La question a été posée à Valentino Rossi au Mugello : fallait-il courir ce Grand Prix d’Italie endeuillé par la disparition de Jason Dupasquier ? Une interrogation que ses académiciens Bagnaia et Morbidelli ont alimenté avec des réponses opposées. Le Doctor livre la sienne tout en revenant sur sa course à domicile, sanctionnée par une dixième place.

Après un départ de la septième ligne, dû à un modeste dix-neuvième meilleur temps, Valentino Rossi a franchi la ligne d’arrivée du Grand Prix d’Italie au Mugello en dixième position. Le “Doctor” après des premiers tours difficiles, est remonté et a gardé un bon rythme, puis, grâce aux chutes de ceux qui le précédaient, il a franchi la ligne d’arrivée dixième. Un résultat à prendre en compte dans une période difficile.

Mais avant de parler de la compétition, le pilote Yamaha Petronas s’est ouvert au micro de Sky Sport sur la disparition de Jason Dupasquier : « tout d’abord, je voulais offrir mes condoléances à la famille de Jason, à l’équipe et à ses amis. On savait déjà hier soir que la situation était très critique, car il avait pris un gros coup et, entre autres choses, Sasaki l’avait pris à la tête. La situation était désespérée, mais c’est une chose de savoir que la situation est grave, une autre savoir qu’elle est fatale ».

Puis il en vient au cas de conscience qui déchire ses académiciens : « vous vous posez des questions, sur le fait de savoir s’il est logique de courir ou non.  Mais ensuite je pense que ce que nous avons fait aujourd’hui, soit courir, ne pouvait pas changer ce qui s’est passé hier. C’est toujours difficile de courir et aujourd’hui c’était plus difficile. Je pense que c’était juste de courir.”

Rossi Italie

Rossi : « j’ai été décent en cours »

Puis il parle de sa course : « malheureusement, au premier virage, Maverick a fait une petite erreur, il s’est un peu embarqué, j’ai dû freiner et je me suis retrouvé en sandwich entre Pirro et Lecuona. J’ai perdu une éternité et j’étais avant-dernier. C’était dommage car en course, mon rythme était correct, mais ensuite j’ai fait quelques dépassements. On a terminé dans le top 10 et j’ai obtenu des points. Nous avons pu nous améliorer pendant le week-end et aujourd’hui j’ai été décent en course ».

« Au Mugello, il y a beaucoup de trous et j’avais du mal à freiner. Aujourd’hui nous avons fabriqué une moto plus souple et nous avons adapté l’électronique. Nous avons fait du bon travail, même si je sortais lentement du dernier virage et que j’ai perdu un peu dans la ligne droite. Ici, tout le monde est très fort et donc, pendant le week-end, vous ne devez pas vous tromper. Vendredi, j’avais du mal à freiner, puis à partir du samedi nous nous sommes améliorés de ce point de vue. Cependant, je savais que j’aurais du mal ici au Mugello, même en 2019, nous n’avions pas passé un bon week-end. Nous devons travailler pour nous améliorer et être plus compétitifs ». Nouvelle échéance, le week-end prochain à Barcelone.

MotoGP Italie J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team