Chez Honda, il semblerait que l’état d’urgence ait été décrété. Les résultats, depuis que Marc Marquez ne peut plus à lui seul tenir sur ses épaules à présent blessées la maison HRC, ne sont pas acceptables pour l’état-major d’un premier constructeur mondial. Des décideurs qui ont accordé pour la cause un budget si conséquent qu’il est le premier du plateau des Grands Prix. Et pourtant, on dit que Honda se raccrocherait aux points de concession du règlement réservés à bien moins huppé que lui à l’origine, pour se refaire la cerise. Un terrible aveu d’impuissance. Des émissaires japonais se déplacent aussi pour faire une évaluation de la situation. Des actions correctives sont attendues. Est-ce pour cela que Mick Doohan sort du bois ?

Chez Honda, rien ne va plus ou presque. Et on ne parle pas de n’importe quel constructeur. Il s’agit de celui qui a déjà remporté 61 titres de champion du monde dans toutes les catégories, plus que tout autre constructeur dans le championnat du monde de moto. Le titre de la catégorie reine a déjà été conquis 21 fois. Mais depuis la grave blessure de Marc Marquez l’année dernière, les choses ont changé. La dernière victoire remonté à novembre 2019, le dernier podium à octobre 2020. Honda traverse actuellement la crise la plus profonde de son histoire en MotoGP.

En Catalogne l’étonnante rumeur de voir Honda pouvoir bénéficier des points de concession pour totalement relancer son projet a fusé. C’est comme si HRC implorait grâce, un cessez-le-feu, pour se réorganiser, se reconstruire, se relancer. Un terrible aveu d’impuissance que Pol Espargaró a accueilli favorablement en jouant le pragmatisme, mais que Marc Marquez a écarté, au nom de l’honneur.

A Montmelo, Shinichi Kokubu, directeur technique a été vu dans le stand Repsol. Sa tâche ? Faire un rapport aux dirigeants du HRC au Japon. D’ici la fin de la saison, des têtes devraient tomber dit-on. Mieux, le marché des transferts commence à parler d’un possible Joan Mir en approche, ce qui signifierait le deuil de la monoculture Marc Marquez, dont l’état de forme continue de préoccuper.

Honda Doohan Catalogne

Mick Doohan : “en ce moment, ils sont juste un peu perdus”

Quelque chose se préparerait donc chez Honda, ce qui pousse aussi des amis de toujours à prendre quelque liberté avec leur traditionnelle loyauté. Il en va ainsi de Mick Doohan, quintuple champion du monde 500cc pour Honda de 1994 à 1998 et ambassadeur de la marque depuis lors. L’Australien remet clairement en question le fonctionnement du HRC. « C’est décevant pour moi de voir Honda dans de tels problèmes », a déclaré Doohan dans une interview avec le site officiel du MotoGP. « Tous les pilotes ont des problèmes sur cette moto. De temps en temps, ils réussissent un bon tour ou un résultat raisonnablement acceptable, mais ils ont des difficultés par rapport aux autres constructeurs ».

Honda est critiqué depuis quelques années. Les succès sportifs étaient là, mais presque sans exception, ils étaient dus à Marc Marquez. Dani Pedrosa ou Jorge Lorenzo ne pouvaient pas s’entendre avec la RC213V. Honda a trop compté sur son prodige. Le prix à payer aujourd’hui qu’il est diminué est exorbitant.

Doohan ajoute : « la moto n’est pas ce qu’elle devrait être. Honda doit repenser sa façon de fonctionner ». Des mots forts qui ressemblerait presque à une candidature spontanée pour un poste important… Alors il calme le jeu : « je suis sûr qu’ils retrouveront la direction du bon chemin. Ils ont aussi réussi par le passé. Honda n’aurait pas remporté autant de titres mondiaux s’ils ne savaient pas quoi faire. En ce moment, ils sont juste un peu perdus ».



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team