Actuel patron de l’équipe CIP Green Power qui engage le Sud-Africain Darryn Binder et l’Autrichien Maximilian Kofler en Moto3, Alain Bronec (au centre sur la photo ci-dessus) avait remporté avec Shoya Tomizawa la toute première course de Moto2 de l’histoire, au Qatar en 2010. Est-ce un souvenir précieux pour lui ?

« C’est un souvenir très précieux qui a été ravivé par la victoire de Tetsuta Nagashima, dix ans plus tard, au Grand Prix Moto2 du Qatar. Tetsuta était un ami de Shoya et, malgré la différence d’âge, ils s’entraînaient souvent ensemble.

« Quand Tetsuta est rentré au Japon après sa victoire, il a été rendre visite à la famille de Shoya qui a été très touchée. » (NDLR : voir photo ci-dessous)

« Il y a dix ans, Shoya gagnait en Grand Prix, aujourd’hui Tetsuta prend la relève et c’est vrai qu’il a été vraiment gentil avec les parents de Shoya. Sur les réseaux sociaux, il a beaucoup parlé de Shoya et ça m’a fait très plaisir. »

Quelle est la situation actuelle de ton équipe ?

« Nous sommes plus ou moins en stand-by depuis deux mois. Ça commence à peine à bouger et on se prépare doucement pour un nouveau début de saison à Jerez le 19 juillet. Une séance d’essai serait prévue le mercredi 15 juillet à Jerez, après que les équipes se soient installées dans le paddock le lundi matin précédent. »

« Nous aurons notre séance de test le mercredi, puis le vendredi nous débuterons les essais officiels du premier Grand Prix de Jerez. La semaine suivante il y devrait y avoir un deuxième Grand Prix de Jerez. Toutes ces informations sont bien sûr à confirmer. »

Quelles sont les difficultés propres à une petite équipe, par rapport aux grosses équipes officielles de MotoGP ?

« Comme toujours, le budget est un problème, mais à part ça, nous n’avons pas trop à nous plaindre. Nous avons reçu des informations de la Dorna et de l’IRTA concernant le nombre de personnes qui peut être accueilli actuellement dans le paddock. Pour deux pilotes, nous avons droit à douze personnes (avec les pilotes inclus). Pour une petite équipe comme la nôtre, qui comprend les deux pilotes, les techniciens, Max Sabbatani le coach et moi-même, j’estime ça devrait être suffisant. »

Le fait que Brad Binder, le frère de ton pilote Darryn, soit pilote d’usine chez KTM, est-il un avantage pour toi, qui engage deux KTM ?

« Nous allons séparer la réponse en deux parties. Le fait que Brad soit le frère de Darryn qui roule chez moi nous a un petit peu aidé pour son retour en Europe. Brad vient de quitter l’Afrique du Sud pour aller en Autriche et Darryn l’a suivi. Donc, alors que nous avions un souci pour faire revenir Darryn, grâce à Brad, ça s’est passé assez facilement puisqu’il est actuellement en Autriche. Dans ce domaine, tout va bien. »

« Concernant l’organisation sportive, nous n’avons pour le moment aucune aide de KTM concernant Darryn Binder. Celui-ci a été pilote Red Bull KTM Ajo en 2018, puis il est venu chez nous en 2019, sans aide de KTM. On espère que quand il obtiendra des résultats satisfaisants pour la marque autrichienne, la situation évoluera. »

Le Grand Prix du Qatar en début de saison a été assez difficile pour ton équipe, avec un abandon pour Darryn Binder (alors en troisième position) et la 27e place pour Maximilian Kofler. Quelles on tété les raisons de ce GP compliqué ?

« J’ai une vision un peu différente. Les essais et la course jusqu’à l’avant-dernier tour se sont très bien passés ! Darryn avait réussi le quatrième temps des qualifications, à 0.2 seconde de Tatsuki Suzuki en pole position. »

« Il est donc parti depuis la deuxième ligne et est resté toute la course dans le groupe de tête. Pour la première course de la saison, on a pu voir que les KTM étaient dans le coup ce qui fait toujours plaisir. Darryn a été présent tout au long de chaque séance d’essai et il a réalisé le deuxième meilleur temps en course, à 0.05 seconde du chrono le plus rapide à mettre au crédit d’Ai Ogura. Jusque-là, pour nous, c’était très bien. »

« Après, durant l’avant-dernier tour, un pilote qui était en milieu de piste s’est approché de Darryn et l’a accroché. Bien sûr on était super déçu mais c’est un fait de course, il n’y a rien à dire. Pour moi le Grand Prix du Qatar de Darryn a été un bon Grand Prix. »

« Pour Maximilian Kofler qui débute, c’était une première course correcte. Il termine à 28 secondes du premier, avec un temps en course à 1.5 seconde du meilleur temps. C’est une bonne base et nous allons travailler pour réduire cet écart. »


photo: Lukasz Swiderek www.photoPSP.com @photopsp_lukasz_swiderek

Vidéos : Darryn Binder au Mugello en 2019

Vidéo : Binder à la lutte pour la première place au GP d’Italie :

Vidéo : Darryn Binder au commandement au Mugello :

Vidéo : Brillant freinage de Binder :

Photos © Équipe CIP Green Power et famille Tomizawa.



Tous les articles sur les Pilotes : Darryn Binder, Maximilian Kofler, Tetsuta Nagashima

Tous les articles sur les Teams : CIP-Green Power