Danilo Petrucci a reçu les résultats du bilan médical qu’il avait demandé après un Grand Prix d’Espagne qui avait martyrisé son bras droit. Comme c’est dans l’air du temps, il a pensé au syndrome des loges. Il n’en est rien et il n’y aura donc pas d’opération. En revanche, il y a quand même un problème. Et sa révélation n’est pas forcément plus rassurante…

Le pilote Tech3 KTM Danilo Petrucci, a connu, comme certains de ses collègues MotoGP, des problèmes avec son bras droit lors du Grand Prix à Jerez dimanche dernier. Il fallait donc vérifier ça et notamment lever le doute sur le syndrome des loges. De sa 14e place à l’arrivée du Grand Prix d’Espagne, Danilo Petrucci avait commenté : « j’avais des soucis avec ma main droite, donc c’était difficile de contrôler la moto ».

Cela ressemblait au syndrome des loges actuellement répandu, mais le problème de l’Italien de 30 ans diffère finalement considérablement des inquiétudes de Fabio Quartararo et d’Aleix Espargaró sur le sujet. La cause en est plutôt les séquelles de sa chute lors du test de Jerez le 15 juillet 2020. Ce qui n’est pas forcément mieux…

Celui qui a marqués ses premiers points pour KTM dimanche dernier rappelle : « je me suis envolé violemment à Jerez l’année dernière et j’ai frappé deux disques intervertébraux dans la région du cou. Mes nerfs ne sont pas à 100%. J’y travaille depuis l’année dernière. Je sens principalement que le bras droit est très fatigué. Les nerfs ne transmettent pas les informations correctes au muscle ».

Petrucci va relever un nouveau défi.

Petrucci : « parfois, je suis au lit et mon bras droit s’endort »

« J’étais donc très fatigué, mais ce n’était pas le syndrome des loges », a déclaré Petrux. « Si vous avez ça, du sang s’accumule dans votre avant-bras. Ce n’est pas le cas avec moi, je sens juste que mon bras se fatigue. Mais c’est aussi le cas quand je ne fais rien. Parfois, je suis au lit et mon bras droit s’endort. C’est donc une autre affaire ».

Petrucci aura plus de contrôles sur son cou cette semaine à la maison en Italie. Mais que peut-on faire pour résoudre ce problème ? « Ce que nous pouvons faire, c’est renforcer toute l’épaule et la zone autour de la clavicule avec les muscles et ainsi la rendre plus stable afin que l’avant-bras soit moins sollicité lors du pilotage » a-t-il expliqué sur Speedweek.



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3