MotoGP Conférence Paolo Ciabatti (Ducati) : « L’idée était de débuter avec Jack comme prétendant au titre et que Pecco se battrait pour le top 5 », etc. (Intégralité)

par | 28 novembre 2021

Lors du dernier Grand Prix MotoGP de la saison 2021, les 6 constructeurs impliqués dans la catégorie reine ont été réunis pour dresser le bilan de la saison présente et répondre aux questions de la presse.

Étaient donc présents ce 12 novembre 2021, Paolo Ciabatti (Directeur Sportif Ducati Corse), Lin Jarvis (Directeur Opérationnel de Yamaha Motor Racing & Team Principal de Monster Energy Yamaha MotoGP), Shinichi Sahara (Project Leader et Team Manager du Team Ecstar Suzuki MotoGP), Alberto Puig (Team Manager HRC), Mike Leitner (Directeur de Course Red Bull KTM Factory Racing) et Massimo Rivola (PDG Aprilia Racing).

A tout seigneur tout honneur puisque l’on parle de constructeurs, c’est le représentant de Ducati vainqueur cette année, Paolo Ciabatti, qui a eu l’honneur de débuter la conférence.

Comme à notre habitude, nous reportons les propos de Paolo Ciabatti sans aucune mise en forme mais en intégralité.


Paolo Ciabatti : « Nous sommes contents d’avoir gagné le championnat des constructeurs pour la deuxième année consécutive. Je pense cette année, dans un championnat davantage normal de 18 courses, c’est encore mieux pour nous d’avoir atteint ce résultat. Cela a été la meilleure saison pour Ducati : Nous avons inscrit 21 podiums, ce qui est le plus grand nombre jamais réalisé depuis notre arrivée en MotoGP. Le deuxième meilleur résultat remonte à 2007 où nous avons remporté le championnat avec Casey (Stoner) et marqué 18 podiums avec Casey et Loris Capirossi. Nous avons gagné 6 courses, obtenu 10 pole positions et il y a toujours eu une Ducati sur la première ligne. Je ne me rappelle pas la dernière fois où cela est arrivé mais cela a été porteur de succès. Nous avons gagné avec trois pilotes différents alors que cinq sont montés sur le podium, donc je pense que cela montre que notre moto est très compétitive. Nous peinons peut-être encore un peu sur certains circuits, comme par exemple le Sachsenring, et peut-être que Assen n’est pas parfait pour nous, mais globalement nous sommes heureux. Évidemment, c’est dommage pour Ducati de ne pas avoir pu se battre avec Fabio jusqu’à Valence, mais Fabio a fait une saison fantastique, sans quasiment commettre d’erreur, et méritait de gagner. Mais nous sommes confiants d’être là l’année prochaine pour essayer de rapporter également ce titre à Bologne. »

L’année prochaine, vous aurez plus de motos sur la grille, et des motos qui ne se limitent plus à la meilleure vitesse de pointe…

« Nous avons fait un grand changement entre l’année dernière et cette année. Nous avons promu, si l’on peut dire ça, Pecco (Bagnaia) et Jack (Miller) du team Pramac au team Factory et nous avons pu investir sur de nouveaux jeunes pilotes : Actuellement, le pilote le plus âgé de la scène Ducati est Johann Zarco qui a seulement 30 ans. Nous sommes donc heureux car les résultats nous montrent que nous avons fait le bon choix et que nous sommes allés dans la bonne direction. De nouveaux pilotes arriveront chez Ducati l’année prochaine, et avoir huit motos sur la grille est assurément un nouveau challenge du côté logistique, mais nous l’avons déjà fait par le passé quand nous n’avions pas seulement Pramac mais aussi Avintia et Aspar. Nous savons donc comment gérer cela, et avoir beaucoup des jeunes pilotes les plus prometteurs sur une Ducati est très bien pour nous pour notre futur. »

Pour la saison prochaine, avec un développement à nouveau autorisé, doit-on s’attendre à quelque chose de spectaculaire ou simplement à une légère évolution ?

« Comme nous l’avons expliqué auparavant, durant ces deux années nous avons utilisé les mêmes spécifications moteur car il a été décidé l’année dernière de geler le développement des moteurs de 2020 à 2021. Je pense donc que maintenant la plupart des constructeurs introduisent comme nous des développements dans le domaine du moteur. Ce que nous avons appris sera utilisé l’année prochaine prochaine après cette saison victorieuse. Évidemment, quand vous avez une moto très compétitive, c’est toujours très difficile de faire mieux mais c’est évidemment le travail et l’objectif de nos ingénieurs qui, normalement, arrivent avec de belles idées qui rendent les motos un peu plus compétitives chaque année. »

Vous avez clairement la meilleure moto du championnat mais vous n’avez pas remporté le titre pilote. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

