Ce Grand Prix de France humide interpelle après deux jours marqués par 77 chutes recensées dans les trois catégories en lice équipées de moteurs thermiques. Entendez par-là que l’on en est à beaucoup plus d’accidents en comptant le contingent du MotoE. Des voix s’élèvent en MotoGP sur la sécurité, avec notamment un Valentino Rossi parlant de moments littéralement effrayants sur une piste passant du sec au mouillé en quelques minutes. Aleix Espargaró, qui s’élancera 13e sur la grille de départ ce dimanche avec son Aprilia, apporte son expertise dans un langage fleuri…

Aleix Espargaró a abondé les statistiques des chutes à titre personnel puisqu’il est tombé à deux reprises lors des essais libres vendredi. De nombreux autres pilotes ont également atterri sur l’asphalte ou dans le gravier ou se sont plaints du très faible niveau d’adhérence sur le circuit Bugatti. Les qualifications de samedi après-midi se sont déroulées au Mans par un temps humide de 15 degrés Celsius et une température d’asphalte de 21 degrés.

« J’ai été rapide avec ma première chute vendredi », a déclaré l’officiel Aprilia. « Lors de la seconde, j’ai été très lent, le pneu avant a glissé. Tout le temps, cela signifie sécurité, sécurité, sécurité, sécurité. Si nous parlons de sécurité, nous ne pouvons pas venir au Mans à cette période de l’année. Les pneus ne fonctionnent pas, nous avons vu 77 chutes jusqu’à présent. A 12 degrés et 20 sur l’asphalte, les pneus ne marchent pas, ni le Michelin ni le Dunlop. Tout le monde tombe. Sommes-nous tous des idiots ? Non nous ne sommes pas ! Je ne me plains pas parce que nous roulons sur une piste mouillée, c’est mon travail. Mais pas à 12 degrés. Pourquoi ne roulons-nous pas ici dans des conditions normales ? Si cela n’est pas possible, le manufacturier doit apporter des pneus spéciaux pour Le Mans ».

Aleix Espargaro

Aleix Espargaró rappelle Michelin à ses responsabilités

L’équipier d’un Savadori qui s’élancera onzième poursuit : « le pneu avant K est très souple, mais personne ne peut l’utiliser ce week-end. C’est notre pneu standard normal que nous utilisons partout. Ici, tout le monde utilise le pneu P, que nous chaussons normalement lorsque nous transportons les motos. C’est super, super tendre. Et pourtant nous tombons car Michelin n’a pas d’autre option plus douce. À quoi sert cette sélection de pneus ? Il faut y penser. Nous avons eu une longue réunion au sein de la commission de sécurité vendredi et les pilotes ont clairement exprimé leur point de vue ».

Aleix Espargaró termine avec cette prédiction : « si la course de dimanche se déroule sur le sec, je serai rapide, même si nous n’avons guère de données. Sur le mouillé, cela devient imprévisible, mais le RS-GP fonctionne bien dans toutes les conditions ».

MotoGP France Le Mans J2 : qualifications

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini