Jusque-là, Marc Marquez était considéré sans le moindre rival et on lui prédisait un long règne qui bouleverserait toutes les statistiques en Grand Prix. Puis il y a eu l’accident de Jerez en 2020 qui a pour le moins ralenti son élan, la révélation de concurrents qui ont pris confiance et une nouvelle dimension pendant que des catégories intermédiaires un phénomène semble-t-il à sa mesure s’est révélé. Il s’agit de Pedro Acosta, d’une dizaine d’années plus jeune que lui et qu’il finira par retrouver en MotoGP. A ce moment-là, on se souviendra sans doute de ce dialogue…

Le taulier, même actuellement diminué, Marc Marquez et celui qui lorgne déjà sur ses clés Pedro Acosta ont échangé lors du Grand Prix d’Espagne à Jerez. Une scène immortalisée par les caméras de Dorna et que Speedweek rappelle en détaillant l’échange entre l’octuple Champion du Monde et celui qui s’est révélé cette année en marquant notamment 95 points sur les 100 possibles lors de ses quatre premières courses en Moto3.

Voici les propos :

Marc Marquez : Êtes-vous nerveux avant la conférence de presse ?

Acosta : Oui, je n’ai jamais parlé en anglais devant autant de personnes.

Márquez : Il est normal que vous soyez nerveux lors de votre première grande conférence de presse.

Acosta : Oui, je me demandais pourquoi j’avais été choisi pour cette interview.

Márquez : Mais à la Rookies Cup, tu ne parlais pas principalement en anglais ?

Acosta : Oui, quelques morceaux comme « bonne course » ou « difficile ». La première année, c’était un problème pour moi. En 2019, nous avons concouru pour la première fois à Jerez et au Mugello lors de la Rookies Cup. C’était facile. J’ai pu m’y faire comprendre. A Assen et en Allemagne, je me suis demandé : de quoi me parlent-ils ?

Márquez : Tu t’habitues aux interviews, mec. Quand j’étais en Championnat du monde la première année, j’ai le plus apprécié cette saison de GP. La première année a été la plus amusante.

Acosta : Ouais, vraiment ?

Márquez : Oui, parce qu’après c’est juste « gagner, gagner, gagner ». Cela devient alors de plus en plus compliqué pour vous. Oui, tout le monde pense que c’est facile. Les gens s’attendent alors à ce que vous gagniez chaque course.

Acosta : Oui, je peux l’imaginer.

Marquez : Alors détendez-vous. Et si vous ne pouvez pas gagner, emportez les points avec vous. Maintenant, à 28 ans, je le sais, mais quand j’avais ton âge…

Acosta : Oui, je suis d’accord. Sécurise. Quand je rentre d’un Grand Prix maintenant, tout le monde dit : “C’est facile pour toi de devenir champion du monde.” Alors je me dis : comment diable cela est-il censé se passer ? Je suppose qu’à la télé ça a juste l’air…

Márquez : Vous devez mettre tout cela de côté. Je vous ai tous observé au cours de la dernière année, y compris les Championnats du monde juniors. Alors je me suis dit : le garçon le fait bien.

Acosta : Ça a été une longue saison.

Marc Marquez

Marc Marquez : “Aki Ajo connait son affaire”

Márquez : Garçon, vous venez au cirque GP avec beaucoup de kilomètres. Red Bull Rookies Cup, Championnat CEV Repsol. Vous êtes dans l’équipe d’Aki Ajo, non ? Fait-il vraiment de son mieux pour vous ?

Acosta : Aki est bon. Il est très bon.

Marquez : J’ai piloté pour lui. Il connaît son affaire.

Acosta : Parfois, il ressemble à une statue. Mais comme je l’ai dit : nous avons une grande équipe.

Márquez : Et Aki apporte le calme. Vous pouvez apprendre de lui à garder la tête froide.

Acosta : Là, ça m’a été particulièrement utile lors de mes deux courses de championnat du monde au Qatar. À Portimão, je pensais que je devais être dans le top 14 à chaque séance pour passer en toute sécurité en Q2. C’était différent lors de mes débuts en GP au Qatar. J’ai dit : « Maintenant je suis là, je suis dans le top 3 à chaque séance d’entraînement. C’est comme ça maintenant !” Puis Aki m’a regardé. L’expression sur son visage signifiait : « Allez, détends-toi. N’en faites pas trop.”

Marquez : Oui, il a raison. Décontractez-vous. Aki est le bon manager d’équipe pour vous.

Acosta : Oui, ça va. C’est la personne calme.

Marquez : C’est important. Vous ne devez pas laisser la pression vous influencer. Un jour, la pression augmentera. Mais tu n’as que 16 ans. Tu as le temps. Jusqu’à présent, tout se passe très bien pour vous. Mais je peux vous le dire : ça ne devient difficile que quand ça tourne mal. Ce que vous avez accompli jusqu’à présent est formidable. Plus tard, ils vous diront : vous DEVEZ gagner ! Ensuite, vous devez passer à un autre canal tout en gardant la joie.

Acosta : Je vais essayer.

Márquez : J’aime votre style de pilotage. Vous ne pilotez pas aussi doucement dans les virages que la plupart des autres pilotes de Moto3. Vous conduisez brusquement dans les courbes. Vous êtes bon sur les itinéraires stop-and-go ! Les tracés plus longs sont plus difficiles à apprendre. Mais Brno, par exemple, n’est pas au calendrier.

Acosta : Oui, les longues distances sont plus difficiles.

Marquez : Vivez-vous toujours à Murcie ?

Acosta : Oui, oui.

Marquez : En ville ?

Acosta : Non, à une demi-heure.

Marquez : Tu es le requin de… ?

Acosta : … le requin Mazarron. Pas un mauvais quartier. J’aime ça là-bas.

Marquez : Je pense que oui. Je vis aussi toujours à Cervera, où j’ai grandi. Faites-vous du motocross ? Ou que fais-tu d’autre ?

Acosta : Un peu de tout… Mais pas tellement de motocross. Cela se termine généralement par la douleur.

Marquez : Oui, vraiment ?

Acosta : Oui, oui. J’avais une vraie moto chinoise. Elle était vendue dans un magasin de vélos.

Márquez : Vous êtes passé directement aux minibikes ?

Acosta : Ouais.

Márquez : Et à partir de là, directement sur une vraie moto de course ?

Acosta : Oui, ce n’était pas un problème. Mais je me suis toujours blessé en motocross.

Marquez : Eh bien, tu ferais mieux d’arrêter de faire ça.

Acosta : J’y ai déjà pensé. J’ai toujours pensé qu’un jour j’apprendrais encore. Mais… le sol est juste dur quand vous atterrissez.

Márquez : Hmm, oui, il faut pratiquer le cross très tôt. J’ai moi-même commencé avec le Motocoss. C’est pourquoi je continue à le faire. Faites-vous aussi du flat track ?

Acosta : Oui, oui.

Marquez : C’est logique. Bon.

Acosta : D’accord, merci.

Pedro Acosta est en tête de son championnat Moto3 alors qu’il n’est que rookie. A mi-saison, il a 48 points d’avance sur un Sergio Garcia qui compte bien être celui qui, à la fin de l’année, aura changé le cours d’une saison que tout le monde a déjà donné pour acquise au pilote Red Bull KTM…

Marc Marquez en conversation avec Pedro Acosta

 




Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez, Pedro Acosta

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo, Repsol Honda Team