De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

Entretien exclusif avec Ruben Xaus à la veille de la présentation de l’équipe Esponsorama 2021. Avec Bastianini et Marini, ce sera une saison MotoGP passionnante. Et sur Valentino Rossi : « Pas de conseil, c’est le champion le plus décoré de l’histoire ».

Ruben Xaus est l’une des figures les plus explosives et dynamiques du paddock MotoGP. Ancien coureur, aujourd’hui directeur sportif de l’équipe Esponsorama, il voit en 2021 un grand rêve se réaliser, fruit d’énormes sacrifices. A l’intérieur du box satellite, il y aura les deux étoiles montantes que sont Luca Marini et Enea Bastianini, respectivement vice-champion et champion du monde de la catégorie intermédiaire. La présentation de l’équipe prévue pour le vendredi 5 février en Andorre suscite des heures d’excitation. Elle ouvre une saison pour le moins passionnante pour l’équipe Ducati satellite, qui portera cette année le sceau de l’Académie VR46 de Valentino Rossi. Il y aura aussi un air de Romagne et, surtout, un tournant historique…

Comment se déroulent les préparatifs pour la présentation de l’équipe ?
« Andorre est une principauté de 75 000 habitants, ce qui nous permet d’être un peu plus organisés avec 468 kilomètres carrés. En ce qui concerne le rapport espace/personnes, nous sommes très espacés. Dans le centre, il y a un peu plus de monde, nous avons des magasins et des restaurants ouverts, tout le monde travaille normalement. Nous avons 1 000 cas sur 65 000, tous contrôlés, et le gouvernement n’autorise pas les actions en dehors de la norme. Ils nous ont permis de mettre en place cette présentation en suivant un protocole anti-Covid. Nous avons loués deux stations-service, nous avons une salle de plus de 240 mètres carrés, les pilotes seront à l’intérieur, tandis que les invités, qui sont peu nombreux, seront à l’extérieur. »

Ce sera une saison de MotoGP avec des moteurs gelés. Quelle situation attendez-vous pour le prochain championnat ?
« Quand la situation est gelée, il arrive que tout reste encore plus restreint, très similaire, avec moins de développement. Nous sommes heureux parce que Ducati permet aux deux motos d’avoir les développements que Johann Zarco a eu dans le dernier championnat MotoGP. Ils auront le même matériel et cela nous remplit de fierté, il n’y aura pas de problèmes internes et cela nous donnera une base très solide. Puis deux jeunes pilotes italiens, l’avenir de l’Italie en MotoGP, premier et deuxième du classement Moto2 2020, des pilotes avec beaucoup de charisme : ça me donne personnellement beaucoup de motivation. »

Voyez-vous un favori dans le défi Marini – Bastianini ?
« Je ne vois aucun favori, ils se battent à armes égales. Aucun d’entre eux n’a d’expérience en MotoGP, ni n’a couru avec Michelin ces dernières années, ni n’a utilisé des freins en carbone ou piloté une Ducati. L’un a certaines qualités, l’autre en a d’autres. Les deux pilotes seront complémentaires. Enea est plus agressif, Luca beaucoup plus concentré et méticuleux. Les deux pilotes vont progresser ensemble. Les données seront partagées et tout le monde saura ce qui se passe de l’autre côté du box. »

D’une manière générale, qui est le favori ?
« 2021 sera une année compliquée. Joan Mir a montré qu’il pouvait gérer au mieux les pneus et la puissance de la Suzuki. Il est le favori parce qu’il a gagné, mais il y a beaucoup de coureurs qui peuvent faire bien. Et j’espère que nous en aurons deux parmi les favoris. »

L’Andorre est en train de devenir un épicentre de la course mondiale de motos. Le circuit du Pas de la Casa compte de plus en plus d’événements… Un projet qui semble destiné à s’améliorer…
« Je vis ici depuis 21 ans. Il y a deux ans nous avons créé un projet avec Credit Andorra : ils ont beaucoup cru à la carrière des sportifs, pas seulement des pilotes. La Principauté vous permet une situation fiscale régulière par rapport à l’Europe, une situation fiscale confortable et tranquille. La situation en matière de sécurité est sans précédent, il n’y a pas de délinquance, nous avons deux frontières contrôlées, il n’y a pas de chômeurs dans les rues, la société est très sportive. Les pilotes ne sont pas gênés par des problèmes sociaux. Il y a des cyclistes, des joueurs de tennis, des rallymen, des youtubers, des jeunes… C’est en train de devenir un épicentre du sport et de la jeunesse. Il y a 4 ou 5 ans, nous avons repris le circuit du Pas de la Casa et c’est devenu un circuit permanent, avec 10 mois d’activité. Le coût de gestion est de 150 000 euros par an, le niveau de facturation de l’année prochaine sera plus élevé. C’est donc une situation très agréable, avec un hôtel à côté. C’est un modèle unique en Europe, notamment en raison de sa haute altitude (2 400  m, ndlr). »

Ce sera probablement la dernière saison en MotoGP pour le team Esponsorama. Que pensez-vous de cette situation et de ce qui est en chantier pour 2022 ?
« Il y a deux ans, cette équipe était en queue de peloton, avec des dettes et de graves problèmes économiques. Aujourd’hui, nous allons terminer l’année 2021 dans une situation économique parfaite, avec des dettes réduites à zéro. Nous apportons deux solides rookies au MotoGP, avec un accord avec l’Académie VR46 pour avoir leurs couleurs dans notre structure. C’est déjà un succès. Le reste viendra tout seul. S’il arrive que le VR46 reprenne complètement l’équipe, je serais très heureux. Que je sois alors là ou pas, ça ne changera rien. L’important est que ces racines créées par le passé demeurent. Je suis juste un numéro : aujourd’hui je suis ici, demain je serai là ou peut-être que je ferai d’autres choses. Je suis heureux de bien travailler en 2021 et d’avoir mérité ce que nous avons en main. »

Quels conseils donneriez-vous à Valentino Rossi ?
« A Valentino Rossi, aucun conseil : il peut m’en donner beaucoup plus. Je ne suis pas un manager, je suis un directeur sportif qui éteint les incendies. J’essaie juste d’être dictatorial dans le box pour que les gens respirent un haut niveau de MotoGP de mercredi à dimanche. Nous vivons 4 à 5 jours de grande pression, et nous devons tous parler la même langue. Je ne peux pas donner de conseil à Valentino, c’est le champion le plus diplômé de l’histoire. Il a le même âge que moi, il est conscient que tôt ou tard, sa carrière de pilote devra prendre fin. Je suis surpris de le voir courir à ce niveau, mais physiquement, il n’est pas facile de maintenir ce rythme 365 jours par an. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Enea Bastianini, Luca Marini

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing