Álex Márquez est arrivé au Grand Prix de France avec dans ses bagages la 18e place au championnat grâce à 8 points marqués au Portugal, le record 2021 des chutes en MotoGP (partagé avec Aleix Espargaró) et le moral dans les chaussettes.

Il en repart plutôt satisfait, après avoir franchi la ligne d’arrivée en sixième position, et même occupé la quatrième place à quatre tours de l’arrivée. Un bien beau résultat pour celui qui s’était qualifié 19e et qui doit avant tout cette embellie à une prise de risques lors d’une course particulièrement mouvementée…

Le pilote LCR explique : « Cela a été une bonne journée pour nous, surtout avec des conditions qui ont beaucoup changé. J’ai essayé de rouler doucement au début car j’ai commencé à avoir quelques problèmes avec le frein avant et je ne me sentais pas très bien à ce moment-là. Puis il s’est mis à pleuvoir, comme le prévoyait la météo, et il était clair que nous allions rentrer en pitlane. La clé, c’est quand j’étais avec les slicks sur le mouillé. Dans ce tour, j’ai gagné beaucoup de positions et j’ai aussi pris beaucoup de risques. »

Álex Márquez parle là du cinquième tour de la course, c’est-à-dire du dernier tour avec les slicks avant le changement de moto, durant lequel le champion du monde Moto2 2019 est passé de la 15e 11e position. Un changement éclair dans la pitlane et les chutes des Suzuki lui ont permis de figurer à la 6e place dès la fin du sixième tour avant de s’emparer de la 4e position à sept tours de l’arrivée.

Le frère de l’octuple champion du monde précise : « Je suis ensuite sorti avec le pneu medium à l’avant et le soft à l’arrière. Nous avons mis un pneu arrière tendre qui m’a donné de meilleures sensations sur les premiers tours, mais ensuite j’ai eu du mal sur les derniers tours quand la piste est devenue vraiment sèche. A la fin, la piste était complètement sèche et il aurait été possible de rouler avec des slicks, mais il n’y avait pas assez de distance de course pour rattraper le temps perdu. Je pense que c’était la bonne décision à ce moment-là. Petrucci et Bagnaia m’ont ensuite doublé avec le pneu arrière médium. Je n’avais aucune chance sur la ligne droite parce que le pneu glissait. »

Pour Álex Márquez, tous les problèmes sont loin d’être résolus pour autant, et si le Catalan entraperçoit peut-être la fin du tunnel, il se veut également réaliste et prudent : « Concernant l’ensemble du weekend, je ne suis pas heureux. Nous avons eu des problèmes avec la moto et je ne me suis pas vraiment senti à l’aise. Mais ce résultat nous donne la motivation nécessaire pour continuer au Mugello. J’espère que ça peut être un tournant mais nous arrivons maintenant au Mugello et à Assen, sur des circuits qui ne sont pas vraiment similaires au Mans. De toute façon, sur une piste sèche, nous avons encore beaucoup de travail à faire. Je ne me sens pas très bien en entrée de virage, et c’était mieux en 2020. Nous devons comprendre pourquoi c’est le cas, alors peut-être que nous serons plus compétitifs dès la FP1. A part ça, nous pouvons être assez heureux, car ce dimanche nous aide à construire notre confiance et nous pouvons aller au Mugello 100% confiants. »

Classement du Grand Prix de France MotoGP au Mans :

Crédit classements: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda