveau du style de pilotage ou de la performance. En revanche cela a des conséquences dans le tour d’honneur et les célébrations. C’est surtout dans ces moments-là que les spectateurs nous manquent. »

Qu’est-ce qui a été le plus compliqué depuis votre retour à la compétition au niveau de la moto ? Avez-vous des besoins en particulier ?

« Depuis que je suis revenu, cela a été difficile de bien appréhender ce qui se passe en piste et sur la moto. J’ai d’abord dû assimiler toutes les petites nouveautés qu’on put apporter les autres pilotes Honda l’an passé, mais honnêtement je n’ai rien compris. Je suis revenu à ma moto standard, celle que je connais, celle que j’ai pilotée en 2020 à Jerez. Je me suis dit que j’avais besoin d’accumuler les kilomètres, et j’ai progressé dixième après dixième. »

« Je n’ai rien compris des nouveautés apportées par les autres pilotes Honda »

« Mais je note davantage la différence entre le moment où je pilote en étant frais et le moment où je suis fatigué. C’est quelque chose que normalement on ne ressent pas : C’est très linéaire des FP1 à la course. A présent, je sens que je pilote différemment d’un jour à l’autre. J’ai l’impression que la moto a changé mais en réalité tout est lié à mes sensations, à mon style de pilotage. Je compense avec le bras gauche ce qui me manque au niveau du bras droit. Ce sont toutes ces choses que j’ai besoin de comprendre. Il faut que j’accepte que pas mal de pilotes sont plus rapides que moi à présent. Mais il faut que je passe par là pour atteindre mon objectif final, qui est de piloter au même niveau que par le passé »

Nous nous sommes rendus compte l’an passé que la Honda était en réalité une moto qui présentait de nombreuses difficultés pour tous ses pilotes. Dans quelle mesure pensez-vous que le départ de Cal Crutchlow soit lié à ces difficultés, étant donné qu’il a été très impliqué dans le développement et les essais de la moto par le passé ?

« Bien sûr, la Honda a été une machine difficile par le passé, mais une machine victorieuse. Et je pense que c’est toujours plus ou moins le cas. C’est une moto difficile, elle a des points faibles, mais le potentiel est là. Il est vrai que nous avons peut-être perdu un an pour nous maintenir au même niveau que nos adversaires en 2020, étant donné que je n’ai pas été en piste, et que Cal n’a pas été à son meilleur niveau »

« Mais Honda travaille dur pour progresser, et pour donner à ses pilotes une bonne moto, plus facile et plus performante. Ce que j’ai réalisé, c’est que si vous êtes en souffrance quelque part au niveau du physique, alors cela affecte beaucoup les performances et les chronos. Mais je pense également que si vous êtes en forme, concentré à 100% sur la moto, vous pouvez toujours gagner des courses avec cette moto. »

 

 

A quel point la nutrition est-elle importante dans votre préparation physique et votre récupération quand vous êtes blessé ?

« La nutrition est quelque chose d’important. C’est comme avec un moteur : Si vous ne mettez pas dedans le bon carburant, alors vous n’êtes pas performant. C’est important, d’autant plus quand vous êtes blessé et que vous devez récupérer. Je fais très attention à mon alimentation, surtout que je prends pas mal d’antibiotiques, qui usent assez mes défenses immunitaires. Cela touche à la fois les bonnes et mauvaises choses dans l’organisme. »

Vous êtes confronté à deux difficultés en simultané : D’un côté votre condition physique, et de l’autre les mauvais résultats de Honda. Cette situation peut-elle représenter une opportunité pour Honda de rendre sa moto plus facile à prendre en main ?

« Ces dernières années, j’ai demandé à Honda de produire une moto qui convienne à davantage de styles de pilotage. J’ai lu pas mal de choses qui expliquaient que les autres pilotes éprouvaient des difficultés parce que Honda continuait de suivre mes conseils. Mais le fait est que Jorge [Lorenzo, avec qui il a fait équipe en 2019], Cal, Nakagami et moi, nous pointions tous dans la même direction »

« Honda travaille très dur, mais je persiste à dire que s’il s’agit en effet d’une moto critique, vous pouvez quand même gagner des courses en agissant de la bonne façon. Mais par exemple pour gagner en 2019, cela m’a valu une vingtaine de chutes lors des essais libres. C’est difficile de trouver la limite, et tous les pilotes Honda rencontrent des difficultés cette année. Au final nous sommes tous dans le même bateau : Parfois le pilote doit s’accommoder de la moto, et parfois la moto doit s’adapter au pilote. En ce qui me concerne un retour au plus haut niveau est conditionné au fait d’avoir une moto que tout le monde puisse piloter, tout en gardant à l’esprit que pour gagner, il faut que chacun trouve le bon équilibre pour son pilotage. »

« Pour gagner en 2019, cela m’a valu une vingtaine de chutes en essais libres »

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team