Dans la présentation des effectifs du team Petronas Yamaha qui va entamer sa seconde saison en MotoGP, Franco Morbidelli n’a pas été la vedette. Ce rôle était plutôt donné à son équipier Fabio Quartararo qui, en une première année passée à ce niveau de la compétition, l’a éclipsé malgré son titre de Champion du Monde de Moto2 et ses huit succès en Grand Prix. Le bon élève de la VR46 Académie a encaissé le coup et il est prêt à le rendre dans une campagne 2020 qu’il reconnaît comme être un tournant dans sa carrière…

Franco Morbidelli a dû supporter la domination de son jeune équipier Fabio Quartararo en 2019 et aussi le fait de le voir promu comme pilote officiel Yamaha en 2021. Pour 2020, c’est lui qui aura cette fois la M1 la moins évoluée dans le box Petronas. Un renversement de la situation que l’Italien doit prendre avec philosophie. Mais aussi en toute honnêteté : « Quartararo était constamment plus rapide que moi. Tout le monde attend plus de moi, ou du moins j’attends plus de moi » a commenté celui qui est aussi Brésilien.

Sur le fait que le Français l’a supplanté jusqu’à décrocher le contrat officiel Yamaha, il ajoute : « l’idée que j’ai raté le coche m’a traversé la tête, mais j’ai fait de mon mieux l’année dernière. Le fait que ça n’ait pas suffi, c’est un autre problème. Cependant, je ne considère pas ça comme une opportunité perdue, Fabio était simplement meilleur que moi et nous devons travailler pour nous améliorer. »

Et pour ça, il faudra prétendre à autre chose qu’une cinquième place, son meilleur résultat en 2019 : « nous verrons ce je peux faire mais je sais ce que je dois faire : je dois me battre pour le podium dans de nombreuses courses. C’est exactement ce que je vais essayer de faire », a affirmé Morbidelli lors de la présentation de l’équipe à Sepang.

Il termine : « c’est peut-être la plus importante saison de ma carrière. C’est ma troisième année en MotoGP, après mon arrivée en tant que champion du monde Moto2. La première année a été pleine de difficultés, tandis que la deuxième année, on pensait que je m’en sortirais bien, et, dans certains cas, cela s’est produit. Je suis très calme même si je ne sais toujours pas ce qui va se passer. Mais je sais qu’il y a des gens à mes côtés qui travaillent très bien pour m’assurer un bon guidon en 2021, alors on verra ce qui arrivera. »

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team