La saison de Danilo Petrucci est en dents de scie. Le meilleur succède au pire et ainsi de suite. Parfois, cette irrégularité vient de lui et, à d’autres occasions, il est la victime de sa GP17. Au Japon, il est revenu du bon côté de la force en jouant les premiers rôles sur le tracé détrempé du Motegi. Au bilan, une troisième place après avoir été un spectateur privilégié de l’explication entre Marc Márquez et Andrea Dovizioso. Petrux, de fait, s’est fait son idée sur son compatriote Dovi…

Ce Grand Prix du japon restera un des hauts faits d’armes de cette campagne 2017 qui nous réserve encore des surprises puisqu’elle se refuse à rendre son verdict. Entre les favoris s’insèrent des outsiders et le plus en vue, au Japon, a été Danilo Petrucci.

Le pilote Pramac a vite éteint le feu de paille Lorenzo équipé de la même GP17, mais officielle, pour tirer tout le bénéfice de son pneu arrière super tendre. Puis il a dû baisser pavillon face aux deux furieux qui ont haussé le ton en lançant leur tête à tête épique. Sur le sujet, Petrux tord le cou à toute idée de consignes de course : « à mi-course, j’ai compris que je ne pourrais pas faire plus. J’avais moins de traction que Márquez et que Dovizioso ».

Un DesmoDovi qui l’a épaté : « c’était sympa de suivre leur duel, ils ont fait une course incroyable. Je ne pensais sincèrement pas que Dovi pourrait le faire. On dit de lui que c’est un pilote qui ne prend pas de risques, mais il a aussi montré qu’il en avait dans le pantalon ». Décidément, Andrea Dovizioso est entré dans une autre dimension…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso, Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Octo Pramac Yakhnich