Toshihiro Suzuki, Président de Suzuki Motor Corporation, se déplace rarement sur les circuits, mais fait une exception chaque année pour accueillir son équipe MotoGP à Motegi, même si le circuit appartient à Honda qui y organise le GP du Japon. C’est ainsi qu’il fut à même d’apprécier la présence sur la troisième marche du podium d’Álex Rins l’an dernier, derrière Marquez et Crutchlow, mais devant Rossi.

Motegi est situé à environ 400 km du siège de Suzuki, à Hamamatsu. Le Président n’oublie pas que sa marque a remporté les titres suprêmes en 1976 et 1977 avec Barry Sheene, en 1981 avec Marco Lucchinelli, en 1982 avec Franco Uncini, en 1993 avec Kevin Schwantz et en 2000 avec Kenny Roberts Jr. A défaut de titre cette année, il apprécierait que Rins renouvelle à domicile ses victoires d’Austin et de Silverstone.

Mais l’actualité brûlante, c’est la troisième place au Championnat, extrêmement menacée. Si Rins totalise 167 points, Maverick Viñales est clairement dans son aspi avec 163, tout comme Danilo Petrucci avec 162. La lutte s’annonce très serrée pour cette « médaille de bronze ».

Récemment, Álex Rins a réussi à remonter cinq positions depuis sa place sur la grille de départ au GP de Thaïlande, terminant cinquième et contribuant à consolider sa troisième place au classement général. Cependant, l’Espagnol a été légèrement déçu de ce résultat et il a hâte de revenir aux premières places devant le personnel de Suzuki à Motegi.

Selon Álex Rins, « J’ai de bons souvenirs du Motegi, et c’est toujours un endroit spécial où aller parce que nous recevons beaucoup de soutien des fans, et nous avons aussi des réunions avec le personnel et les boss qui travaillent pour Suzuki au Japon. Je veux vraiment bien faire ce week-end et donner à tout le monde une autre raison de sourire ! »

Pour Davide Brivio, le team manager, « Motegi est un bon circuit pour nous, et nous aimons aussi le tracé de la piste. La compétition cette année est de très haut niveau et nous essayons de nous battre à chaque course pour monter sur le podium et maintenir la troisième place d’Álex dans le championnat.

« Alex, Joan et l’équipe donnent toujours le meilleur d’eux-mêmes, et surtout au Japon, nous aimerions obtenir d’excellents résultats pour tous ceux qui travaillent si dur à l’usine ».

Sur le plan technique, d’après Frankie Carchedi, le chef d’équipe de Joan Mir, « Motegi, c’est du stop and go ! C’est très exigeant sur les freins et les pneus, d’autant plus que les températures de la piste et de l’air sont souvent élevées. Lorsque vous avez du mal à freiner dans les virages, vous en ressentez habituellement aussi du mal à l’accélération, de sorte que l’anti-cabrage créé par l’ensemble aérodynamique fait une grande différence. »

« Beaucoup de virages ne sont qu’en première ou deuxième vitesse, ce qui peut causer l’usure des pneus ; lorsque vous accélérez, vous pouvez rencontrer un patinage des roues. La base de notre moto est très solide, mais nous allons y apporter quelques modifications pour assurer les meilleures performances possibles. J’espère que ce sera un bon GP à domicile ! »

Photos © Suzuki Racing



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar