C’est maintenant officiel pour Marc Marquez puisque le directeur de l’équipe Repsol Honda Alberto Puig l’a annoncé : cette saison 2021 sera une longue et patiente préparation en vue de celle de 2022 pour un Marc Marquez loin du compte. Seizième puis douzième lors des deux premières séances d’essais libres, l’octuple Champion du Monde n’est pas aux places qu’il revendique comme incontournables pour poursuivre sa carrière. Il voulait même arrêter le tir et hisser le drapeau blanc avant même ce Grand Prix d’Italie…

Mais cette capitulation en rase en campagne n’est plus d’actualité. Pour le moment. Les médecins de Marc Marquez lui ont conseillé de poursuivre ses efforts pour le bien de sa convalescence. Mais il n’est pas écrit non plus qu’il doit finir les meetings… Ainsi, en Italie, on risque de voir un Marc Marquez abandonner prématurément. Alberto Puig dit ainsi : « nous suivons le ressenti du pilote et les conseils médicaux. Nous savons qu’il souffre, mais nous savons aussi que la fracture guérit », a déclaré Puig à ‘DAZN Espagne’ et il a ajouté : « si la situation suggère qu’il vaut mieux arrêter, alors il s’arrêtera. C’est clair ».

Quand Marquez a été interrogé sur les déclarations de Puig après les deux séances d’essais du vendredi au Mugello, il a répondu : « j’ai retenu mes paroles jeudi. Alberto l’a dit maintenant et c’est la réalité ». Dans le box Honda, les priorités ont changé. « Nous savons que cinq points, dix points, ou un point ne changeront finalement pas notre résultat de fin d’année », déclare Marquez qui souligne : « pour nous à HRC, peu importe que nous finissions cinquième, sixième ou dixième. Si nous ne gagnons pas, c’est une mauvaise année. Pour cette raison, c’est une année de transition. Nous devons être clairs sur d’où je viens et où je suis en ce moment », reconnait le huit fois champion du monde moto, faisant référence à sa condition physique.

« Ce que j’ai appris au cours des derniers mois », dit Marquez, « c’est d’être patient. Oui, l’épaule est plus stable maintenant, mais la sensation change en fonction du poids de la charge. Il est clair que je suis sévèrement limité sur cette piste du Mugello ». Puig confirme : « ce circuit est compliqué. C’est très rapide et il faut beaucoup de puissance physique pour conduire. Comme il y a beaucoup de changements de direction ici, il était clair pour nous que ce serait difficile ici pour Marc dans son état actuel. C’est exactement ce que nous vivons actuellement ».

Marc Marquez Puig

Plaque de titane et antibiotiques : Marc Marquez révèle les détails

Ce dont Marquez a besoin avant tout, c’est du temps et de nombreux tours au repos pour que son corps puisse lentement s’habituer à rouler à nouveau en MotoGP. Mais comme les tests sont très limités pendant la saison, le pilote d’usine Honda considère actuellement les week-ends de course comme des essais privés : « je dois faire les tours le week-end de course. C’est la seule façon de pouvoir faire des tours à tout ».

Marc Marquez donne aussi des détails sur son état : « la plaque avec les vis et tout ce qui va avec est conçu de telle manière qu’il n’est pas nécessaire de la retirer à tout moment. Les médecins envisageraient de la supprimer s’ils rencontraient des complications mais ce n’est pas une option pour le moment ».

Pour le moment, Marquez doit encore prendre des antibiotiques à la suite des opérations, mais s’attend à ce que ce traitement prenne bientôt fin : « en ce qui concerne les antibiotiques, le prochain contrôle est après le Grand Prix de Catalogne le 6 juin. À condition que cela soit satisfaisant, je cesserai alors de prendre des antibiotiques. Ce sera une autre étape importante » termine l’équipier de Pol Espargaró.



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez