Lors de son débriefing après le Grand Prix d’Argentine, Johann Zarco a raconté sa course, depuis sa frayeur lors du départ à cause de Jorge Lorenzo, jusqu’aux derniers tours particulièrement épuisants sur une KTM en manque d’adhérence (Voir ici).

Johann Zarco complète…

 « C’est difficile de vivre ce genre de courses où tout ce que j’aimerais faire avec mon pilotage est impossible pour le moment, et c’est pour cela que je me bats avec la moto et que je suis épuisé. Tous les mouvements que j’ai appris à faire dans le passé ne fonctionnent pas. Ce n’est donc pas une chose précise sur laquelle travailler, mais un sentiment global. Mais je ne peux pas le comprendre pour le moment et je dois l’accepter ».

« Plus tard, nous aurons de nouvelles choses sur la moto, sur lesquelles travailler. Mais c’est une expérience, je veux la prendre de la manière la plus positive possible et garder une très grande motivation et un grand plaisir à travailler, parce que tout ce que je vis maintenant me rendra vraiment plus fort à l’avenir. Je le vois juste comme ça ».

Mais il a également abordé la problématique soumise aux décisionnaires de KTM, à savoir développer la RC16 dans une ou plusieurs directions. Sur ce sujet, le pilote français est catégorique : il ne tentera pas d’imiter le style de pilotage de son coéquipier Pol Espargaró !

« Je peux étudier et analyser ses données, c’est sûr que c’est assez différent, et je suis assez méthodique pour comprendre ce qu’il fait sur la moto. Mais je ne veux pas copier cela car, pour moi, ce ne sera pas la clé pour ensuite faire le grand pas qui sera nécessaire pour l’avenir. Donc, je veux garder mon style lisse et propre, et voir de là où nous nous améliorerons ».

« KTM est pleinement avec nous, Pol et moi. Ils ne pensent pas que nous devons suivre une direction ou une autre. Ils sont juste en ce moment en train de prendre des informations, et c’est très bien que Miguel soit aussi très compétitif et batte presque les pilotes d’usine, puisqu’il m’a battu mais pas Pol ».

La KTM RC16 se distingue avant tout par son cadre tubulaire et ses suspensions WP, en lieu et place des habituels cadres usinés dans l’aluminium et des suspensions Öhlins. Ces dernières ne sont pas un problème pour le double champion du monde.

« Je pense vraiment que la suspension WP est bonne. En Moto2, je me souviens que j’avais un bon feeling. Nous nous sommes beaucoup améliorés et nous sommes devenus, avec WP et Kalex, l’un des pilotes les plus solides, et l’une des équipes plus fortes. J’ai connu une bonne période à ce moment-là. Maintenant, nous construisons, donc j’espère cette bonne période pour plus tard ».



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP