C’est une tradition à chaque Grand Prix d’Italie qui mobilise Aldo Drudi. A cette échéance, Valentino Rossi présente au Mugello un casque à la décoration inédite. Un événement mis en place dans le monde d’avant tandis que c’est la première visite en Toscane depuis la crise sanitaire. Un rendez-vous qui se fera sans public dans une ambiance que le Doctor a déjà qualifié de “postnucléaire“. Mais la coutume sera tout de même respectée. Aldo Drudi, maître d’œuvre des décorations des heaumes de Vale l’a confirmé. L’Italien a aussi un mot au sujet de Marc Marquez…

Valentino Rossi aura un casque à la décoration spéciale dans ce Grand Prix d’Italie qui revient au calendrier du MotoGP après avoir dû se mettre à l’écart l’an dernier, à cause de la crise sanitaire. Celle-ci est toujours en cours et imposera sa marque par une triste loi du silence dans les gradins qui resterons désespérément vides. Cependant, Vale et son équipe ne manqueront pas à la tradition de célébrer l’épreuve nationale avec un heaume inédit.

Aldo Drudi, qui s’y colle toujours, l’a confirmé sur la Gazzetta dello Sport : « il y a quelques jours, nous avons déjeuné avec Valentino et nous avons pensé au casque du Mugello. Ne pouvant pas entrer dans le paddock, cette année je ne pense pas que nous ferons la cérémonie habituelle du vendredi soir dans son motorhome avec quelques amis ». Il rappelle en effet ce cérémonial particulier : « nous découvrons le casque et prenons quelques photos que nous ne publions jamais, c’est la règle, et puis samedi matin, il le porte ». Mais l’œuvre sera bel et bien réalisée et portée : « le casque de cette année est surréaliste, fait sourire et il est très mignon. C’est une idée de Stefano, qui travaille avec moi, et qui sommeille depuis quelques années. Comme celui du Viagra à Misano ».

On attend donc avec impatience le fruit de ce travail et de cette réflexion. A ce sujet, Drudi parle aussi de l’importance qu’attache le pilote à la décoration de son casque : « ces fétiches sont importants et ont aussi des références psychologiques. Fabriquer un casque est bien plus qu’un simple exercice graphique. Le porter déclenche des mécanismes particuliers. Les motocyclistes sont de grands amoureux de la vie, plus que du risque ».

Aldo Drudi sur Marc Marquez : « psychologiquement, je pense qu’il doit trouver le chemin »

Puisqu’il aborde l’aspect psychologique des choses, l’Italien fait une évaluation intéressante au sujet d’un Marc Marquez de retour de blessure : « comprendre ce qui lui est arrivé est un problème. Lorsque tout fonctionne correctement, c’est comme un overboost qui vous donne un coup de pouce supplémentaire. Marquez a vécu dans cette bulle pendant des années. Maintenant c’est le contraire, tu peux le voir dans ses yeux, tu l’as remarqué dans les interviews après les dernières chutes ? Il est un peu perdu, il ne trouve pas d’alternative à cette approche effrontée qui l’a amené jusqu’ici. Psychologiquement, je pense qu’il doit trouver le chemin ».

Drudi termine sur Valentino Rossi : « Valentino est un ambassadeur à vie, il a donné et donne tellement à ce sport que nous devons le laisser tranquille », déclare l’artiste. « C’est un passionné, tu ne te rends pas compte. Parfois, quand on en parle, il semble presque que Valentino Rossi n’est pas neuf fois champion du monde, l’un des sportifs les plus connus, mais celui qui voit les courses de l’extérieur comme nous. Maintenant, il doit peut-être retrouver cette sérénité évoquée plus haut ». La course moto est décidément avant tout un sport mental.