De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

Entretien avec le Dr Iader Fabbri, ancien nutritionniste de Jorge Lorenzo et d’autres pilotes. La défense d’Andrea Iannone sera basée sur la quantité détectée de Drostanolone.

Andrea Iannone a dû désigner non seulement un avocat, mais aussi un conseiller scientifique, Alberto Salomone, pour se défendre contre l’accusation de dopage. En attendant la réponse de la contre-analyse prévue pour le 7 janvier, nous avons essayé d’en comprendre davantage. Nous avons consulté Iader Fabbri, Biologiste, Nutritionniste, Diététicien, diplômé en Sciences et Technologies Pharmaceutiques, spécialisé en Sciences de la Nutrition Humaine. Son nom est certainement familier aux fans de MotoGP. En effet, le Dr Fabbri a travaillé pendant de nombreuses années aux côtés de Jorge Lorenzo, puis avec Michele Pirro, Enea Bastianini, Fabio Di Giannantonio, l’équipe Gresini et bien d’autres.

Pour tenter de comprendre la situation d’Andrea Iannone, il ne suffit pas de désigner la Drostanolone comme une substance incriminée. Tout dépend des quantités détectées. A ce stade, vous pouvez également retracer le jour de la contamination, puisque la substance a une demi-vie connue (2/3 jours). Mais une chose semble certaine : la théorie de la contamination des aliments est peut-être plausible. Et la défense du pilote de l’Aprilia pourrait porter sur ce point.

ENTRETIEN AVEC LE DR. IADER FABBRI

Que pouvez-vous nous dire sur la Drostanolone ?

« La drostanolone est un anabolisant quelque peu daté, un médicament utilisé par des catégories sportives très différentes, essentiellement des culturistes. »

Est-il possible de supposer une contamination des aliments ?

« La contamination des aliments dans ces pays (ndlr : Thaïlande, Japon, Malaisie) est possible. Il est certain que les effets des stéroïdes anabolisants servent à augmenter la force d’un athlète. Il y a des années, ils étaient utilisés par les culturistes, et des cas de dopage ont été trouvés sur des athlètes ayant besoin de force. Le motocycliste est un athlète qui a une activité à composantes mixtes. En réalité, il a une caractéristique de force, en particulier au freinage, mais il a également une fréquence cardiaque si élevée qu’il est essentiellement aérobie. Interviennent les moments de caractère anaérobique, où la force est présente, aux moments de caractère aérobie où la résistance est présente, ce qui est différent. »

Est-il plus probable que la cause soit un supplément alimentaire ?

« Aujourd’hui, les contaminations ne sont pas si rares. En Italie, nous sommes bien protégés en termes de suppléments et de viande. A l’étranger, la législation est différente, vous pouvez donc acheter des suppléments à l’étranger, en Amérique ou dans d’autres pays, qui peuvent contenir des traces de substances dopantes. La Fédération australienne en particulier, mais aussi d’autres fédérations, décident a priori quels sont les suppléments qui peuvent être utilisés après avoir été analysés. Il n’est pas très prudent d’utiliser des suppléments non certifiés lorsque vous êtes un athlète d’élite comme Andrea Iannone. La viande est un contaminant possible, mais cela dépend alors de la question de savoir si d’autres tests ont été effectués sur d’autres athlètes dans les mêmes conditions. »

Avant de prendre un supplément, quelles précautions devez-vous prendre ?

« Quand on travaille avec un grand athlète comme Andrea Iannone, la préoccupation de tout nutritionniste ou médecin est de se fier aux suppléments qui subissent des analyses par lots. De nombreuses entreprises, surtout italiennes, font une analyse d’échantillon de tous les lots de production. Et ils conservent l’échantillon de l’analyse effectuée, en le faisant principalement sur les principales substances dopantes. »

LE RÉGIME ALIMENTAIRE DES PILOTES

Êtes-vous en faveur d’un régime végétalien pour les pilotes ?

« Lewis Hamilton et d’autres athlètes sont supposés utiliser ce régime, d’après le film de Netflix ” The Game Changers “. Moi aussi, je fais un film à ce sujet sur mes réseaux sociaux, pour expliquer les forces et les faiblesses de ce documentaire… Je ne vois aucun problème à être végétarien pour un athlète. Je trouve que le véganisme est une mesure plus restrictive mais réalisable. Dans ce cas, il est nécessaire d’utiliser certains suppléments. Je n’ai jamais suivi d’athlète végétalien, mais tout est faisable, si c’est bien fait. »

Qu’est-ce qui ne doit pas manquer dans le régime d’un pilote ?

« Le régime alimentaire d’un pilote ne doit pas manquer des trois principaux macronutriments : les glucides, les protéines et les lipides. Il n’y en a pas un qui doit prévaloir. L’important est qu’un athlète maintienne sa glycémie stable grâce à la nourriture. C’est ce qui est fait quand on utilise des glucides à indice glycémique élevé. Des pâtes, des pommes de terre, des pizzas ou des desserts peuvent être utilisés, mais il est important de combiner une source de protéines. Si le pilote, avant une séance d’entraînement ou une course où il doit être très lucide mentalement, venait à manquer le repas d’avant Grand Prix, déséquilibrant le repas en faveur des glucides, on trouverait un athlète avec une diminution de sa  capacité d’attention. Il aurait donc une dégradation de ses performances cognitives et, par conséquent, physiques et physiologiques. Il pourrait donc devenir dangereux et ne pas être performant du tout. »

 

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro

 

 

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini