Il fut une époque, ancrée dans le monde d’avant, où Yamaha se délectait d’arriver sur le tracé du Mugello. La M1 s’y trouvait à son aise et son leader Valentino Rossi était en représentation chez lui. Puis Jorge Lorenzo a pris la relève. Mais depuis 2016, c’est une autre histoire. Les Ducati occupent un terrain sur lequel elles s’entraînent. Alors que peut espérer la marque d’Iwata ce week-end ? Et notamment avec un Maverick Viñales qui arrive avec un nouveau statut : celui de papa ?

Maverick Viñales est un autre homme depuis quelques jours puisque le voici désormais père d’une petite Nina. Cette paternité chassera-t-elle ses démons qui le font passer du meilleur au pire sans quasiment aucune étape intermédiaire ? A voir. Son approche de l’échéance toscane est pour le moins laconique : « j’aime beaucoup le Mugello. C’est l’un de mes tracés préférés au calendrier. Je roule généralement très vite là-bas. C’est un circuit qui a un peu de tout ».

L’Espagnol est monté trois fois sur le podium au Mugello dans des catégories plus petites : troisième dans la course 125cc en 2011, une victoire en Moto3 en 2012 depuis la pole position, et troisième en Moto3 en 2013. En 2015, il a terminé septième, ce qui était son meilleur résultat des six premières courses de sa saison de rookie en MotoGP.

En 2016, il s’est qualifié deuxième, égalant sa meilleure qualification de la saison. Il a rencontré un problème électronique au début de la course et a chuté à la 11e place, mais s’est battu pour prendre la sixième place. En 2017, il a franchi la ligne en deuxième position après s’être qualifié en pole position pour la troisième fois dans la catégorie reine.

En 2018, il s’est qualifié en troisième position, a chuté à la 11e place au premier tour et a terminé la course en huitième position. Enfin, en 2019, il s’est qualifié en septième position, ce qui était la deuxième fois qu’il ne s’élançait pas de la première ligne en MotoGP au Mugello, et a terminé la course en sixième position en tant que pilote Yamaha le mieux placé.

Yamaha a eu son âge d’or au Mugello

Yamaha, justement, a connu un âge d’or au Mugello. La marque a collectionné douze victoires. Sept ont été inscrites par Valentino Rossi, qui en revendique même cinq de rang de 2004 à 2008. Puis cinq autres sont l’apanage de Jorge Lorenzo en 2011, 2012, 2013, 2015, 2016. Depuis lors, rien.

Le directeur de l’équipe Yamaha, Massimo Meregalli, évalue ainsi la forme de ses troupes : « bien qu’il s’agisse encore d’un événement très spécial, nous regretterons les fans qui rendent l’atmosphère du Grand Prix d’Italie si unique. Indépendamment des tribunes qui seront inhabituellement calmes, nous entamons ce week-end avec la ferme intention d’offrir aux fans une bonne émission à la télévision. En réalité, nous nous attendons toujours à une course acharnée. Nous savons que le niveau de tous les pilotes et équipes sera élevé. Cependant, nous prévoyons d’utiliser certaines sections du tracé qui conviennent le mieux à notre moto. Nous voulons nous battre pour le podium ».

Yamaha a remporté trois victoires après cinq courses disputées cette saison. Une a été inscrite par Maverick Viñales lors de l’ouverture des hostilités au Qatar. Puis l’Espagnol est rentré dans le rang au point d’émarger à la cinquième place du classement général avec 56 points, soit 24 de moins que le leader qui n‘est autre que son équipier…

Viñales Yamaha

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP