Né le 17 mars 1976 à Anderstorp (où se déroulait le GP de Suède), Johan Stigefelt a couru en Grand Prix pendant sept ans – de 1997 à 2004 – dont six en 250 sur Suzuki, Yamaha et Aprilia, et un en 500 sur Sabre V4. Ses meilleurs résultats ont été deux huitièmes places, en Argentine en 1998 et au Royaume-Uni en 2000.

Pilote en mondial Supersport en 2005 et 2006 (cinquième au Qatar), il a fondé en 2005 l’équipe Stiggy Racing, qui a participé aux Championnats du Monde Supersport et Superbike jusqu’en 2009. Puis en 2012, il a été le team manager de l’équipe RW Racing GP participant au Championnat du Monde Moto3 quand son équipe a terminé deuxième avec Luis Salom, derrière Sandro Cortese.

Stigefelt a été nommé directeur de l’équipe Caterham Moto Racing pour la saison Moto2 2014 et a terminé sixième du Championnat avec Johann Zarco. Après la dissolution de l’équipe Caterham Moto Racing, Stigefelt a été choisi pour diriger la nouvelle équipe Moto3 du circuit international de Sepang, connue sous le nom de SIC Racing Team.

Il est maintenant l’un des membres du triumvirat qui dirige ce team avec Razlan Razali et Wilco Zeelenberg, avec cette saison comme pilotes Fabio Quartararo et Franco Morbidelli en MotoGP, Xavi Vierge et Jake Dixon en Moto2, et John McPhee et Khairul Idham Pawi en Moto3.

Une équipe de six pilotes est une énorme structure, et Stigefelt est relativement inquiet : « Nous travaillons quotidiennement sur la manièe de gérer la situation d’un point de vue financier au cours des semaines et des mois à venir. Razlan et moi avons essayé d’élaborer un plan sur trois mois. Nous avons de la chance d’avoir Petronas et d’autres partenaires, même s’ils doivent prendre des mesures. »

Le promoteur du Championnat du Monde Dorna fournira aux équipes privées de la catégorie MotoGP et à toutes les équipes Moto2 et Moto3 des avances mensuelles en avril, mai et juin. « Le soutien normal de Dorna consiste en une contribution aux équipes indépendantes et je comprends, bien sûr, qu’elles ne puissent pas continuer à payer cette somme tant que nous ne sommes pas en course. Mais toutes les équipes indépendantes ont eu une discussion très ouverte avec le Secrétaire de l’IRTA, Mike Trimby. Nous leur avons dit ce dont nous avions besoin pour les prochains mois afin de survivre. »

Pour rappel, grâce aux montants des droits de télévision, des subventions pour les frais de voyage et des primes pour le classement IRTA (où les qualifications comptent également), une équipe Moto2 en saison normale reçoit de la part de Dorna (via l’IRTA), des montants qui couvrent environ 15 à 25 % du budget total. Dans la catégorie MotoGP, en revanche, les subventions représentent 50 % des près de 10 millions d’euros budgétisés pour une saison de MotoGP avec deux pilotes – et donc le coût de location d’un package moto.

Le montant des avances versées pendant la pause obligatoire liée au coronavirus n’a pas été officiellement annoncé. Le quotidien sportif espagnol AS parle de 250 000 euros par mois pour les équipes privées de MotoGP. Les équipes Moto2 et Moto3 ont déjà reçu 25 000 euros par pilote.

Pour Stigefelt, « La façon dont nous survivrons est une autre histoire, car ce montant ne couvrira pas tout. Mais c’est une grande aide. Sans ce soutien, les prochains mois auraient été vraiment difficiles. La somme est inférieure pour le Moto2 et le Moto3, car les coûts y sont moins élevés, mais au moins la moitié de notre personnel est employée dans ces catégories. Nous devons faire avancer les choses, voir ce qui se passe et réfléchir à ce que nous pouvons payer”, a-t-il déclaré à Simon Patterson pour Speedweek.com.

« Les salaires sont le principal poste de dépenses, nous avons arrêté tous les autres paiements pour les trois prochains mois. Nous ne voyageons pas, nous n’investissons pas, nous n’achetons rien. Mais bien sûr, nous avons aussi des coûts fixes : les camions, l’hospitalité et le loyer de l’atelier. Il y a les frais de location aux constructeurs. C’est quelque chose dont nous leur parlons. »

« Malgré tout, dit-il, il y a eu une grande cohésion. Tout le monde a été très solidaire, tant nos sponsors que nos fournisseurs. Nous sommes dans le même bateau et nous essayons tous de nous aider les uns les autres. Je parle à tous les membres de mon équipe tous les jours parce que tout le monde s’inquiète. »

 

 

Source : Speedweek.com

Photos © Petronas SRT



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team