De / Corsedimoto.com

Marco Melandri s’exprime durement contre le panel des Commissaires. « Les juges se sont laissés influencer, le faire partir des stands risque de ruiner la carrière de Johann Zarco. »

Marco Melandri, ancien champion du monde 250cc commentant cette année la MotoGP sur Dazn, s’est exprimé sur l’affaire Johann Zarco. C’est un jugement sans concessions : «Les juges ont été influencés par les médias et l’opinion publique. » Des mots qui viennent d’un pilote qui, après avoir triomphé en GP250, est l’un des grands noms de la catégorie supérieure depuis plusieurs saisons. Marco, 38 ans récemment, court toujours avec Ducati dans le championnat du monde Superbike, où il revendique le titre honorifique de l’Italien le plus titré de tous les temps : 22 victoires. Le week-end prochain, il sera en piste à Motorland Aragón. Voici ce qu’il pense.

«Vous ne pouvez pas attendre vendredi pour décider d’une course passée il y a cinq jours, c’est absurde. Le Panel des Stewards, immédiatement après le GP, a amplement eu le temps de recueillir toutes les informations nécessaires, ainsi que la télémétrie des motos. Ces données doivent toujours être utilisées pour juger, tout comme dans un accident d’avion la boîte noire est fondamentale. Zarco a d’abord été attaqué pour avoir freiné trop trop tôt. Ensuite, l’équipe Avintia a apporté les données, montrant que le pilote a quand même freiné plus tard qu’au tour précédent. On ne pouvait donc plus prétendre que le freinage n’avait pas été bien fait. »

« Cette ligne droite ne convient pas aux MotoGP »

« Mais que la trajectoire soit alors différente est normale. Morbidelli a été dépassé gaz ouverts. Dans une courbe comme celle-ci, qui tourne à gauche, tout le monde entre en grand pour essayer de garder la trajectoire aussi serrée que possible pour prendre l’épingle à cheveux vers la droite. Zarco est forcément entré plus serré pour dépasser Morbidelli, il n’a pas pu garder la trajectoire serrée. Il aurait dû s’incliner beaucoup plus, mais au freinage, il est impossible de le faire. Par la force des circonstances, il a dû élargir la trajectoire. Malheureusement, Morbidelli l’a vu alors qu’il freinait déjà, et ne pouvait plus changer de direction. L’accident était inévitable. Pour ma part, la faute réside uniquement dans la conception de la piste. Avec une MotoGP, ce n’est pas une ligne droite, et avec la demi-courbe et le changement de pente, il est impossible de gérer la trajectoire. »

« Ils risquent de ruiner la carrière de Zarco »

« Je ne trouve pas juste que les commissaires,  qui n’ont jamais roulé à part Spencer, jugent parce qu’ils sont influencés par les médias et l’opinion publique. C’était sûr, par la force des choses. À ce jour, ils ont ruiné la course de Zarco et pourraient également changer son avenir, car il joue une selle officielle dans ces courses. En partant des stands, il ne pourra sûrement pas se battre pour la victoire. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Marco Melandri



Tous les articles sur les Pilotes : Marco Melandri