En ce vendredi 4 juin 2021, Joan Mir a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Montmeló au soir de la première journée du Grand Prix de Catalogne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui a certes bouclé la première journée à une lointaine 16e place aux temps combinés, mais qui se veut tout de même optimiste quant au déroulé du weekend.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Joan Mir sans la moindre mise en forme.

 


 

Comment s’est passée cette première journée en Catalogne ?

« Franchement, je me suis senti dans le coup sur cette première journée. On ne peut pas dire que la piste était très adhérente, mais j’ai senti que j’étais compétitif durant les deux séances. Par contre nous avons eu un problème à la fin car je n’ai pas été capable de faire progresser mes chronos avec le pneu usé car nous avons eu des problèmes avec l’avant de la moto. C’est important de comprendre ce qui s’est passé, car pour le moment je n’en ai aucune idée. J’espère que ce sera résolu pour demain. »

Beaucoup de pilotes se plaignent du faible niveau de grip, et tous les types de gommes ont été utilisées, du soft au hard en passant par le medium. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’il se passe avec cette nouvelle surface et nous dire s’il y a de grosses différences entre chaque type de pneus ?

« Tout le monde s’est plaint du niveau de grip je crois, il était très bas, mais en plus la dégradation des pneus a été importante, et c’est pourquoi les pilotes ont voulu essayé différentes options dans l’objectif de trouver plus de régularité, car cela va être important. La dégradation des pneus est énorme sur cette piste, donc la gestion des gommes va être très importante en fin de course. Il est certain que ce sera la clé. »

« La dégradation des gommes sera très importante en fin de course »

« Personnellement j’ai essayé les trois types de pneus : avec le soft je ne pouvais pas si bien piloter car j’ai eu ce problème avec l’avant. J’ai ensuite essayé le medium et le hard, et là je me suis senti fort avec ces deux là. J’ai été capable à la fois d’être régulier et d’être rapide. Je ne suis pas trop inquiet à propos de mon rythme, car je pense que j’ai encore une bonne marge de progression. Le tout est de garder à l’esprit que la gestion des gaz sera déterminante dans la dégradation des pneus. »

 

 

Au début de la saison KTM, mais aussi Suzuki, ont été en difficulté avec la nouvelle allocation de pneus avant. C’est comme si vous aviez perdu votre pneu favori de l’an passé. Pensez-vous que vous pouvez compenser cela en ajustant les réglages de la moto ?

« Sur certaines courses j’ai utilisé ce pneu, le “S” comme on l’appelle, mais ça n’a pas été nécessairement une bonne chose pour moi. Sur certaines pistes nous l’avons utilisé, mais à l’inverse de KTM qui a eu de gros problèmes, cela n’a pas été vraiment le cas pour moi. »

Le tarmac ici présente différentes aspérités, différentes couleurs, notamment dans le virage 10. Est-ce que c’est quelque chose que vous ressentez sur la moto ? Comment se comporte la Suzuki sur cette partie de la piste ?

« C’est une partie de la piste qui est moins technique. Je l’aime bien : c’est un virage assez facile et qui présente moins de risques. Mais il y a aussi moins de possibilités de faire la différence vu que c’est plus facile, c’est vrai. Je pense qu’il y aura moins de problèmes à cet endroit en course, car la largeur de la piste et de l’échappatoire est importante, donc c’est clairement une amélioration à ce niveau. »

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar