Morbidelli a incontestablement fait des progrès sur la piste en cette saison 2020 de MotoGP. Mais lorsqu’il fait le bilan d’un brillant parcours qui l’a positionné vice-champion du monde au coup de sifflet final, il montre aussi qu’il est passé maître dans l’art de manier le verbe. Ainsi, lorsqu’il remercie Yamaha de l’avoir considéré comme le quatrième pilote, et donc le dernier …

Après une saison 2019 où il avait mis dans les cordes par son jeune équipier Fabio Quartararo, on craignait pour Morbidelli dans une campagne suivante où il perdait l’opportunité de jouir de la dernière évolution de la Yamaha, pour se retrouver avec une « A-Spec ». Clairement, les rôles avec le Français étaient inversés par rapport à l’an dernier, et d’autant plus que le tricolore était très vite annoncé au sein de l’équipe usine, aux côtés de Viñales et en lieu et place de Valentino Rossi… Qui faisait le chemin inverse.

Mais plutôt que de sombrer, l’italo-brésilien s’est totalement relancé, pour finir le millésime en tête des pilotes Yamaha au championnat, à une solide seconde place. Comme un goût de revanche, mais l’ancien Champion du Monde Moto2 version 2017 ne verse pas dans cette facilité, préférant faire montre de sa nouvelle maturité dans un commentaire révélant son sentiment sur ce parcours pour le moins intéressant …

Il rappelle ainsi d’abord les faits : « je ne peux pas cacher que cette année, je me sentais peut-être comme quatrième choix. J’espère que ce championnat augmentera ma cote et ma considération dans le jugement de Yamaha ».

Morbidelli : « j’étais peut-être le dernier choix Yamaha »

Le message est clair mais qu’il passe mieux, Franco Morbidelli l’enrobe de saines considérations à l’égard de Yamaha. Sur motorsport.com, il ajoute en effet : « je tiens à féliciter l’équipe et je tiens également à remercier Yamaha de m’avoir fourni un bon package. Au début de l’année, nous avons pu tirer le meilleur parti de ce que nous avions et nous étions très compétitifs. Nous avons fait un excellent travail ».

« Je ne me sentais pas sous-évalué. Chez Yamaha, il y a trois pilotes forts et il est très difficile de choisir à qui confier la moto. Peut-être que j’avais la note la plus basse des quatre, pourrait-on dire. Je ne me sentais pas sous-estimé, mais peut-être le dernier choix. En tout cas, ça va ». Morbidelli termine : « c’est définitivement une année dont je me souviendrai, au cours de laquelle j’ai beaucoup appris et où j’ai réalisé que le travail acharné est toujours payant ». Une leçon qu’il espère avoir été aussi apprise du côté d’Iwata.

Avant de retrouver Rossi en 2021, Morbidelli revient sur certains points de 2020 ...

 



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team