Entre Yamaha et Maverick Viñales, la relation professionnelle est terminée, mais si l’on en croit cette dernière sortie de Lin Jarvis, ce sont les relations tout court qui sont durablement corrodées. La rupture entre le constructeur et son pilote est certainement techniquement conventionnelle, mais, émotionnellement parlant, la plaie est béante. Ainsi, et alors que l’on s’approche de la fin de saison, le cadre de Yamaha Motor Racing fait un pré bilan de cette campagne avec la crainte d’un échec. Dont il désigne clairement son ancien pilote comme le grand responsable…

En 2021, à moins d’un revirement catastrophique pour la marque qui serait aussi une désillusion pour nos couleurs, on devrait célébrer le retour du titre pilotes chez Yamaha avec Fabio Quartararo. Ce dernier peut enlever la décision dès la prochaine manche à Misano, plus certainement à la suivante à Portimao, et sans doute avant la finale de Valence. Voilà pour la première couronne. Mais depuis 2015, au sein de la firme d’Iwata, on n’a pas accumulé trois trophées sur l’étagère. En plus de celui des pilotes, il y a ainsi aussi celui des constructeurs et celui des équipes.

En 2020, Yamaha aurait pu avoir deux couronnes avec les marques et les teams. Mais l’affaire des soupapes a eu lieu, et le blason aux diapasons a dû biffer pas moins de 50 points à son compteur. Ducati, finalement titré en son nom, et Suzuki récompensé à l’arrivée pour son équipe en plus de la couronne des pilotes avec Joan Mir n’en demandaient pas tant.

Cette saison est différente. Fabio Quartararo est maintenant un patron et tient sur ses seules épaules la grande majorité des excellents résultats acquis par la M1. Il a 52 points d’avance dans son championnat tandis que Yamaha a neuf longueurs de retard sur Ducati chez les constructeurs et deux points d’avance sur les mêmes rouges chez les teams. Tout est donc possible. Mais Lin Jarvis sait que ce sera compliqué.

Il explique pourquoi : « nous avons perdu le championnat des constructeurs l’année dernière parce que nous avons fait une erreur avec les moteurs », a déclaré Lin Jarvis, directeur général de Yamaha Motor Racing. « Cette année, nous avons une chance pour la ‘Triple Crown’, mais c’est très difficile, pour être honnête”, déclare Lin Jarvis sur Speedweek. « Regardez Ducati : vous avez Miller et Bagnaia. C’est pourquoi ça va être difficile pour nous en Coupe du monde par équipes. En ce qui concerne le titre du constructeur, tout dépend de Fabio. Ce n’est qu’au premier Grand Prix au Qatar qu’il n’a pas été le meilleur pilote Yamaha car Maverick y a gagné ».

Maverick… Justement Lin Jarvis en parle : « nous avons perdu beaucoup de courses dans l’affaire Maverick Viñales. Nous avons perdu le Grand Prix du Sachsenring parce que Maverick y a obtenu un très mauvais résultat. Ensuite, nous avons perdu le Grand Prix de Styrie avec ce qui s’est passé, et c’est pourquoi il a été suspendu pour le Grand Prix d’Autriche. Puis est arrivé la séparation et il y a eu Cal Crutchlow à Silverstone et Aragón en tant que pilote remplaçant dans l’équipe d’usine… ».

Lin Jarvis

Lin Jarvis attend quelque chose de Morbidelli d’ici la fin de la saison

Le Britannique n’a pas récolté de points lors des deux fois. Franco Morbidelli est également improductif en points depuis son retour et son transfert dans le Monster Team à Misano. « Nous avons donc perdu quatre courses ou plus et donc beaucoup de points précieux pour les marques et les championnats par équipes », regrette Lin Jarvis. « Les nouveaux coéquipiers de Fabio n’ont jusqu’à présent récolté aucun point. Bien sûr, un pilote de remplacement n’est jamais aussi compétitif qu’un pilote régulier car la qualité des pilotes sur la grille est aujourd’hui extrêmement élevée ». Lin Jarvis n’en veut donc pas à ceux-là. Mais à celui qui est maintenant chez Aprilia.

Outre Bagnaia et Miller, Ducati compte également Martin, Zarco et Bastianini pour monter sur le podium et ainsi récolter de précieux points au Championnat du monde des marques. « Ce ne sera pas si facile », est convaincu Jarvis qui se projette sur la suite : « je souhaite que nous ayons deux bons pilotes dans le championnat. Maintenant, nous espérons que Franky s’améliore. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous l’avons amené dans l’équipe d’usine dès le début de son rétablissement. Il revient d’une opération au genou et a d’abord eu du mal à rouler très vite au-delà de six ou sept tours d’affilée. Mais nous espérons que pour les trois dernières courses, il pourra rouler rapidement jusqu’à la fin. S’il peut accumuler des points à son niveau normal, nous avons de bonnes chances de remporter les trois titres ».

Morbidelli a sa feuille de route. Cependant, s’il manquait les deux titres dans le box Yamaha à l’heure des comptes, on ferait tout de même la fête, car l’essentiel aurait été acquis : « tout tourne autour du championnat des pilotes. Finalement, tout le monde se souvient du « Champion des pilotes ». Même si chaque fabricant fournit un effort pour remporter la Triple Couronne. Si vous pouvez la gagner, c’est fantastique car cela montre que vous avez été vraiment dominant cette saison. Nous voudrions donc célébrer trois titres. Mais si nous devions en choisir un, ce serait le titre du pilote ».

Lin Jarvis, Yamaha Factory Racing




Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP