En ce vendredi 4 juin 2021, Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Barcelona-Catalunya à l’issue de la première journée du Grand Prix de Catalogne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français, qui se présente ce weekend en Catalogne avec le statut de solide leader du championnat. Large vainqueur au Mugello dimanche dernier, le Niçois totalise en effet 24 points d’avance sur son plus proche adversaire au classement, qui n’est autre que son compatriote Johann Zarco.

Une avance qui pourrait encore augmenter ce dimanche, sur l’un des circuits préférés du pilote Yamaha, dont l’historique à Montmeló est des plus flatteurs : Première victoire en Grands Prix en Moto2 en 2018, premier podium en MotoGP l’année suivante avec une deuxième place, et enfin une nouvelle victoire l’an passé.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Fabio Quartararo sans la moindre mise en forme, même si la première partie est traduite de l’anglais (vouvoiement).


Fabio Quartararo : « Cela a été une très bonne journée. L’adhérence était très bonne et la vitesse était très bonne. Je suis très heureux. Nous avons vu certains pilotes utiliser le pneu arrière dur et je pense c’est une bonne option à essayer pour nous car nous avons vu à Portimão que c’était très bien. Je pense nous avons encore une petite marge de progression et nous avons déjà analysé qu’il y avait deux virages où je perdais beaucoup. Je pense en travaillant un peu sur mon style de pilotage et sur l’électronique, nous progresserons, donc c’est très bien pour le rythme de course et aussi pour l’attaque du chrono. »

Que pensez-vous du nouveau virage #10 ?

« J’ai déjà répondu une centaine de fois à la question du virage 10, mais c’est normal (rires). Je pense que le tracé est bien meilleur mais il y a un changement d’asphalte et l’adhérence est très mauvaise. Je n’y ai aucun feeling avec l’avant et il y a beaucoup de mouvements, donc j’espère que l’adhérence va augmenter. Mais oui, le tracé est bien meilleur et ressemble beaucoup plus au vieux Catalunya. »

Le circuit de Montmeló est-il aussi propice aux dépassements qu’au Mugello ?

« Le rythme était très bon, mais oui, il y a plus de virages au Mugello donc c’est un peu plus facile pour y doubler les Ducati. C’est donc un peu plus difficile ici. »

Utilisez-vous le holeshot device arrière au freinage ?

« Je n’utilise pas vraiment le holeshot device arrière pour freiner. Je l’utilise à certains virages mais ce n’est pas vraiment pour freiner. Donc si je dois répondre à votre question, je ne l’utilise pas particulièrement pour freiner. »

Vous dites que l’adhérence était très bonne mais Takaaki Nakagami a dit que l’adhérence était très faible…

« Oui, le rythme était très bon, mais l’adhérence n’était pas très bonne. Mais pour moi, l’adhérence n’était pas très bonne avant tout dans le virage #10 mai nous savons que Barcelone est un circuit très difficile pour l’adhérence. »

Pouvez-vous nous dire dans quel virage vous utilisez le holeshot device ?

« Je ne sais pas si je peux vous le dire mais je ne pense pas que ce soit un secret : j’utilise le holeshot device dans le dernier virage, à la sortie du dernier virage, et à la sortie du virage #9. Mais vous savez, il y a même certaines pistes où nous ne l’utilisons pas peu. C’est plus quelque chose à laquelle je m’habitue que quelque chose qui fonctionne vraiment. Par exemple, je ne l’ai pas utilisé à Portimao. Mais pour répondre à votre question, ici je l’utilise dans ces deux virages. »

On a beaucoup parlé des limites de la piste au Mugello, après la course mais aussi en commission de sécurité. Y a-t-il ici des virages où vous avez tendance à sortir de la piste ?

« Non. Il est très difficile de sortir des limites de la piste sur ce circuit. Si vous franchissez des limites de la piste sur ce circuit, c’est plus à l’extérieur des vibreurs, donc il n’y a pas ici un virage comme au Mugello où c’est mieux de passer à l’extérieur des vibreurs. Je pense que ce qui s’est passé au Mugello est dommage. Au final, ils ont gardé les mêmes positions mais si l’un ou l’autre avait perdu le podium, cela n’aurait pas été terrible, car je pense qu’ils le méritaient. Ce n’est pas parce que vous sortez de 3 mm ou 3 cm que ???
Si vous allez à l’extérieur des vibreurs, alors je pense qu’il est correct d’être pénalisé d’une position. Mais quand c’est à la fin, il n’est pas nécessaire de le faire. »

Envisages-tu d’essayer le pneu dur demain ?

« Avec le médium ça peut faire la course mais, en regardant le rythme de Morbidelli, je pense qu’on peut considérer que c’est un pneu que l’on doit essayer. Je pense qu’il est clair que Franco et Miguel ont un petit extra. Miguel a essayé le soft au début mais je pense qu’il y a un petit extra en constance, en stabilité, en grip je ne sais pas, mais en tout cas Franco a été plus vite avec le hard qu’avec le médium, et beaucoup plus constant. C’est donc un pneu qu’il est très intéressant d’essayer. Je pense que l’on fera ça demain après-midi. »

Johann est deuxième au championnat et a pris ta roue aujourd’hui, mais tu n’as pas coupé. Pourquoi, alors que c’est ton principal rival au championnat ?

« Il y en a plein. Tout à l’heure, on a bien rigolé de ça. C’est vrai qu’il est toujours bien placé au bon moment. C’est quelqu’un qui a énormément d’expérience, quelqu’un qui est très constant, donc oui c’est quelqu’un qui est un des favoris au titre, mais pour l’instant je reste cool entre compatriotes français. J’ai décidé de ne pas couper aujourd’hui. »

 

 

Classement de la FP2 du Grand Prix de Catalogne MotoGP à Barcelone :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP