Mika Kallio s’est offert son propre cadeau de Noël, et en avance qui plus est. La semaine dernière, du côté de Jerez, il est remonté sur une KTM qu’il avait été contraint de quitter il y a déjà cinq mois après avoir lourdement chuté sur le Sachsenring. Un retour discret lors de tests placés sous le régime du secret-défense. Car rien n’a filtré de cet exercice qui a aussi été les débuts de Dani Pedrosa sur la RC16…

Mais sur l’ancien officiel Honda retraité de la compétition officielle, pas un mot… En revanche, on est heureux de voir le Finlandais revenir aux affaires. Du haut de ses 37 ans, il a repris du service au sein de l’équipe de test Red Bull KTM. Un lieu qu’il partage à présent avec Dani Pedrosa, âgé de 33 ans, qui a rejoint les troupes de Mattighofen après 18 ans chez Honda.

Sur cet événement, celui qui est aussi le patron d’un Team Kallio Racing qui a remporté avec Sandro Cortese sur la Yamaha R6 le Championnat du Monde Supersport a commenté sur Speedweek : « les essais à Jerez se sont bien déroulés. La blessure au genou s’est à ce point bien remise que j’ai pu piloter à nouveau, bien que la mobilité ne soit pas encore parfaite. Les médecins ont fait un excellent travail avec la chirurgie. Avec une telle blessure, la réhabilitation prend souvent beaucoup plus de cinq mois ».

On rappellera à cette occasion les lésions : touché au genou après sa lourde chute lors de la deuxième séance d’essais libres du GP d’Allemagne au Sachsenring, Mika Kallio a subi un scanner et une IRM au Klinikum Chemnitz qui ont révélé de graves blessures au genou droit. Le ligament interne et les ligaments croisés étaient rompus.

La mobilité du genou était devenue impossible. KTM avait alors engagé le Français Randy de Puniet en août, qui faisait déjà partie de l’équipe d’essais KTM en 2016. Il a testé la RC16 et les nouveaux composants à plusieurs reprises.

 


Tous les articles sur les Pilotes : Mika Kallio

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP