A la veille de la course du Grand Prix d’Aragon et de sa polémique lancée par Jorge Lorenzo, Juan Pedro de la Torre a pu interviewer Marc Marquez pour le site espagnol El Confidencial.

Une entrevue plutôt intéressante, de part les nombreux sujets abordés, auxquels le pilote Honda répond à la fois avec franchise et avec une argumentation d’autant plus forte que basée sur son formidable palmarès.

Extraits…

Pour votre sixième saison en MotoGP, vous êtes en route vers votre cinquième titre. Comment classeriez-vous ces six saisons en fonction de leur difficulté ?

Marc Marquez: « Je dirais que la plus compliquée a été 2016, à cause de tout : à cause de la pression au début de l’année, parce que nous avons très mal commencé l’année et que nous venions d’une mauvaise année, donc il y avait encore plus de pression. Ce fut une année difficile. J’ai gagné rapidement le titre, au Japon, avec trois courses restantes, mais il y a eu une première partie de saison très difficile. Ensuite, ce serait 2017 : on a mal commencé, et quand on commence mal, on a une saison difficile, parce qu’on est à la remorque durant tout le championnat, et il y a de la pression parce qu’on ne peut pas rater. Puis, 2013 : c’était ma première année ».

Et 2015 ?

« Oui, puis 2015. Et vous direz : mais vous n’avez pas gagné en 2015. Oui, je n’ai pas gagné à cause de moi, parce que j’ai fait trop d’erreurs en allant trop loin ; je n’avais pas compris, je n’avais pas assez d’expérience. Et déjà, avec moins de difficulté je mettrais cette année, et enfin 2014, la plus facile.

Laquelle a été la plus dure, mentalement ?

« C’était l’année dernière. J’avais besoin de me reposer psychologiquement, j’ai même décidé de ne pas courir sur la piste en terre de Barcelone. J’ai dû me reposer de la pression. J’ai même dit pendant la saison que mes cheveux commençaient à tomber, et c’était par anxiété ».

Était-ce à cause de cet épuisement que vous avez dû changer d’attitude ? Parce que c’est à ce moment-là que nous avons commencé à voir un Marquez qui ne visait la victoire mais assurait les résultats…

« Eh bien, en 2016, c’est quand j’ai commencé à changer de mentalité, mais l’année dernière la situation de mal commencer le championnat s’est répétée… Je pensais, je ne peux pas… Et quand il a semblé que je pouvais, Dovizioso est arrivé, dans la deuxième moitié de la saison, et puis quand je suis remonté à nouveau, j’ai cassé le moteur… Je ne pouvais pas rater ! »

Pensez-vous que vous avez eu tort de tendre la main à Rossi ?

« Non. Jamais. La courtoisie n’enlève pas le courage. Je n’ai pas eu tort ; si je l’ai senti, c’est que je ne suis pas trompé, et c’est ce que j’ai ressenti à l’époque. Je suis comme ça : j’ai toujours dit que je n’avais pas de problème, et il a dit qu’il n’en avait pas non plus. Si tu n’as pas de problème avec quelqu’un, il ne se passe rien. J’ai appris il y a quelques années avec cette manœuvre [ndlr : l’incident qu’il y a eu avec Rossi à Sepang en 2015] qu’on ne doit perdre aucune seconde avec ça ; il ne faut pas lui donner beaucoup d’importance. Et vous l’avez vu : Misano a été un grand prix ordinaire pour moi ».

L’arrivée de Lorenzo est-elle une stratégie de Honda pour vous empêcher de vous installer confortablement ?

« C’est une stratégie de Honda pour qu’un grand pilote, bon, un grand champion comme le dit Jorge, ne soit pas dans une autre équipe et que vous l’ayez dans votre garage, et qu’il gagne avec votre moto. C’est la stratégie magistrale d’un team, qu’il s’agisse de Honda ou de Ducati : avoir deux des pilotes les plus rapides dans la même structure et avec la même moto. Vous savez donc que l’un ou l’autre peut se battre pour le titre, ou les deux à la fois. Depuis que Honda nous l’a dit, et en ce sens, j’ai toujours été très respecté, je n’ai pas posé de problème parce qu’il ne faut pas avoir peur dans la vie. Et s’il me bat, alors ‘chapeau’. Il n’y a pas de problème.
Un veto signifierait la peur, et vous n’avez pas à avoir peur. Si vous êtes ici et que vous pensez que vous pouvez être rapide et gagner, pourquoi mettre un veto ? En fin de compte, c’est une équipe dans laquelle chacun a son propre côté du box et dispose de sa propre équipe technique, et elle est unifiée par une marque ».

Vous ne mettez pas de mur dans le box, comme Rossi l’a fait avec Lorenzo, mais pensez-vous qu’on vous considère comme un coéquipier peu facile ?

« Non, non. Tout le monde est dans son box et communique par le biais des données. Ce qui arrivé dans le passé avec le mur dans le box de Yamaha était psychologique. Les données de télémétrie étaient accessibles à tous les deux. Tu n’as pas à perdre ton temps là-dessus. J’ai appris qu’il faut être difficile sur la piste. Il y a déjà beaucoup d’expérience dans le box. Jorge et moi, et nous tous ici présents, savons que la meilleure façon d’attaquer n’importe quel pilote, de s’exprimer, c’est sur la piste ».

Il se dit qu’un des rookies qui passeront en MotoGP la saison prochaine (ndlr : Joan Mir) a refusé d’aller dans votre équipe et a préféré aller ailleurs. C’est vrai?

« Ça dépend de la façon dont vous voyez les choses. . Parfois, les pilotes n’affectionne pas la pression. Vous savez que vous allez sur une moto dans une équipe où il y a un pilote qui gagne, et vous savez qu’une cinquième place va être un mauvais résultat, ou qu’une quatrième place va être un mauvais résultat… Vous devez être sur le podium à chaque course. Vivre avec cette pression ne vous convient pas forcément, et cela vous facilite la vie d’aller dans une autre usine où vous savez qu’une cinquième place sera une victoire, un excellent résultat, peut-être parce que la moto n’est pas bien préparée. Si vous venez ici, vous savez que la moto est prête à gagner. Quand je suis arrivé en 2013, pensez-vous que cela ne m’a pas coûté? Je suis arrivé ici et il y avait Pedrosa, un pilote qui était dans l’équipe d’usine depuis huit saisons, et la situation était claire: tout pour Pedrosa ! Mais vous devez avoir confiance en vous et devenir plus fort grâce à vos résultats ».

Pensez-vous que votre carrière sportive aurait été différente si Stoner ne s’était pas retiré prématurément ?

« Eh bien, on en avait déjà parlé à moitié, j’avais la possibilité de passer par l’équipe LCR avec des conditions similaires à celles de Crutchlow.
Chez LCR, la moto de Nakagami est une moto satellite, mais Crutchlow a une moto “d’usine” : il a exactement les mêmes pièces que moi et parfois il teste de nouvelles choses avant moi. Ils disent que l’année prochaine, Yamaha adoptera un système similaire: Morbidelli aura une «usine». Et chez Ducati, Petrucci l’a déjà ».

A suivre…



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team