« Merci de dire que la Ducati est la meilleure moto. Je ne sais pas si c’est la meilleure moto mais c’est l’une des meilleures motos et nous en sommes fiers. Mais en termes de championnat, pour être honnête je pense qu’au début de la saison, quand nous avons décidé de faire monter Jack et Pecco dans le team Factory, nous l’avons fait après une deuxième partie de saison où Jack avait été super compétitif et Pecco avait peiné après une chute à Misano. Donc l’idée était évidemment de débuter avec Jack en tant que prétendant au championnat, et que Pecco se battrait pour le top cinq pour le voir progresser. Puis il a fait la pole position au Qatar et il s’est battu pour remporter cette course, et il a fait une deuxième partie de saison fantastique, alors que Jack a remporté sa première victoire sur une Ducati à Jerez, puis au Mans, mais après il y a eu un peu des hauts et des bas. Donc je pense qu’il y a eu quelques courses où nous avons perdu des points clefs qui auraient pu permettre de conserver la bagarre avec Fabio jusqu’à la dernière manche. Je dirais le Mugello, le deuxième départ en Autriche et Silverstone. Bien sûr, nous avons fait de belles choses mais nous avons perdu le championnat avec la chute à Misano, car c’était tout ou rien : Nous devions gagner et je pense que Pecco a fait une course fantastique d’autant que je pense qu’à ce moment Marc Márquez avait décidé qu’il serait heureux avec la deuxième place. Mais Pecco a commis une petite erreur et a chuté, et c’était fini. Mais nous sommes satisfaits et nous pensons que nous avons les pilotes en mesure de vraiment essayer de remporter le championnat l’année prochaine, et c’est ce que nous allons faire. »

Avec les discussions qui commencent de plus en plus tôt, comment faites-vous pour négocier avec vos futurs pilotes sans démotiver l’équipe actuelle ?

« Comme vous l’avez dit, les contrats de la plupart des pilotes que nous avons se terminent à la fin de 2022, avec dans certains cas des options pour les renouveler. Globalement, l’idée est de commencer à imaginer la composition idéale de notre team et de nos teams après quelques courses l’année prochaine. Je pense que nous avons déjà quelques idées mais il est évidemment toujours bien de voir comment la saison débute, puis ensuite peut-être utiliser les options de nos contrats. »

Ne serait-il pas mieux que vous n’ayez que des contrats de deux ans ?

« Actuellement, les contrats que nous avons portent majoritairement sur deux années, sauf pour Jack qui avait 1+1, mais normalement nous avons des contrats de deux ans. »

Comment voyez-vous le MotoGP sans Valentino Rossi et l’impulsion qu’il a donnée à de nombreux enfants de faire de la compétition ?

« Je suis d’accord avec Lin. Je pense que Valentino n’est pas remplaçable, dans le sens où il était un pilote iconique. Je peux seulement penser à Giacomo Agostini pour être aussi célèbre en dehors des fans que nous avons en compétition. Donc bien sûr il ne sera peut-être pas très facile d’attirer le même genre d’attention de la part de spectateurs qui aimaient ce sport car ils se demandaient ce que Valentino allait faire à l’époque où il gagnait. D’un autre côté, je pense que la compétition sur la piste est très excitante. Nous avons de nombreux jeunes pilotes qui sont super rapides et les courses sont très agréables à regarder, donc espérons que les personnes qui venaient voir le MotoGP car ils voulaient soutenir Valentino Rossi vont aussi réaliser que c’est un beau spectacle, qu’ils soient sur le circuit le dimanche ou qu’ils regardent à la télévision. C’est un très bon format avec 45 minutes sans arrêt au stand, sans stratégie, sans ordre du box, etc. Ce format est très captivant donc nous espérons qu’avec les nouveaux pilotes qui arrivent nous pourront conserver un niveau de soutien similaire de la part des fans. Mais Valentino manquera. »

Qu’a-t-il manqué à Jack Miller pour être plus consistant cette année ?

« Je pense que son talent est là, personne ne doute du talent de Jack. C’est probablement l’un des pilotes les plus rapides, et dans certaines conditions c’est probablement le meilleur ou l’un des meilleurs, quand c’est mouillé ou à moitié mouillé. Mais parfois son style de pilotage ne l’aide pas à préserver son pneu pour la deuxième partie de course, et je pense que c’est l’un des domaines où nous devons l’aider à progresser. »

Pourquoi Jack Miller a-t-il seulement eu un contrat 1+1 ?

« Ce n’est pas que c’est constamment un contrat 1+1, c’est simplement parfois à cause du timing. Nous avons décidé de signer Jack autour de mai l’année dernière, quand il y avait le confinement, la Covid, et nous ne savions même pas si la saison 2020 allait débuter, ni quand. Mais à cette époque, nous avons décidé “OK, nous voulons sécuriser Jack”, mais avec la visibilité qu’il y avait à ce moment, sans savoir s’il y allait avoir un championnat, nous avons décidé que le signer pour 2021 était déjà un signe de confiance quant à ses performances. C’était seulement un moment particulier quand nous devions prendre la décision. En principe nous prenons ces décisions à la mi-saison mais à ce moment-là celle-ci n’avait pas débuté, donc nous n’avions pas pu voir la moindre chose, le moindre résultat, le moindre progrès, et c’était juste prendre la meilleure décision possible et donner confiance à Jack, mais sans avoir encore rien vu en 2020. »

 

 

Crédit photos : Ducati et MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia, Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team