Enea Bastianini est le Champion du Monde de Moto2 en titre et, nanti de cette couronne, il est celui qui a la plus forte légitimité à se retrouver en 2021 sur une MotoGP. Il faut le rappeler car Ducati a choisi de mettre le cinquième de ce dernier championnat sur une GP21 chez Pramac, en l’occurrence Jorge Martin, alors que le battage se fait surtout autour de Luca Marini, vice-champion mais surtout demi-frère de Valentino Rossi et premier à présenter les couleurs VR46 à ce niveau ce la compétition. Deux autres rookies que Bastianini a dominé l’an passé. Et pourtant …

Et pourtant, ce n’est pas de lui dont on parle forcément lorsque l’on réfléchit sur celui qui pourrait être la révélation 2021 en MotoGP. La saison passée, les débutants avaient fait fort avec une victoire pour Brad Binder et deux podiums pour Alex Marquez. Ces bons résultats mettent-ils la pression aux nouveaux débutants ? Pour son cas personnel, Bastianini assure que non : « en fait, non, car chaque pilote est unique » rappelle l’Italien. « Peut-être qu’il me faudra plus de temps pour m’adapter ou peut-être moins, donc ça ne me met pas de pression, bien au contraire ».

Il ajoute : « je veux rouler, m’amuser et ensuite nous espérons que les résultats arriveront, mais si la première année ils n’arrivent pas, je me concentrerai pour comprendre ce qu’il faut faire pour la deuxième ». Une sérénité qui révèle le travail fait avec son manager Carlo Pernat depuis près de trois ans. Avec justement, ce plaisir et cet amusement à ressentir sur la moto avant toute chose.

Enea Bastianini et le cas Luca Marini

Bastianini a un contrat Ducati et aura à ses côté un Marini qui arrive avec la puissance médiatique et politique de la VR46 Académie. Leur relation est estimée bonne depuis longtemps, mais cette ambiance résistera-t-elle aux enjeux du MotoGP ? Bastianini ne considère pas que leur rivalité en MotoGP soit un fait acquis, car beaucoup de choses ont été “nivelées” dans la catégorie ces dernières années : « en fin de compte, si une telle rivalité survient, c’est parce que nous faisons la différence », a déclaré Bastianini sur Autosport.

« Mais il n’est pas certain qu’une telle rivalité se produise toujours. Ces dernières années, tout a été nivelé, des motos aux équipes, en passant par les pilotes. J’espère donc être moi aussi un protagoniste, mais il y en aura beaucoup, et maintenant beaucoup dépend des pneus et de la façon dont on aborde l’équipe » termine Bastianini.

Bastianini est celui dont parle le moins, et pourtant ...

 



Tous les articles sur les Pilotes : Enea Bastianini

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing