Marc Marquez est revenu à la compétition, mais il n’est pas encore revenu tel qu’il était avant son accident. Et l’enjeu, pour lui, est de recouvrer tous ses moyens afin de reprendre le cours de sa carrière, faite de titres et de victoires au guidon d’une Honda que le reste de ses collègues en MotoGP aurait le plus grand mal à inscrire dans le top 10. Il s’est confié sur ce parcours du combattant qu’il accomplit depuis un dimanche de juillet 2020 à Jerez. Et il insiste sur le fait que c’est avant tout une affaire de mental…

Jamais on n’a autant insisté sur la force mentale dans un MotoGP dont la concurrence s’est exacerbée. Par le fait, l’incidence de chaque paramètre a été surmultipliée. Le moindre grain de sable se paie au prix fort et les marges de manœuvre sont réduites à leur plus simple expression. Une pression qui révèle ainsi les caractères. Et Marc Marquez n’en manque pas.

L’octuple Champion du Monde n’en est cependant pas encore à penser à battre ses adversaires. Sa bataille est pour le moment contre lui-même. Et lorsqu’il la gagne, cela nous donne un Grand Prix comme celui vécu au Sachsenring. Un grand moment d’émotion et de soulagement : « je suis une personne qui aime garder ses émotions pour elle » dit-il sur Speedweek. « Quand je suis heureux, je le montre, mais quand je suis en colère ou quelque chose comme ça, j’essaie de le garder pour moi. Mais dans cette course, je n’ai pas pu le contrôler. Quand on voit que même Alberto Puig a pleuré dans le Parc Fermé… C’est un homme fort, mais même lui était émotif ». Il ajoute comme pour marquer encore l’instant : « toute l’équipe, même les Japonais, a montré ses sentiments. Tout a l’air bien à l’extérieur, mais à l’intérieur nous savons que nous traversons une période difficile ».

Et cette période difficile, la voici révélée sans fard : « je suis passé par toutes sortes de scénarios, notamment en ce qui concerne mon physique. Lorsque vous entrez dans le box, vous devez pouvoir vous concentrer pleinement sur ce qui s’y passe. Si vous ne pouvez pas, cela vous détruira mentalement ».

Marc Marquez

Marc Marquez : “Fabio Quartararo est le plus régulier, mais ce n’est pas le pilote qui fait la grosse différence”

Marc Marquez continue ainsi son analyse : « physiquement, vous sentez la limite. Lorsque vous testez quelque chose, vous remarquez immédiatement que cela ne fonctionne pas. Mais mentalement, vous ne sentez pas cette limite. Le côté psychique doit aider le côté physique. Je devais comprendre mentalement que mon corps n’était pas encore prêt. Je suis un pilote qui donne tout à chaque séance, mais je ne suis pas prêt pour ça en ce moment ».

Une situation qui, forcément instille un doute corrosif : « nous savons qu’après une blessure grave, de nombreux pilotes n’ont plus atteint le même niveau qu’avant. En ce moment, je ne suis pas aussi bon qu’avant, mais je vais essayer. Je suis sur le chemin du retour là où je m’étais arrêté, pour redevenir le même Marc ». Certes, mais les autres ne l’ont pas attendu, ils ont aussi grandi. Cependant, il a son opinion sur la question : « les pilotes se sont tous rapprochés, de sorte qu’en fonction du tracé, des pilotes différents sont à l’avant. Pour le moment, Fabio Quartararo est le plus régulier, mais ce n’est pas le pilote qui fait la grosse différence. Les motos se sont également améliorées ». Ce qui n’est le cas de sa Honda, loin de là.

Reste que cette épreuve aura bouleversé les valeurs de Marc Marquez. Et voici le nouvel ordre de l’Espagnol : « une chose qui m’a frappé, c’est qu’il faut toujours prendre soin de son corps. J’aime la course, c’est ma passion, ma vie. Mais si vous voulez une longue carrière, vous devez prendre soin de votre corps. C’est extrêmement important non seulement pour votre carrière, mais aussi dans votre vie privée ». La rentrée aura lieu début août sur un tracé du Red Bull Ring où il n’a encore jamais gagné. Mais il a repris l’entraînement intensif pour combler ce vide…

Marc Marquez



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team