C’est un fait acquis chez Ducati : on n’est plus compétent à Borgo Panigale pour recruter ses pilotes que pour les garder. Car une fois que l’on est dans le chaudron rouge, il faut avoir les nerfs solides. Ils ont même réussi à user un Valentino Rossi qui a récemment gagné, à 41 ans passés, un bras de fer politique avec Yamaha. Andrea Dovizioso a tenu pendant huit ans. Mais cette fois, le seuil de tolérance a été atteint. En 2020, ce sera la fin de DesmoDovi.

Ducati et les RH, c’est tout un contre-exemple à distiller dans les cours spécialisés dans la matière. Les rouges avaient construit un pont d’or pour faire traverser un Jorge Lorenzo qui n’a pas été une réussite en matière de retour sur investissement. Et c’est après lui avoir signifié son congé, qu’il a commencé à gagner.

Pendant ce temps, bien que dix fois moins payé, Andrea Dovizioso sauvait cet échec retentissant en jouant le titre face à Marc Marquez. Sans pour autant recevoir les éloges d’un Gigi Dall’Igna avec lequel le courant n’est jamais passé.

2020 et sa période de confinement a remis les choses en perspective. Ducati est allé chasser Viñales, Quartararo, a gardé contact avec Lorenzo, tout ceci en vue de le remplacer. En arrivant sur le Red Bull Ring, il a découvert qu’il existait comme un ultimatum à la fin des deux meetings organisés en Autriche. Alors Dovizioso a pris les devants et a montré qu’il restait maître de son sort. Après avoir déclaré que c’est Gigi Dall’Igna qui décidait chez Ducati. Un pied de nez…

Dovizioso-Zarco même combat ?

Pour peu, on décelait comme un trait de caractère à la Johann Zarco dans ce saut dans l’inconnue. Car Dovizioso veut rester en MotoGP. Or, il n’y a plus de places… Chez Ducati, une réaction est venue de Paolo Ciabatti, le directeur sportif : « c’est dommage, nous sommes ensemble depuis huit ans, nous gagnons ensemble et nous recommencerons. Malheureusement, il n’y avait aucune condition pour poursuivre cette relation ».

« Notre volonté est d’en tirer le meilleur parti. C’est Andrea qui nous a dit de ne pas négocier, il n’y a pas grand-chose à ajouter. Nous ne pouvons pas être heureux pour le moment, mais je veux regarder le côté positif de cette relation dans laquelle nous avons obtenu des résultats extraordinaires ». Puis il termine : « je m’y attendais ». Il ne reste plus à Dovizioso qu’à être sacré Champion du Monde et le trophée du ridicule sera pour Ducati cette saison…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team