L’équipe Suzuki sera à considérer comme le poil à gratter de la saison 2019 de MotoGP qui pointe à l’horizon. A une année 2017 décevante, à cause d’une erreur dans le choix technique, a succédé une solide prestation en 2018. A tel point que l’on considère maintenant la GSX-RR comme une solide rivale de la Yamaha M1. Les premiers essais de l’année vont être lancées au début du mois de février à Sepang. Un rendez-vous qui marquera la rentrée des Grands Prix. On y verra les dernières armes affûtées par les constructeurs durant la trêve hivernale. Mais Davide Brivio, team manager d’une structure qui abritera Rins et Mir prévient déjà : il n’y aura pas, chez lui, de nouvelle moto…

Suzuki a vu sa moto monter sur neuf podiums en 2018. Ce qui n’est tout de même pas si mal. Cinq pour Rins et quatre pour Iannone, qui est parti depuis chez Aprilia. Joan Mir, le jeune espoir Champion du Monde de Moto3 en 2017 et auteur d’une seule saison en Moto2 l’an passé, remplacera l’Italien.

Sur InSella.it, Davide Brivio précise ce qui nous attend avec la GSX-RR : « en 2019, nous n’aurons pas de nouvelle moto. Mais nous travaillerons à améliorer le moteur et le châssis de la GSX-RR existante. Jusqu’ici, nous avons essayé une nouvelle version du moteur, conçue pour nous donner plus de puissance et plus de vitesse, et nous devons comprendre comment cela affectera l’équilibre de la moto ».

L’Italien a ensuite ajouté : « une grande attention a également été placée sur le châssis, mais nous devons encore comprendre quels avantages et inconvénients cela nous apporte. Nous avons donc quelques options pour le moteur, d’autres pour le châssis et d’autres pour divers éléments de la moto. Il va maintenant falloir tout mettre en place et avoir pour objectif d’obtenir la meilleure version de la moto pour cette 2019 ». Un travail qui est aussi du pilote d’essai Sylvain Guintoli.



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar