Andrea Dovizioso ne connait décidément pas un retour facile, confirmant ainsi à chacune de ses sorties sur la piste avec la Yamaha la dure prédiction de Cal Crutchlow faite à son sujet. L’Anglais promettait à l’Italien qu’il connait bien des moments compliqués et, effectivement, le triple vice-champion du monde est encore loin de sa splendeur passée. Après une prestation encourageante à Austin, il espérait poursuivre sa progression lors de ses retrouvailles avec Misano. Mais il a plutôt eu droit à la douche froide, des essais sous la pluie à la course sur le sec…

Andrea Dovizoso va devoir encaisser ce dernier rendez-vous à Misano qui ne lui a pas donné de solutions sur la voie à tracer avec la Yamaha. Il le reconnait d’ailleurs volontiers en commentant ainsi la laborieuse treizième position obtenue : « ce fut un week-end très difficile car nous avons beaucoup lutté sur le mouillé et je n’étais pas non plus rapide samedi. Je m’attendais à un peu plus en course, non pas à cause de ma position de départ, mais du fait de ma vitesse. Mais la course ne s’est pas bien passée dès le départ ». Il ajoute : « je ne comprenais pas grand-chose. Je n’avais pas de feeling dès le départ, j’avais du mal et donc je n’étais pas rapide ».

Sanctionné qui plus est par un long lap, il a aussi dû laisser filer son équipier Valentino Rossi… « Si la saison 2022 devait commencer demain, je serais inquiet, mais ce n’est pas le cas » tente-t-il de rassurer. Néanmoins, après une qualification au 21eme rang, des prestations anonymes sous une pluie qui était autrefois une alliée et ce résultat hors du top 10, des questions se posent. Mais Dovizioso propose une autre façon d’aborder sa situation : « je ne me suis pas vraiment amélioré ce week-end, mais nous avons maîtrisé quelques mauvaises conditions et cela peut nous aider à apporter des modifications à la moto. Dans l’ensemble, je ne suis pas très satisfait du week-end, mais je m’attends à ce que les sensations à Portimão s’améliorent ».

Nous verrons donc ça début novembre au Portugal. Reste que chez Yamaha, il y a une référence qui s’appelle Fabio Quartararo qui a montré qu’avec cette Yamaha M1, on pouvait tout de même devenir Champion du Monde. Le pilote de 35 ans reconnait évidemment les mérites de son collègue de 22 ans, en livrant même certains détails : « il a réalisé quelque chose de spécial cette année et pilote d’une manière spéciale. Félicitations à lui, il a été tellement régulier cette année et je suis vraiment content pour lui ».

Dovizioso

Dovizioso analyse un Quartararo qui l’épate 

« Sur chaque piste, dans toutes les conditions, dans toutes les températures, il roule toujours de la même manière : il freine très tard, mais c’est vraiment difficile de faire tourner la moto comme il le fait. Et c’est quelque chose qu’il peut facilement faire. Aux essais libres, il parvient à faire 5-6 tours de la même manière, sans faire trop d’erreurs. C’est ce qui lui permet de progresser session par session, de toujours commencer dans les deux premiers rangs et d’être constant dans toutes les situations. Il a aussi fait quelque chose de fou cette année ».

« Il parvient à tirer le meilleur parti des atouts de la M1, mais il est aussi très doué pour ne pas souligner ses faiblesses » termine Dovizioso qui prend ainsi conscience de l’immense travail qu’il a encore à accomplir pour se mettre au niveau.

Andrea Dovizioso

MotoGP Misano-2 J3 : classement

Qualifications MotoGP Émilie-Romagne

Classement général MotoGP Emilie-Romagne

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso, Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team