Toprak Razgatlioglu n’est pas un nom facile à prononcer, et pourtant, ces derniers temps, on y arrive de plus en plus souvent. C’est la démonstration d’une notoriété grandissante et méritée par des résultats qui suscitent l’intérêt jusqu’en MotoGP. Certes, des circonstances particulières ont révélé une étonnante sécheresse de la source Moto2, habituée à alimenter la catégorie majeure des Grands Prix, mais le fait est là : la pénurie de pilotes chez Yamaha a amené la marque à se souvenir du WSBK. Le Turc semble comme être au bon endroit au bon moment. Et pourtant, il semble passer son tour…

Pour refuser un accès au MotoGP sur une Yamaha M1 au sein d’un team qui a remporté six Grands Prix l’an passé, il faut être sacrément sûr de soi. Ou avoir un contrat en béton KTM. Dans le cas de Toprak Razgatlioglu, on est dans le premier cas de figure. Ce n’est pas pour rien qu’il est managé par Kenan Sofuoglu, surnommé Kenan le terrible lorsqu’il était un pilote Kawasaki en Supersport. Toprak est peut-être en apparence plus timide dans la vie, mais il est en fait fort… Comme un Turc.

Andrea Dosoli est son patron dans le box Yamaha en WSBK. Sur Mowmag, il parle ainsi de son phénomène : « c’est un garçon de 24 ans qui surprendra beaucoup monde, et il le fait déjà » dit l’Italien. « Au début il est un peu timide, puis quand on le connaît on découvre un super personnage. Une personne avec de grandes valeurs. Il n’a aucun problème à remettre en question ses propres faiblesses, sur lesquelles nous travaillons. Il est très jeune, mais il fait souvent preuve d’une grande maturité ».

Sur son environnement, Dosoli précise : « Toprak doit certainement remercier Sofuoglu, comme doivent le faire les pilotes turcs qui le suivent. Il effectue un travail fantastique, nous l’avons vu avec Toprak et nous le voyons avec Ongiu et les autres gars. Il est un partenaire essentiel pour nous et Toprak lui en est très reconnaissant. C’est un grand motivateur, et en plus d’être un coureur qui a remporté 5 championnats du monde de supersport, il exerce une grande influence sur ses compatriotes. La bonne chose est qu’il fait beaucoup pour le sport moto en Turquie, faisant un excellent travail avec les gars qu’il a amenés en Superbike et en Grand Prix. Ensuite, chacun a son propre caractère, mais nous sommes 100% satisfaits de la collaboration ».

Dosoli

« Toprak Razgatlioglu veut juste travailler de plus en plus dur pour devenir champion du monde en Superbike »

Le décor planté, Andrea Dosoli donne son sentiment sur cette approche du MotoGP : « je ne connais pas les détails, mais dès le premier jour, lorsque nous avons posé les bases pour 2020/2021, Toprak avait un objectif clair, il n’avait jamais parlé d’autre chose. Et il était cohérent avec cette position, il veut juste travailler de plus en plus dur pour devenir champion du monde en Superbike. Nous sommes heureux d’avoir prolongé la collaboration pour les deux prochaines années et avec lui et sa direction, nous ferons tout notre possible pour qu’il réalise ce rêve. Ayant appris à connaître le pilote, son attitude ne nous a pas trop surpris ».

Après l’étape de Donington, Razgatlioglu a pris les commandes du championnat WSBK à Rea pour deux points. D’aucuns disent déjà que s’il prenait la couronne dès cette saison dans la catégorie, celui lui ouvrirait encore plus grande les portes du MotoGP.

 

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Toprak Razgatlioglu

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team