Maio Meregalli est une pointure dans l’organigramme Yamaha en MotoGP et il se met à l’unisson de ses collègues qui, eux-mêmes, suivent la pente du patron du promoteur Dorna en ce qui concerne une saison 2020 de plus en plus aux airs d’Arlésienne… Au maximum, il y aura dix Grands Prix. Une perspective qui aurait été celle d’un échec il y a seulement quelques semaines, mais qui s’annonce comme un exploit qu’il serait héroïque de réaliser aujourd’hui. C‘est dire l’ambiance… L’Italien le regrette bien, car il la sentait bien cette campagne. Mais cette année sera une parenthèse que Rossi et Lorenzo mettront à profit pour réfléchir sur leur avenir tandis qu’au Japon, le travail n’a jamais cessé…

Dans cette attente interminable d’un début de saison 2020 contrarié par une pandémie qui pourrait sonner le glas de toutes les illusions d’une compétition cette année, Maio Meregalli rumine sa frustration. Car si le sentiment d’un délai de grâce inespéré prévaut en étudiant le cas de Honda, celui d’une occasion manquée domine dans les rangs Yamaha : « nous disons que cet arrêt nous a désavantagés et nous pouvions compter sur les problèmes de certains » lâche ainsi Meregalli sur Sky Sport.

Cependant, il fait aussi une confidence qui a de quoi enrager les constructeurs européens engagés en MotoGP… « A Iwata, ils travaillent à toute vitesse. Nous faisons de grandes simulations malheureusement sans certitudes. Personne ne sait quand ça commencera et donc nous essayons de simuler un hypothétique début de championnat, en juillet ou août, juste pour nous préparer. Nous prenons également en considération la possibilité que, cette année nous ne puissions pas courir. La situation doit être bien définie, sûre, car ce n’est pas simple. Lorsque l’on commencera, tout devra être bien pensé. La sécurité sanitaire passe avant tout. »

 

 

 

Cette situation remet aussi en question certaines décisions sur la gestion des carrières. Celle de Rossi par exemple : « difficile à dire, je pense et j’espère que nous commencerons à courir le plus tôt possible, afin qu’également il ait le temps de décider. S’il se décide en fonction de sa passion, j’ai envie de dire qu’il va certainement réessayer l’année prochaine. C’est une décision qui lui appartient, mais ce ne sera certainement pas facile. »

L’autre cas en suspens est celui de Jorge Lorenzo qui est revenu chez Yamaha en tant que testeur. Mais il y a des rumeurs d’un possible retour en tant que pilote titulaire pour 2021. Cependant, selon Meregalli, cela ne se produira pas : « je ne pense pas qu’il veuille recommencer à courir. Il s’est déjà identifié comme pilote d’essai et je pense qu’il se donne également du temps. Je le vois motivé. Vous pouvez voir qu’il aime piloter la Yamaha, il m’a dit “c’est ma moto et je la conduis comme je le veux”. Mais la confiance dans l’avant est toujours manquante, ainsi que la condition physique. Il ne pouvait pas faire plus de 3 ou 4 tours. » La vie d’un jeune retraité comblé peut faire des dégâts…



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP