Pour le moment, ce n’est pas avec cette édition du Grand Prix de France que Joan Mir va se réconcilier avec Le Mans sur sa Suzuki. La journée de ce samedi s’est en effet conclue par une modeste 14e place sur la grille de départ, ce qui veut dire que le Champion du Monde en titre n’a même pas réussi à sortir de la Q1. Il est place juste devant son équipier Alex Rins, ce qui veut dire que l’équipe s’est payé le luxe d’un naufrage collectif lors des qualifications…

Joan Mir est forcément déçu de sa prestation lors des qualifications du Grand Prix de France. Mais au moment du bilan, plutôt que de se lâcher, il a opté pour la colère froide : « c’est toujours un problème lorsque vous êtes à la 14e place sur la grille. Sinon, je suis à la 10e place sur la grille, donc il n’y a pas beaucoup de différence » dit-il… Puis il explique : « dans les deux derniers tours de la Q1 la piste s’est asséchée très rapidement et j’étais à dehors avec les pneus pluie tendres. Je pense que j’ai un peu surchauffé les pneus et donc je n’avais pas la bonne adhérence. C’est dommage et une expérience pour l’avenir. Parce qu’aujourd’hui j’avais la vitesse pour être beaucoup mieux classé. Mais c’est comme ça que la course fonctionne parfois ».

Alex Rins a subi le même sort, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Il commente : « nous n’avons pas choisi la meilleure stratégie. C’est difficile dans ces conditions. Nous avons commencé avec des pneus avant medium et des pneus arrière soft. J’avais parlé à mon chef d’équipe Manu Cazeaux de faire un arrêt au stand, mais sur la moto, j’étais plus concentré sur le fait d’aller plus vite que de penser au pneu à mettre. Si nous avions eu le pneu arrière medium, nous serions certainement dans une meilleure position. Mais c’est comme ça maintenant. Nous devons nous tourner vers la course ».

Mir est optimiste pour la course, sur le sec ou sous la pluie

Justement, cette course, comment Joan Mir la voit-elle ? « J’avais le rythme en FP4, en FP3 j’étais plutôt bien même dans des conditions humides. En qualifications, j’étais également pas mal sur le mouillé. Nous avons un bon package sur le mouillé et sur le sec, pas le meilleur, mais je pense que nous pouvons nous battre avec ce package. Je ne suis pas non plus inquiet pour la météo car je suis sûr que nous serons là dans les deux cas ».

« La clé sera de dépasser le plus de pilotes qu’il sera possible dans les deux à trois premiers tours pour me mettre en bonne position. Je sais que ce sera très difficile de se battre pour le podium demain, mais je ferai de mon mieux et je donnerai à 100% ». Une stratégie de course que Joan Mir connait très bien pour la vivre quasiment à chaque Grand Prix…

MotoGP France Le Mans J2 : qualifications

Crédit classement motogp.com

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar