C’est donc fait, et c’est déjà annoncé : Maverick Viñales sera un pilote Aprilia en 2022 et peut-être même en 2023 si tout se passe bien. Le pouvoir de séduction d’Aleix Espargaró a fait son effet, même s’il a été grandement aidé par la crise maintenant ouverte entre le Top Gun et Yamaha. Les conséquences de celle-ci ne peuvent être encore évaluées et on en saura plus d’ici Silverstone. Mais ce qui est acquis, c’est que la liberté se paiera en acceptant de recevoir un salaire bien moins important dans son nouveau refuge…

Au vu de l’ambiance entre Viñales et Yamaha, la maison de Noale ressemble plus à un refuge qu’à une écurie pour l’Espagnol qui a été contraint de trouver une terre d’asile pour poursuivre sa carrière après cette saison dès le prologue du Grand Prix d’Autriche. C’est à cet instant, en effet, qu’il a appris sa mise à pied parce qu’il avait maltraité le moteur de sa M1, contre lequel il s’est défoulé après un Grand Prix de Styrie frustrant. Après un moment de silence, il a présenté ses excuses sur une chaine Sky qui est le sponsor d’Aprilia. Justement, quelques jours plus tard, il signait pour le guidon de la seconde RS-GP. Sur le papier, une aubaine pour les hommes de Noale. Mais c’est déjà une affaire inespérée d’un point de vue économique.

En effet, Aprilia, ce n’est pas Yamaha en MotoGP, loin de là. Et c’est démontré par l’idée du prochain salaire de l’Espagnol que l’on dit aux alentours de 2 millions d’euros. Pour mémoire, il en touche 8 de ces millions sous l’auvent frappé des diapasons. Ce qui veut dire que pour jouir de sa liberté, Viñales a accepté une baisse de ses émoluments de carrément 75%.

Maverick Viñales

Avant Aprilia, Maverick Viñales doit en finir avec Yamaha

Mais l’Espagnol a toujours dit qu’il recherchait avant tout un projet dont il serait le centre et où il jouirait de toutes les considérations possibles. Aprilia s’est engagé à lui donner cette affection qui lui manque tant. Et qui n’aura plus jamais cours chez Yamaha. Mais au fait, commence va se finir cette saison entre les deux parties ? Beaucoup espèrent en un armistice acté à Silverstone symbolisé par un retour de la M1 frappée du 12.

Mais on en serait loin. Le constructeur japonais aurait deux options : soit licencier Viñales avec effet immédiat et retenir le solde de son salaire annuel, soit le suspendre pour le reste de la saison. Viñales ne pourrait pas courir pour son éventuel nouvel employeur avant 2022 et ne pourrait pas piloter de MotoGP pendant environ six mois. Ce serait un sérieux revers pour sa compétitivité.

Aleix Espargaró



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini