Kevin Schwantz, par son panache et son style a marqué une génération à tel point qu’il a convaincu des pères à faire de leur fils des pilotes motos. C’est ainsi le cas de la famille Acosta, dont le papa du prometteur Pedro a été inspiré par le Texan. Ledit Pedro n’a pas caché récemment que son modèle à lui était façonné à 90% par Marc Marquez. Justement, l’Américain de 57 ans parle de l’Espagnol de 28 ans et, surtout, d’où il revient. Ou presque. Car il en manque encore et pour être passé par là, l’ancien Champion du Monde est convaincu que rien ne sera plus tout à fait comme avant cette chute à Jerez en 2020. Schwantz explique pourquoi…

Kevin Schwantz a dit un mot sur un Marc Marquez qui revient de loin. Son chemin vers le sommet d’où il est tombé est encore pentu pour atteindre l’arrivée, même si l’officiel Honda a réussi l’exploit de déjà renouer avec la victoire sur son tracé fétiche mais terriblement exigeant, du Sachsenring. Pour bien saisir toute la difficulté que vit l’octuple Champion du Monde, il faut écouter le Texan qui se confie ainsi sur Speedweek : « j’ai toujours été convaincu que le retour à la forme maximale prenait presque deux fois plus de temps que la période au cours de laquelle vous avez été blessé. Combien de temps Marc a-t-il été blessé ? Neuf mois. Si vous manquez une course ou deux, il en faut trois ou quatre pour se remettre en forme. Car il faut d’abord retrouver sa force physique et ensuite sa force mentale ».

Marc Marquez

Kevin Schwantz : « vous réalisez alors que votre corps n’est pas à l’épreuve des balles »

Ce constat fait, il développe : « pour moi, Marc a fait du bon travail depuis son retour. Gagner au Sachsenring était difficile, c’est sûr, gagner sur cette piste qui ne vous laisse pas de répit mérite beaucoup de respect. Il faut de la force physique et mentale pour le faire, Marc s’y est également qualifié assez décemment avec la 5ème place. Et il s’est éloigné de tous ses adversaires dans la course. Il a pris la tête et il y est resté. J’ai pensé que c’était un signe qu’il était revenu ».

Hélas, Assen est arrivé le week-end suivant, avec un terrible accident qui a beaucoup rappelé celui de Jerez en juillet 2020… « Ensuite, il y a eu la mauvaise chute à Assen et les misérables qualifications là-bas » regrette ainsi Schwantz. « Marc a encore chuté en Q1, et quand vous continuez à tomber au sol, des bosses s’accumulent dans votre confiance. Vous réalisez alors que votre corps n’est pas à l’épreuve des balles. Vous pensez à cela, ‘La dernière fois que j’ai eu un highside similaire à celui que j’avais à Assen, cela m’a conduit à un an de convalescence.’

Il termine avec ce constat : « il ne fait aucun doute que Marc tirait avant plus de la moto qu’elle ne pouvait donner. Maintenant, après la pause due à des blessures, Márquez est à nouveau une personne plus normale. Et la moto est toujours un problème ». Et Honda s’en rend compte à chaque Grand Prix…

Kevin Schwantz

 




Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team