Le premier semestre de l’année 2020 ne restera pas un souvenir très agréable pour Petrucci, et pas seulement pour une question de virus. Après l’annonce de son remplacement par Jack Miller au sein de l’équipe d’usine Ducati, il commence maintenant à faire une croix sur cette pénible période et à envisager l’avenir du côté de l’Autriche ou de Noale, près de Venise.

« Les choses avaient déjà changé avec Ducati, même avant cette décision, qui m’a été communiquée par Gigi Dall’Igna. J’aurais eu l’occasion de réussir à nouveau chez Ducati, mais il semble qu’il n’y avait pas de place pour cela de toute façon, et que les résultats n’auraient pas d’importance » a déclaré Petrux à Vera Spadini de Sky Sport.

« Je pense qu’une option est préparée pour moi en Superbike, même s’il n’y a pas encore de proposition concrète. Alors que j’en ai reçu d’autres constructeurs. Quoi qu’il en soit, je veux donner le meilleur de moi-même jusqu’à la fin, parce que je pense que me faire bien paraître ne peut être que bon. Le fait est que Ducati traite avec Dovizioso, donc je ne suis pas le premier choix. D’après ce que j’ai compris, je ne suis pas vraiment un choix pour le moment en MotoGP chez Ducati… Je donnerai le meilleur de moi-même jusqu’au dernier virage de la dernière course, mais d’après ce qu’on m’a dit, je ne pense pas qu’il y ait de place pour moi, et je ne pense pas que les résultats puissent changer la situation. »

Et comment vivez-vous cela ?

« C’est dommage de perdre une place que j’ai gagnée avec tant d’efforts. D’après ce qu’on m’a dit, la baisse que j’ai subie dans la seconde moitié de la saison dernière a influencé leur décision. Il est clair que je suis très désolé. Mais il me reste encore une année où je peux courir et me sentir personnellement épanoui sur une moto de compétition. Je suis calme parce que d’un certain point de vue, j’ai tout à gagner : dans ce sens où à partir d’aujourd’hui, 5 juin, je n’ai plus de moto, donc je n’ai rien à perdre. »

Vous regardez autour de vous et parlez de Superbike, mais je suppose que vous voulez rester en MotoGP.

« Oui, le plan A est de rester en MotoGP. Avec Aprilia, nous avons essayé pendant de nombreuses années de trouver un accord, mais le choix de la continuité a prévalu. Leur nouvelle moto a suscité beaucoup d’intérêt. Mais ils vivent aussi une situation très délicate avec leurs pilotes. Aleix mérite un renouvellement, et il y a la question de Iannone, dont personne ne sait comment elle va se terminer. Je suis désolé parce que j’ai beaucoup de respect pour Andrea, donc je détesterais que sa place soit libérée parce qu’il est massacré par le jugement. »

« Et puis la nouvelle de Pol Espargaró chez Honda ouvre un scénario différent. C’est un championnat joué par les directeurs d’équipe car, comme il n’y a pas de courses, nous, les coureurs, ne pouvons pas faire grand-chose pour changer les choses. C’est un échiquier, qui passe d’abord par Dovi : je sais qu’ils discutent pour trouver un accord, même si je n’en connais pas les termes. Et puis, cela dépend aussi de ce que fera Valentino. En ce moment, il y a des pilotes qui ont la priorité. Il faudra placer ces pièces, les plus précieuses, je viendrai un peu plus tard… »

Dans cet échiquier, Aprilia et KTM sont les options les plus concrètes, que souhaitez-vous ?

« D’abord, continuer à courir en MotoGP. Je voudrais compléter ce que j’ai fait jusqu’à présent, car l’année dernière, même si la deuxième partie était en baisse, c’était ma meilleure saison. Depuis que j’ai commencé à courir, je me suis toujours amélioré, et je veux m’améliorer encore plus. Ensuite, pour comprendre de quelle couleur sera la moto, il faut évaluer beaucoup de choses : nous n’avons pas de véritable négociation en MotoGP. Nous parlons, mais il y a des mouvements qui changent l’équilibre chaque jour. »

Mais KTM a maintenant un siège libre. C’est une moto difficile, mais c’est un projet ambitieux. Cela pourrait-il vous stimuler ?

« Absolument. Comme Aprilia a pu me stimuler, la nouvelle moto a éveillé chez moi beaucoup de curiosité car elle était rapide dès le départ, ce qui est rarement le cas. Lors des tests, ils étaient très forts, alors j’aimerais aller chez Aprilia. J’aimerais aller chez KTM parce qu’ils ont aussi une tendance croissante. En fait, la décision de Pol Espargaró d’y aller était un peu surprenante, car c’était la pierre angulaire du projet. Mais ce sont deux maisons qui pourraient utiliser mon expérience, puisque je suis en MotoGP depuis quelques années. Et je voudrais me rendre disponible pour un projet de croissance. KTM a réussi à faire un podium, Aprilia n’en a toujours pas, mais ce sont deux maisons qui veulent aller au sommet et j’aimerais courir avec l’une d’entre elles. »

Vous avez dit que le choix de Pol est curieux, mais n’est-il également curieux qu’Álex Márquez, qui n’a même pas disputé de course avec Honda, ait déjà été remplacé ?

« Oui, c’est le championnat des managers cette année, pas celui des pilotes ! C’est une décision très surprenante, même si elle n’est pas encore officielle. Álex n’a pas eu une grande opportunité, il n’a même pas fait de course sur cette moto. Je ne sais pas quelles sont les raisons. Peut-être parce que ce sera sur un seul semestre, je pense que c’est comme le choix du « boxeur » : le désir de ne pas le voir affronter son frère tout de suite, de ne pas le rabaisser, et de lui permettre d’avoir une certaine expérience en MotoGP. Álex n’a pas encore fait de course en MotoGP, mais il est Champion du Monde. Mais vous avez besoin de temps, vous devez rouler en MotoGP. Il sera peut-être dirigé vers l’équipe satellite pour y acquérir son expérience. Je pense que c’est l’explication du choix de Honda. Ou bien Espargaró a été classé comme un véritable anti Márquez, ce qui pourrait être dû au fait que c’est depuis leur enfance que Pol et Márquez se battent ensemble. Peut-être que Honda veut faire une équipe du plus haut niveau pour 2021. »

Pouvez-vous me donner un aperçu de votre expérience chez Ducati ?

« C’était génial et j’aimerais que ça le soit à nouveau. Parce qu’il reste encore une demi-année à faire ensemble. Et puis qui sait. Gagner une course, c’est ce qu’on m’a demandé et je l’ai fait. Ensuite, je me suis peut-être tellement serré la ceinture que je n’ai eu qu’un an de contrat, j’ai fait quelques erreurs, dans la deuxième moitié de la saison, je n’étais pas heureux, mais j’ai toujours fait de mon mieux. J’ai été troisième au Championnat du Monde pendant toute la saison, jusqu’à deux courses de la fin, et j’aurais aimé finir troisième. C’était un résultat à portée de main, j’aurais pu le faire, et cela aurait un peu changé les choses. C’était quand même une expérience positive et je les remercie pour ce qu’ils ont fait pour moi. Et j’aimerais gagner encore cette année avec Ducati. »

Valentino Rossi devrait bientôt annoncer la décision concernant son avenir. Vous espérez le voir courir à nouveau ou libérer une place ?

« Comme je l’ai déjà dit pour Iannone, je serais désolé s’il y avait une selle disponible aux dépens de quelqu’un que j’aime. Valentino a très bien réussi pour notre sport, j’espère que son choix sera le plus serein pour lui, car c’est un ami et je voudrais qu’il soit heureux. Voir Valentino sur la piste est toujours agréable, alors j’espère qu’il fera le bon et heureux choix pour lui. Aussi parce que si Vale devait renoncer, je ne serais pas nécessairement de retour. Il a tellement fait pour notre sport qu’il serait étrange de le voir partir. Si jamais il part un jour ! »



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team