Pour la première fois de sa longue et glorieuse histoire, le team Tech3 va se lancer dans la mêlée de la catégorie d’entrée en Grand Prix. Ce sera donc le Moto3 pour les hommes d’Hervé Poncharal, contraints de quitter un Moto2 arpenté depuis le début de son installation dans le paysage, en lieu et place des 250 à moteur deux temps. Une terre inconnue pour les Français aux trente ans d’expérience, un défi que leur patron aborde avec avidité. D’autant plus que c’est une priorité affichée de son partenaire KTM…

Tech3 en Moto3, c’est une réalité depuis que KTM a décidé de se retirer du Moto2. Une nouvelle orientation qui s’est faite assez brutalement, au soir du Grand Prix d’Autriche 2019. Mais Hervé Poncharal n’est pas homme à se laisser déstabiliser. Pour lui, toute nouveauté est une opportunité… « Mon équipe et moi-même étions impliqués dans le Championnat du Monde Moto2 depuis neuf ans », a déclaré le propriétaire de l’équipe de Red Bull KTM Tech3. « Les huit premières années avec notre moto Mistral 610, et en 2019 avec KTM. Franchement, j’aime vraiment le Moto2. C’est la dernière étape avant d’entrer en MotoGP. »

« Lorsque le patron de la société KTM, Stefan Pierer, m’a informé lors du Grand Prix d’Autriche, en août, que KTM se retirait de Moto2 en tant que constructeur de châssis et que je devais entrer en Moto3, une catégorie très importante pour KTM, ma première réaction a été : Wow ! Parce que la Moto3 est une classe folle et mon cœur n’est plus très jeune. Je me demande si je regarderai les courses en direct. Je ne regarderai peut-être pas les résultats tant que le drapeau à damier n’aura pas été agité… » commente Hervé sur Speedweek.

Il ajoute : « mais c’est vrai que j’aime travailler avec de jeunes pilotes. J’aime beaucoup le projet d’accompagner Iker Lecuona, 20 ans, pour sa première saison de MotoGP. J’ai vraiment aimé ce que j’ai réalisé avec Miguel en 2019. Ce que j’aime chez les jeunes pilotes, c’est qu’ils sont ouverts à de nouvelles idées, ils sont prêts à m’écouter. Je ne sais pas tout sur les Grands Prix, mais en près de 30 ans en tant que propriétaire d’une équipe, j’ai acquis une certaine expérience. Et je suis heureux de transmettre mon expérience. Je ne suis pas un robot. J’aime l’aspect humain des Grands Prix. C’est bien pour moi que Pol Espargaró et Brad Binder soient nos deux meilleurs pilotes de l’équipe KTM Factory. Quand on doit travailler avec les meilleurs pilotes, parfois l’humain est laissé pour compte parce qu’il y a tellement de pression et tellement de travail. »

 

 

« De ce point de vue, j’aime beaucoup le Moto3. J’ai maintenant Deniz Öncü et Ayumu Sasaki en tant que pilotes Moto3 chez Tech3… Ils pourraient être mes petits-enfants », dit Poncharal. « Je peux voir dans leurs yeux un enthousiasme que les enfants ont généralement sous le sapin de Noël. C’est bien. Sasaki, qui vient de Honda, a même acheté de nouvelles baskets de couleur orange pour le premier test KTM. »

« De plus, Stefan Pierer et Niki Ruhstorfer de Red Bull m’ont fait comprendre à quel point le Moto3 est important pour leur entreprise », a déclaré le Français. « Red Bull veut faire beaucoup plus en Moto3. Après la Rookies Cup, les jeunes pilotes seront encore mieux soutenus en championnat du monde. Red Bull a prévu deux rassemblements avec tous les meilleurs pilotes de MotoGP et Moto3 au Performance Center de Thalgau. Le premier a déjà eu lieu. Une plus grande attention devrait être accordée aux jeunes talents. J’aime ça. Dans la KTM MotoGP Academy, les futurs pilotes seront également amenés au MotoGP. »

« Au Grand Prix de Valence, Aki Ajo et moi avons dîné avec le patron de KTM, Stefan Pierer », explique Poncharal. « Il nous a demandé ce dont nous avions besoin pour le Moto3. Il voulait savoir où se trouvait la plus grande vulnérabilité. J’ai répondu : “je suis nouveau dans cette classe, je ne peux rien dire pour le moment”. Aki a ensuite dit qu’il fallait travailler principalement sur la puissance du moteur, il n’y avait pas de vitesse de pointe. Stefan Pierer et le membre du conseil d’administration Hubert Trunkenpolz nous ont assuré que la Moto3 est et reste un programme clé pour KTM. Stefan a déclaré à Pit Beirer : “nous devons définitivement nous améliorer et reprendre la main dans cette catégorie“. C’est pourquoi je suis heureux et confiant. Lors du test de novembre à Jerez, ma nouvelle équipe Moto3 m’a assuré qu’il y avait plus d’ingénieurs KTM dans les stands qu’il y a un an en Moto2. Cela nous donne beaucoup de confiance. Mais nous savons également que nous n’avons pas de pilotes gagnants en raison de la décision tardive. C’est pourquoi nous considérons la saison 2020 en Moto3 comme une préparation à 2021. Mais je fais confiance à Sasaki pour terminer dans le top cinq du championnat. »

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Deniz Öncü, Takumi Takahashi

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3