Cette saison, comme d’ailleurs les deux précédentes, les Yamaha officielles ne font qu’illusion. L’entame de l’exercice 2019 n’a pas été mauvais jusqu’au débarquement en Europe où les choses sont allées de Charybde en Scylla. La déception la plus grande a été le dernier Grand Prix d’Italie que l’on n’espère pas être le début d’une mauvaise série. Cela étant dit, il n’y a pas que la moto. Prenons le cas des débuts de course de Maverick Viñales

Maverick Viñales, ces dernières années, n’a jamais semblé être un foudre de guerre au début des Grands Prix. Ce problème chronique l’a souvent conduit à gâcher de très bonnes courses en ne se réveillant qu’en dernière partie d’épreuve.

Toutefois, si quelqu’un voulait attribuer ce problème à Yamaha, les données le contrediraient immédiatement. Comme indiqué sur le site Tuttomotoriweb, Viñales aurait perdu jusqu’à 66 places lors du premier tour en 2015 sur Suzuki et 39 en 2016 alors qu’il pilotait pour la même équipe.

Lors de la première année chez Yamaha, il n’a perdu que, pour ainsi dire, 33 positions contre 15 gagnées. En 2018, où les rangs perdus étaient de 50 comparés à 2 gagnées. En 2019, après seulement 6 courses, il y a déjà 16 positions perdues au départ contre seulement 1 gagnée.

Au total, dans ces 4 championnats et 6 courses MotoGP, Maverick Viñales a perdu 204 places lors du premier tour et n’en a gagné que 31. Il est donc clair que l’Espagnol doit beaucoup s’améliorer à cet égard. En effet, ce problème pèse lourdement sur les performances du pilote espagnol qui a déjà tenté d’apporter quelques modifications au système de départ cette saison.



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP